Community Amigo : Benjamin Favrat - ademainbenjamin

5

Benjamin nous présente son univers, et il a plein de choses à raconter !

Nom : Benjamin Favrat
LomoHome : Ademainbenjamin
Ville : Bellevaux (Haute-Savoie) / Paris
Âge : 31


Hey ! Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur toi ?

Je suis illustrateur / photographe indépendant depuis 2012, je viens d’un petit village de Haute-Savoie mais travaille souvent à Paris et je porte une moustache.

Depuis combien de temps es-tu Lomographe ?

Je faisais déjà un peu d’argentique quand j’étais petit, et beaucoup de polaroïds. Puis j’ai arrêté pour passer au numérique début 2000 et j’ai repris l’argentique sérieusement il y a environ un an.

Quels sont les appareils photo que tu as ?

Dans mes valeurs sûres, ceux que j’ai dans mon sac ou que je peux prendre en shooting pro, ce sont le Canon AE-1 et le Canon A1 (avec un 50mm f1.2 et un 28mm f2.8), et le Mamiya RB67 (mon amour, avec un 127mm et un 50mm).

Sinon je dois en avoir une trentaine dont un Kodak Brownie Flash IV, un Canon EOS 650, un Voitglander Brillant, un Kershaw Penguin Eight-20, un Exakta Ihagee Dresden, un Zenit-B, un Nishica N9000, un Yashica TL Electro X, un Pentax Asahi, quelques boîtiers Minolta, un paquets de compacts, quelques Polaroïds et des toycameras. Quasiment tous fonctionnent, les autres sont en cours de réparation.

Peux-tu nous raconter ton expérience avec ces appareils photo ?

Je me suis déjà servi de tous ou presque, avec leurs lots de bonnes ou de mauvaises surprises. J’aime particulièrement les appareils anciens chargés d’histoire. Ça me plait de les remettre en état de marche et de voir ce que je peux en tirer, c’est une sorte de collaboration entre ce que je peux en faire et ce qu’ils peuvent apporter. Ma préférence va vers les moyens formats, les gros appareils en métal, et parfois en bois, bien lourds et cossus, pour shooter du 120 mm, mais concrètement c’est tout de même peu pratique, pas très intuitif et des fois tu regrettes ton bon vieux compact.

Plus en détails, le Polaroid 636, je m’en servais quand j’étais ado, je le prenais aux soirées, et j’ai encore des boites pleines de photos de l’époque. Le Voigtlander Brillant vient du fameux marché aux puces de la place du jeu de balle à Bruxelles, et dans la trappe des bouchons il y avait un petit papier « Certificat d’identité » de 1957 tamponné par la douane Belgo-luxembourgeoise au nom du propriétaire. C’était comme un petit trésor, j’ai trouvé ça génial.

Quel est ton appareil Lomography préféré ? Et pourquoi ?

Je n’en possède pas encore mais je les connais bien et c’est difficile de choisir. Je dirais le Lomo’Instant Wide (central Park parce qu’il est très élégant), parce qu’il fonctionne avec des instax wide faciles à trouver, et de dimension pas trop petite, et qu’il y a dans le pack un ultra grand angle et un splitzer. Et puis je trouve l’Horizon Perfekt génial aussi pour les panoramiques à 120°. Il est comparable au Widelux (panoramiques à 140°), mais à un prix raisonnable. Pour l’anecdote, c’est sur le site de l’acteur Jeff Bridges (mon héro) que j’ai pris connaissance de cet appareil. Il a fait de superbes images de making off sur différents plateaux.

Et question objectif, je rêve d’un Petzval 58 bokeh control. Faisant beaucoup de portraits, j’aimerais pouvoir le tester pour me rendre compte de la magie et de la douceur qu’il apporte. Et j’adore les pellicules noir et blanc Earl Grey, pour les portraits, c’est fantastique.

A ton avis, pourquoi on continue de faire de l’argentique ?

C’est LA fameuse question, on me la pose souvent et je réponds la plupart du temps « par plaisir ». C’est un peu comme expliquer pourquoi je préfère dessiner au feutre alors que j’ai une tablette graphique toute neuve. Je ne fais pas vraiment partie de ceux qui « continuent » l’argentique, mais plutôt de ceux qui « s’y remettent », qui ont plutôt commencé (ces 10 dernières années) et appris avec le numérique, mais qui en sont peut-être un peu lassés, avec l’abondance du digital, partout, tout le temps, la course au nombre de pixels, le prix du matériel et sa désuétude ultra rapide, beaucoup (trop) d’images très (trop) vite… je pense qu’on sature de temps en temps.

