La côte Basque dans les yeux de Paul Bihr avec le Lomo LC-A+

1

Originaire du Havre, Paul Bihr vit désormais près de la Côte Basque qu'il explore dès qu'il en a la possibilité. Découvrez sa série réalisée avec le Lomo LC-A+ et apprenez-en plus sur ses expériences photographiques !


Hello Paul ! Comment vas-tu ?

Écoute, ça va plutôt bien on est dimanche, je suis posé dans mon canapé et je ne fais strictement rien depuis ce matin hormis regarder la pluie et compter les passants du haut de mon deuxième étage à Bordeaux.

Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Paul, j’ai grandi au Havre entre les paysages et l’aiguille creuse d’Etretat. Je passe la plupart de mon temps libre à photographier mes potes ou des paysages, j’aime aussi faire la fête jusqu’au lever du jour et pécher des crevettes.

Photos prises par Paul Bihr avec le Lomo LC-A+ et la pellicule Lomography Color Negative 100 ISO.

Peux-tu nous recompter ton histoire avec la photo argentique ?

J’ai commencé la photographie en 2010 sans trop savoir pourquoi, je crois que je n’avais pas encore trop de passion à l’époque, à part écouter de la musique, trainer dans les bars avec mes potes et faire n’importe quoi. Alors un jour je me suis dit, pourquoi ne pas essayer la photo. J’ai commencé par le numérique, j’ai acheté un gros boitier d’occasion (le Nikon D2X) et j’ai commencé à vraiment passer mon temps à prendre des photos de paysage. Il y a une lumière particulièrement froide au Havre, ça te permet d’obtenir des couleurs de couchers de soleil dans les tons violets, roses, c’est vraiment magique. J’ai commencé l’argentique quelques années plus tard avec un Canon AE-1 et un 50mm 1.4 comme neuf que j’ai déniché à 5 euros chez Emmaüs. L’argentique est à mon sens beaucoup plus pur tant dans les couleurs que dans le rendu granuleux qu’il procure. Les couleurs sont beaucoup plus proches de la réalité et je n’ai jamais réussi à obtenir le même résultat avec du numérique. Chaque photo prise à l’argentique a quelque chose d’unique et puis à chaque nouveau développement, c’est la surprise, ça a quelque chose d’excitant. Et puis on sait à quoi s’en tenir si la photo est moche, il n’y a rien à faire, pas comme avec le numérique où l’on s’efforce toujours de vouloir faire des retouches pour rattraper les dégâts.

Photos prises par Paul Bihr avec le Lomo LC-A+ et la pellicule Lomography Color Negative 100 ISO.

À ton avis pourquoi est-ce qu’on continue à faire de l’argentique encore aujourd’hui ?

Je pense qu’il est impossible d’obtenir la même atmosphère avec du numérique, et les négatifs ont aussi leur importance. Je trouve important de pouvoir garder une forme physique de ses photos, il n’est pas possible de faire un copier-coller des négatifs contrairement à un fichier photo sorti d’un boitier numérique. On apprend aussi beaucoup plus vite la photographie avec un argentique, les négatifs étant limités. On s’applique beaucoup plus tant pour les réglages de l’appareil que pour le cadrage.

Photos prises par Paul Bihr avec le Lomo LC-A+ et la pellicule Lomography Color Negative 100 ISO.

Parle-nous un peu de cette série que nous présentons aujourd’hui. Où as-tu pris ces photos et qui sont tes modèles ?

J’ai fait la série sur la côte Basque, entre Biarritz et Saint-Jean-de-Luz où je passe pas mal de mon temps. La plupart du temps, ma copine est mon modèle (Chloé Deboislorey), qui fait elle aussi de la photo d’ailleurs, sinon des ami(e)s. J’ai toujours vécu sur le littoral et je ne me sens vraiment bien que près de la mer. J’adore contempler les paysages marins, flâner entre deux bourrasques ou deux vagues. Je voulais vous faire partager cette ambiance paisible, cette envie d’évasion que procure la mer.

Si tu devais accompagner tes photos prises avec le LC-A+ d’une musique quelle serait-elle ?

Une musique, ça va être compliqué... Je choisirais Sketch for Summer de The Durutti Column, sinon le Late Night tales de MGMT, ou encore un album de Fleet Foxes avec un bon chocolat chaud, à vous de choisir.

Photos prises par Paul Bihr avec le Lomo LC-A+ et la pellicule Lomography Color Negative 100 ISO.

Qu’est-ce que tu as pensé du Lomo LC-A+ ?

Il est vraiment facile d’utilisation, très compact et robuste. L’optique grand angle est sympa. On peut l’emmener partout avec nous, même en soirée, son flash est très efficace. Il convient très bien aux débutants voulant commencer l’argentique. Je le conseille à tous ceux qui veulent débuter la photo. Pour ma part, j’ai surtout flashé sur vos pellicules Lomography Color Negative 100 ISO, le rendu est très bien travaillé avec un grain juste ce qu’il faut, et une gamme couleur qui me plait énormément.

De futurs projets à partager avec nous ?

J’ai plusieurs trips photos programmés avec ma copine, dont un au Népal. