Les visions poétiques de Lisa Lince avec le Daguerreotype Achromat 2.9/64

La photographe belge Lisa Lince tire profit de l'esthétique éthérée offerte par le Daguerreotype Achromat 2.9/64 pour réaliser des images envoutantes. Portraits ou natures mortes, elle pose son regard sur le monde qui l'entoure pour capturer des images magiques et cinématographiques. Nous nous sommes entretenus avec la photographe pour en savoir plus sur sa manière de développer son imaginaire et sur sa façon de créer.

Photos prises par Lisa Lince avec le Daguerreotype Achromat 2.9/64.

Bonjour Lisa, pourrais-tu te présenter à nos lectrices et lecteurs ?

Bonjour ! Je suis une jeune photographe de 24 ans qui vit à Liège en Belgique. Touche-à-tout, j’ai beaucoup de centres d'intérêts mais l’image reste ma passion première. J’ai plutôt un parcours audiovisuel et cinéma à la base, lors de mes anciennes études je rêvais d’être directrice photo et de bosser sur des longs-métrages ! J’adore imaginer des univers et je fonctionne de façon synesthésique. Chez moi cela se traduit par le fait que j’associe souvent des images avec certaines chansons, certaines sonorités, c’est sûrement de là que vient mon attrait pour le cinéma !

Photos prises par Lisa Lince avec le Daguerreotype Achromat 2.9/64.

Comment a commencé ton histoire avec la photographie ?

J’ai eu mon premier appareil photo il y a environ 7 ans mais je me suis vraiment investie dans la photo en parallèle de mes études, lorsque j’étais en école de cinéma. Au début, je shootais presque uniquement en argentique, sauf pour faire mes tests. La photographie à cette époque où je n’allais pas très bien, était mon échappatoire, une sorte d’art-thérapie. C’était la seule activité qui me faisait perdre la notion du temps et me permettait un temps de répit. Cela m’a énormément aidée à faire face à la dépression notamment. Créer des choses et les trouver belles me donnait le sentiment d’être accomplie quelque part. J’ai toujours été une personne plutôt réservée et du fait que je n’osais pas trop aller vers les gens, j’ai commencé la photo en immortalisant soit des lieux vides, soit en réalisant des autoportraits. Il y avait quelque chose qui me rassurait dans le fait d’immortaliser ce que j’étais à ce moment-là, comme pour garder une trace de ce que ressentais, une trace qui n’existait que pour moi.

Photos prises par Lisa Lince avec le Daguerreotype Achromat 2.9/64.

Tu as un univers très onirique et poétique, quelles sont tes sources d'inspiration ?

Je dirais que ma première source d’inspiration, c’est d’abord la musique et ce qu’elle me fait ressentir. Depuis des années j’écoute beaucoup de musique indie, de dream pop (Ruby Haunt, Fog Lake, Airiel,…). Je suis aussi fort inspirée par le cinéma avec des films tels que ceux de Sofia Coppola, Gus Van Sant ou encore Joachim Trier. Je pense que si je devais réaliser un film un jour, ce serait un drame filmé de manière très réaliste, presque naturaliste. J’aime ce qui est vrai, sans artifice, créé dans l’énergie du moment.
Sinon je suis une grande adepte d’Instagram donc je dirais que je m’inspire un peu de tout ce que j’y vois et qui s’inscrit dans l’esthétique que je recherche.

Qu'est-ce qui te plait dans l'esthétique offerte par le Daguerreotype Achromat ?

J’aime l’effet vaporeux et onirique qu’il permet. Je me balade souvent avec plusieurs appareils mais je sais lorsque la scène se prête pour le Daguerreotype Achromat. La forme du bokeh est juste incroyable, cela donne très bien lorsqu’on a un arrière-plan avec pas mal de détails derrière ou de la végétation car cela permet de recentrer l’attention vers le sujet, il y a alors comme une relation qui s’établit entre le décor et celui-ci. À la base, je préfère épurer mes compositions mais avec le Daguerretoype j’aime bien avoir quelques éléments en arrière-plan car cela rajoute de la matière.

Photos prises par Lisa Lince avec le Daguerreotype Achromat 2.9/64.

Tu as réalisé plusieurs portraits avec cet objectif, qu'est-ce qu'il t'apporte pour ce type de photographies ?

J’aime le fait que les personnes sont comme prises dans un rêve, semblent en dehors de la réalité. Le fait que les détails soient estompés par endroit permet de plus se concentrer sur l’énergie que dégage la personne. Puis l’optique donne un côté très doux et j’aime le regard que cela m’offre sur les personnes que je photographie.

As-tu des conseils à partager pour l'utilisation du Daguerreotype Achromat ?

J’essaye de ne pas me mettre trop loin du sujet lorsque je réalise des portraits. Si vous placez votre sujet de plain-pied au milieu d’un décor, il faut garder en tête que vous aller perdre des détails dans le visage. Tout cela dépend sur quoi vous voulez mettre l’accent. Dans tous les cas je pense qu’il faut se laisser inspirer par l’atmosphère qu’il procure et ne pas hésiter à jouer avec plusieurs textures différentes pour bien comprendre le rendu qu’offre l’optique.

Photos prises par Lisa Lince avec le Daguerreotype Achromat 2.9/64.

Envie de voir plus de photographies prises par Lisa ? Vous pouvez suivre la photographe sur Instagram.

Rendez-vous sur notre boutique en ligne pour en savoir plus sur l'Objectif Artistique Daguerreotype Achromat 2.9/64 Art Lens.

écrit par florinegarcin le 2022-06-04 dans #équipement #people

Daguerreotype Achromat 2.9/64 Art Lens

Le Daguerreotype Achromat 2.9/64 Art Lens est disponible en monture Canon EF, ou Nikon F, ou Pentax K (argentique & numérique), et avec d'autres modèles grâce à des adaptateurs !

Les articles les plus captivants