Morgane Erpicum à la conquête des paysages américains avec le Lomo'Instant Square

Depuis quelques années, Morgane Erpicum a trouvé un moyen d'exprimer sa voix à travers l'argentique. Très vite, elle a su manipuler l'appareil afin d'obtenir les résultats qui correspondaient sûrement à son approche de la vie : des compositions épurées, faisant l'ôde de l'essence d'un lieu où l'on retrouve rarement un présence humaine. La magnificence de la Nature qui se suffit à elle-même et une source de sérénité certaine. Des spectacles dans lesquels nous nous perdons et questionnons également la place de l'homme face à l'immensité du monde. Cette fois-ci, Morgane est partie à l'aventure des déserts de la California, de l'Arizona, du Nouveau-Mexique, du Nevada et de l'Utah équipée du Lomo'Instant Square, dont vous découvrirez les résultats ci-dessous ainsi que quelques confidences faites lors de cette interview.

Bienvenue sur le Magazine Lomography Morgane ! Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Merci beaucoup ! Je m’appelle Morgane Erpicum, et je suis née en 1991 à Bruxelles. Je pratique la photo professionnellement à mi-temps, en complément de mon travail en tant qu’ostéopathe.
Je suis mariée. Avec mon compagnon, on a énormément bourlingué après nos études, mais résidons en ce moment près de Bruxelles pour une petite année - le temps de finaliser un déménagement en Islande.

Quel a été ton premier contact avec la photographie ? Aurais-tu une anecdote à nous raconter ?

J’ai toujours peint et dessiné, sans spécialement ressentir l’envie d’explorer d’autres disciplines artistiques. J’ai commencé à voyager beaucoup à partir de 2013, ce qui a rapidement suscité l’envie de capturer certaines émotions fortes et les images qui me restaient en tête, sans posséder le talent et la finesse nécessaires pour les coucher sur le papier.

Photos prises par Morgane Erpicum avec un Lomo'Instant Square.

Mon mari m’a offert mon premier appareil pour mes 21 ans - un Olympus OM1n. Je n’avais jamais vraiment utilisé d’appareil photo, et encore moins un argentique.
C’est triste à dire, mais le boîtier est resté dans son emballage pendant deux ans. Malgré les encouragements de mon mari, qui était certain que j’en tirerais énormément de plaisir (et malgré le fait qu’il était un peu vexé - pardon mon cœur), je n’arrivais pas à dépasser mes appréhensions.
En janvier 2016, on s’envolait pour six mois de vadrouille en Amérique du Sud et du Nord. J’ai surmonté mes angoisses, lu le manuel de fond en comble, parcouru des centaines de forums et acheté 35 pellicules couleurs. 11 photos par jour pour apprendre, spontanément, sans me rendre compte des gigantesques lacunes que j’avais.
Je n’ai jamais remis l’appareil dans sa boîte, et chaque jour représente une autre opportunité d’apprentissage.

A travers ton travail à l’argentique, tu fais la composition de tableaux visuels grâce aux paysages que tu rencontres. Qu’est-ce qui te fascine dans ce sujet ?

Je suis une grande introvertie. Malgré mon rapport quotidien au corps et, de manière générale, une population large et diverse dans le cadre de l’ostéopathie, le contact initial avec les autres m’est assez difficile. Il m’était certainement impossible au départ d’imaginer approcher un inconnu pour un cliché.
J’ai fait des progrès depuis, mais c’est l’une des raisons qui expliquent l’attrait certain que la photographie de paysage exerce sur moi.

Photos prises par Morgane Erpicum avec un Lomo'Instant Square.

Après, je me suis vite rendu compte que j’avais de véritables paysages de prédilection, si l’on veut. Mon travail documente les régions du globe à la lisière de l’inhabitable et de l’inaccessible, les plus extrêmes - et donc les plus vulnérables au changement. Que l’on parle de grands espaces désertiques de l’Ouest américain, ou de glaciers au fin fond de la Patagonie, ce sont ces endroits qui m’inspirent de par le curieux mélange de paix qu’ils me procurent et les sentiments d’urgence et d’impuissance ressentis à l’idée qu’ils disparaissent pour de bon. C’est pour cela que je me concentre de plus en plus sur les effets de l’Anthropocène sur notre planète.

Selon toi, comment se distinguent l’instantané de l’argentique l’un de l’autre ?

J’ai acheté le Lomo'Instant Square parce que j’ai déjà utilisé les produits Lomography par le passé avec beaucoup de succès. C’était certainement intéressant d’avoir l’opportunité de travailler en argentique et en instantané. On va dire que je garde l’instantané pour les instants fugaces d’un voyage, les souvenirs plus sensoriels - les moments qui n’appartiennent qu’à nous. J’utilise l’argentique pour les séries que je présente en exposition et avec ma galerie ou mon portfolio en général - avec plus de sérieux, beaucoup plus de réflexion et aussi une plus grande flexibilité et qualité au niveau des objectifs et de la résolution.

Photos prises par Morgane Erpicum avec un Lomo'Instant Square.

Quelle fonctionnalité de cet appareil t’a plu par-dessus tout ? Aurais-tu des conseils pour ceux qui débutent avec le Lomo’Instant Square ?