Historiquement parlant, le numérique c’est hyper récent, même si ça a aidé à démocratiser la photo ça ne représente qu’une tout petite partie du domaine. Le principe de la Camera Obscura, le sténopé, le collodion, le polaroïd, toute la chaîne de développement et j’en passe, c’est énorme l’histoire de la photo aujourd’hui et c’est hyper intéressant.

Pour ma part, j’ai accroché parce que je suis fan du charme et de la poésie des images d’antan, du côté humain et chaleureux des appareils mécaniques, de l’aspect rétro qui nous rend nostalgique, de la magie des light leaks et du grain… et attendre le retour de tes tirages du labo, c’est un peu un Noël à chaque pellicule.

Quels sont les endroits que tu aimes photographier ?

J’adore voyager et j’aime tous les endroits, vraiment. Ces dernières années, j’ai eu la chance de visiter quelques pays et différents coins de France, seul, avec les copains ou pour le travail. Je fais des photos tout le temps. Et puis j’ai un faible pour les endroits abandonnés. Je pratique ce qu’on appelle communément « l’urbex », qui vient de « urban exploration » et qui consiste à visiter des lieux abandonnés. Je fais ça avec ma collègue Marie depuis 4 ans je crois. On s’est pris de passion pour l’architecture et la photo en même temps après la visite de notre premier sanatorium. Je n’ai pu faire qu’un spot d’urbex à l’argentique pour le moment, mais je compte bien prendre le Mamiya avec son 50mm, avec des Lomo 800 pour les prochains.

Peux-tu nous parler un peu des photos que tu as choisies de nous montrer ?

Oui, alors il y a quelques photos de voyages : des amoureux sur le Pont des Chaines à Budapest qui plonge dans la brume, un peu de la montagne où j’habite, du portrait en pleine rue à Paris (j’adore le bokeh de cette image malgré le raté de la mise au point), sur les toits de Barcelone ou encore sur une péniche à Amsterdam, un beau piano dans un manoir abandonné… elles font partie de celles qui me parlent le plus, je les trouve « douces et gentilles » et me font penser un peu à des films.

Peux-tu nous recommander des LomoHomes que tu aimes suivre ?

Je suis tout nouveau sur lomography, j’ai une home depuis 15 jours seulement, et je découvre des lomographes incroyables tous les jours. Je saurai vous en dire plus bientôt, mais sans hésiter, je vous recommande bien sûr @lafilledeer que je suis depuis longtemps. Et j’ai découvert récemment le travail de @emilymoya que je trouve splendide, et j’aime aussi beaucoup ce que fait @tenovertwelve.

Merci !

Merci à vous Lomo ! Plein !

Pour en savoir plus sur Benjamin et son travail, rendez-vous sur son site internet, sur Facebook et son Flickr.

2016-07-01

Le Lomogon 2.5/32 Art Lens vous permet d'élargir votre vision du monde. Ce n'est pourtant pas une optique grand-angle comme les autres. Conçu pour électriser toutes vos escapades, il est votre ticket vers l'indubitable esthétique Lomography. De douces saturations, de beaux contrastes, une qualité optique tranchante, un bokeh unique, un mécanisme d'ouverture super rapide – le Lomogon est l’œil Lomo ultime sur le monde. Rendez-vous sur Kickstarter dès maintenant pour découvrir tout ce que vous devez savoir sur notre dernière invention et économisez jusqu'à 40% avec nos offres spéciales Kickstarter !

5 commentaires

  1. lafilledeer
    lafilledeer ·

    Ow merci :3, j'aime beaucoup ton travail aussi.

  2. ademainbenjamin
    ademainbenjamin ·

    @lafilledeer Merci beaucoup ! Bonne suite à toi ! ;)

  3. rik041
    rik041 ·

    fine

  4. tenovertwelve
    tenovertwelve ·

    @ademainbenjamin Merci beaucoup!

  5. ademainbenjamin
    ademainbenjamin ·

    @rik041 Thanks ! You're welcome @tenovertwelve , I confirm your work is pretty sweet and very inspiring. Merci @polka , c'est cool, la community est vraiment sympa! Have a nice day all !

Les articles les plus captivants