"Du cœur à l'ouvrage" - Photographies de Morgan Roué à l'Hôpital Bichat

4

Morgan Roué aka @carcinome est membre de la Communauté Lomography, photographe argentique et médecin anesthésiste-réanimateur à l'hôpital Bichat-Claude Bernard à Paris. Durant les derniers mois, il a mené un projet documentaire sur son lieu de travail afin de "montrer un quotidien sans artifice" avec les pellicules Lomography Berlin Kino et LomoChrome Metropolis. Avec "Du cœur à l'ouvrage Pt.I et II", il nous dévoile le bloc opératoire et la réanimation de l'hôpital du XVIIIème arrondissement de Paris en temps de pandémie de Covid-19. Nous nous sommes entretenus avec Morgan Roué à propos de ses photographies afin d'en savoir plus. Dans cette interview il est sujet de la vie à l'hôpital, de la question de la place de Morgan en tant que photographe et médecin et des points communs qu'il trouve entre la médecine et la photo argentique. Il nous explique les motivations de ce projet photographique dont "le cœur même [...] était de suivre les soignants" ainsi que les raisons pour lesquelles il a choisi le medium argentique. Nous vous proposons de découvrir ses réponses ainsi que ses images ci-dessous. Nous tenons à vous préciser que quelques unes des images peuvent heurter certaines sensibilités.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule Lomography Berlin Kino 35 mm.

Bonjour Morgan, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ? Depuis quand pratiques-tu la photographie ? Et depuis quand travailles-tu à l'hôpital Bichat ?

Bonjour Lomography, je m'appelle Morgan Roué, j’ai 31 ans et je suis médecin anesthésiste-réanimateur à l'hôpital Bichat-Claude Bernard dans le Nord de Paris. J’ai commencé la photographie argentique fin 2012. Je travaille en anesthésie et réanimation de chirurgie cardiaque depuis bientôt 1 an, mais j’avais déjà fait par le passé 2 semestres d’internat dans cet hôpital.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule LomoChrome Metropolis 35 mm.

Tu nous avais confié que tu souhaitais documenter ton quotidien à l’hôpital depuis un moment et nous dévoilons aujourd'hui des images de tes deux séries
"Du cœur à l'ouvrage Pt.I et II" que tu as commencées en mars dernier. Il semblerait que la concrétisation de ce projet ait été accélérée par la pandémie, tu as ressenti un besoin plus fort de documenter ton métier ?

L'idée du projet mûri depuis 3 ans et mon passage en anesthésie à l'hôpital Bichat quand j'étais encore interne. À l'époque je commençais à me mettre sérieusement à la photographie, j'ai décidé d'attendre avant de me lancer pour me perfectionner et d’être nommé médecin sénior pour que le projet ait plus de légitimité. Finalement avec l’épidémie Covid, les deux séries ont pris forme rapidement. Rétrospectivement j’avais probablement plus envie à cette époque de partager avec le grand public notre quotidien, mais il était aussi probablement plus simple de convaincre les équipes et les partenaires dans ce contexte.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule Lomography Berlin Kino 35 mm.

Comment tes collègues ont-ils accueilli le projet ? Et qu'en pensent-ils aujourd'hui ?

J’ai été agréablement surpris par leur enthousiasme, je ne m’attendais pas à ce que le projet soit si vite adopté par les équipes. Très peu de soignants ont refusé de participer. Au final j’ai l’impression qu’ils sont satisfaits du résultat.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule Lomography Berlin Kino 35 mm.

Pourquoi as-tu décidé de faire ce projet en argentique ? Est-ce un moyen de t'éloigner de l'imagerie de la photographie médicale et du côté clinique du numérique ?

Je voulais un rendu brut, sans artifice, très humain finalement… à l’image de ma conception de la médecine. Pour cela l’argentique était le choix optimal.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule LomoChrome Metropolis 35 mm.

Peux-tu nous en dire plus sur les raisons de ton choix des pellicules Lomography Berlin Kino et LomoChrome Metropolis ?

J’avais déjà pu essayer ces deux pellicules par le passé en voyage. Elles ont un grain particulier leur conférant un rendu intemporel. C’est cette esthétique que je voulais capter. J’avais notamment en tête le travail de James Stanfield sur la première greffe cardiaque en Pologne. Assez rapidement j’ai divisé les photos en deux séries : en couleur au bloc opératoire avec la Metropolis et en réanimation en N&B avec la Berlin Kino. La pellicule Metropolis était parfaite pour capter les tons froids bleu-vert et la lumière du bloc, tout en ayant un contraste intéressant et paradoxalement un rendu intense des tons rouges. Pour la réanimation, je voulais surtout me concentrer sur les soignants, le grain intense était vraiment intéressant pour faire des portraits et des scènes de vie intemporels.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule LomoChrome Metropolis 35 mm.

Tu es médecin mais aussi photographe, comment envisages-tu les relations (photographie médicale par exemple) et les oppositions entre la médecine et la photographie (science/art) ?