Trois critères absolument indispensables m’ont fait choisir le Lomo'Instant Square :
- Les expositions multiples
- La possibilité d’utiliser deux formats de films différents
- Le format Square, tout simplement plus plaisant à mes yeux

Photos prises par Morgane Erpicum avec un Lomo'Instant Square.

Quant aux conseils que je pourrais donner à un nouvel utilisateur, ils sont assez concis :
- Ne pas oublier que le flash est TOUJOURS enclenché à l’allumage de l’appareil (il faut donc l’éteindre manuellement)
- Ne pas hésiter à utiliser les fonctions de compensation pour l’expo (surtout lors de journées très ensoleillées)
- Garder l’appareil bien droit quand le film sort de la fente et ne pas le prendre par le coin - il vaut mieux appliquer une légère traction au milieu du film afin d’éviter de drôles de réactions chimiques sur les coins supérieurs de l’image

Tu alternes entre le format carré et le demi format. Comment penses-tu que le choix de format influence l’image ?

Photos prises par Morgane Erpicum avec un Lomo'Instant Square.

J’ai tendance à shooter en paysage 99% du temps. Cela dit, le format est portrait est intéressant aussi, surtout dans le cadre d’un photoreportage. Je pense avoir tendance à privilégier le format portrait pour les compositions plus chargées, ainsi que pour les prises assez proches du sujet. Une autre raison qui m’a poussée à utiliser le format portrait est le fait que je voulais prendre une grande majorité de clichés en noir et blanc, vu que mon travail en argentique est principalement en couleur - et le format Square n’est pas encore dispo en n&b !

Ta série relève un peu du rêve américain, l’imaginaire de « On the Road » de Kerouac, l’évasion. Comment s’est déroulé ton voyage et quel souvenir en gardes- tu ?

Photos prises par Morgane Erpicum avec un Lomo'Instant Square.

Nous sommes partis aux US pour travailler sur une série qui sera, je l’espère, bientôt un livre. Cette série explore les multiples interactions entre l’homme et le Sauvage (Wilderness) sous toutes ses coutures - que ce soit le cas d’une cohabitation paisible, d’une synergie respectueuse et profitable ou de destruction pour le profit - dans l’Ouest Américain. J’en garde des souvenirs très intenses. On a vu beaucoup de choses qui nous ont mis en colère, heurtés, blessés. Nous avons également explore de véritables oasis de paix vierges de toute trace humaine, sans personne à la ronde, qui nous ont mis du baume au cœur. C’est vrai que les photos évoquent également un sentiment d’échappée à la Kerouac - cela veut peut-être dire que j’ai réussi à mettre en image tout le bien que ces régions nous font à l’âme. Ce qui, en somme, est mon but ultime. Après tout, quel meilleur moyen d’inspirer les gens à les protéger et les respecter que de les faire tomber amoureux de ces miracles de la nature ?

Sur ton compte instagram, tu accompagnes souvent ton image d’un petit récit aux allures de journal intime. Pourrais-tu choisir ta photo préférée de cette série et nous expliquer ce choix ?

Ma photo préférée est celle des cactus en fleurs. On était en train de grimper pour atteindre une zone très préservée dans les montagnes. La sécheresse gagnant du terrain, nous n’avions vu jusque-là que de toutes petites fleurs décharnées.

Photo prise par Morgane Erpicum avec un Lomo'Instant Square.

Après quelques kilomètres, le sentier laissa place à de hauts bancs de sable littéralement envahis de parterres de cactus d’un magnifique bleu vert et aux fleurs d’un rose intense.
Absorbés dans la contemplation de ces myriades de tons poudrés, on fut soudain arrachés à notre rêverie par le grelot terrifiant d’un serpent à sonnette... À deux mètres du parterre de cactus.
J’ai pris la photo et décampé aussi vite que possible - l’avantage de l’instantané !

Nous te remercions pour ces magnifiques photos. Pour finir, quels sont tes projets à venir ?

Je dois avouer être en pleine reflection. Non pas à propos des raisons qui me poussent à continuer, mais plutôt quant au but que je cherche à atteindre afin de m’épanouir professionnellement. J’ai donc mis la photo sur pause ce mois d’août afin de faire un point. Dans tous les cas, mes prochains projets sont de travailler sur le livre évoqué plus haut, ainsi que sur les expos qui s’alignent doucement pour la fin de l’année (trois pour le moment, deux sur Bruxelles dont une en solo et une expo de groupe à New York en septembre-octobre).

Photos prises par Morgane Erpicum avec un Lomo'Instant Square.

Si ces photographies vous ont plu, les nouveautés visuelles de Morgane sont présentées sur son Instagram, Facebook ou son site web.

Le Lomo'Instant Square est disponible sur notre Online Shop !

2018-08-27 #people

Produits mentionnés

Lomo'Instant Square Glass

Lomo'Instant Square Glass

Le Lomo'Instant Square est le tout premier appareil au monde entièrement analogique à produire des photos au format Instax square. Il vous permet de capturer le monde de manière spectaculaire avec des clichés format carré parfaitement composés. Avec son objectif 95mm en verre (équivalent 45mm) et son mode automatique perfectionné qui se charge de l'exposition, le Lomo'Instant Square permet de prendre des photos parfaitement exposées et incroyablement nettes.

Les articles les plus captivants