C’est amusant que tu fasses la comparaison, on disait jadis de pratiquer la médecine comme un art. C’est moins vrai aujourd’hui mais la médecine reste une science inexacte. La médecine et la photographie argentique ont beaucoup de points en commun, notamment en anesthésie-réanimation qui reste une spécialité très manuelle voir artisanale. Malgré des bases théoriques solides et une connaissance approfondie du matériel et des techniques le résultat est parfois imprévisible dans les deux domaines.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule LomoChrome Metropolis 35 mm.

Tu nous avais dit que tu souhaitais "montrer un quotidien sans artifice", sans pathos. Penses-tu que le fait que tu sois médecin ait eu une influence sur ton point de vue quand tu documentais tes heures de travail à l'hôpital Bichat ?

Il y a forcément un impact sur le résultat final. Photographier dans un univers familier, connaître les équipes soignantes, l'architecture des locaux et la luminosité ambiante m'a été d'une aide précieuse pour réaliser la série. Les photographies étaient probablement plus naturelles avec les soignants. De même, connaître les différents temps opératoires ou certaines situations en réanimation m’a permis d'anticiper et d’orienter les prises de vues.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule Lomography Berlin Kino 35 mm.

Ta pratique photo tourne principalement autour de tes voyages comme nous l'avons montré dans d'autres articles du Magazine. Quels ont été pour toi les défis à relever pour faire ton documentaire en milieu hospitalier ? Est-ce plus compliqué de photographier son lieu de travail, un endroit du quotidien, plutôt que des destinations lointaines ?

C’était différent à plusieurs niveaux. J’ai l’habitude de photographier dans de grands espaces, à l’hôpital la gestion de la composition était différente dans des espaces restreints. Donc finalement plus de verticalité dans les photos. Concernant la gestion lumineuse, la réanimation est un endroit assez contrasté avec beaucoup de lumière depuis les baies vitrées extérieures et peu de lumière à distance, induisant beaucoup de contre-jours. C’était un peu la même chose au bloc opératoire avec une lumière intense sous les scialytiques et peu en dehors. Mais au final ce qui m’a demandé le plus de travail sont probablement les portraits. Même si j’en réalise parfois en voyage, le cœur même du projet était de suivre les soignants, j’ai donc dû m’habituer à essayer de saisir ces moments décisifs. Capter leur regard était finalement plus simple au bloc où les équipes sont statiques comparé à la réanimation où tout est beaucoup plus dynamique et improvisé.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule LomoChrome Metropolis 35 mm.

Tu trouveras peut-être cette question bête, mais est-ce que les appareils sont autorisés ou simplement tolérés dans les hôpitaux et notamment dans les salles opératoires ?

Tout dépend du matériel, à vrai dire je ne pense pas qu’il y ai de charte exacte des appareils autorisés ou non. Après ça reste du bon sens : des appareils un minimum propre pour rentrer dans un bloc opératoire, essayer de déranger le moins possible l’intervention (donc éviter les appareils imposants, bruyants et les flashs), et surtout se tenir un minimum à distance du champs opératoire pour éviter de déstériliser le site opératoire.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule LomoChrome Metropolis 35 mm.

Considères-tu tes deux séries comme maintenant terminées ? Souhaites-tu les poursuivre ou en débuter une nouvelle avec une autre approche ?

Je suis en train de conclure le projet, il me reste une dizaine de clichés à prendre sur la dernière pellicule Berlin Kino. J’avais un temps en tête de prendre des photos de nuit avec des pellicules Cinestill 800, mais je pense que ce sera pour une autre série non dédiée au bloc et à la réanimation de chirurgie cardiaque. L’hôpital est un lieu hautement photogénique, encore assez peu exploité actuellement, certains secteurs comme la maternité, la radiologie ou encore les urgences pourraient se prêter à de belles photos.

Photos prises par Morgan Roué / @carcinome avec la pellicule Lomography Berlin Kino 35 mm.

Un dernier mot pour finir ?

Un grand merci aux équipes de réanimation et du bloc opératoire de chirurgie cardiaque de l’hôpital Bichat pour leur enthousiasme et leur dévouement notamment les Pr. Montravers et Pr. Nataf ainsi que le Dr. Dilly. Je tiens également à remercier Lomography France et Nation Photo pour le partenariat pour ce projet et particulièrement Florine et Ophélie pour leur aide !


Pour voir plus de séries de photos de Morgan, rendez-vous sur son site web et sur sa LomoHome. Vous pouvez également suivre le photographe sur Instagram.

Nous remercions vivement Morgan, ses collègues ainsi que l'Hôpital Bichat-Claude Bernard.

écrit par florinegarcin le 2020-09-19 dans #people #lieux #berlin-kino #lomochrome-metropolis #cacinome #morgan-roue #hopital-bichat

4 commentaires

  1. gheinz
    gheinz ·

    Remarquable travail, les photos sont exceptionnelles ! Chapeau @carcinome !

  2. carcinome
    carcinome ·

    @gheinz merci !

  3. severinegodissart
    severinegodissart ·

    Merci beaucoup pour ce partage de vie et ces photos incroyables

  4. frenchyfyl
    frenchyfyl ·

    Bravo !

Les articles les plus captivants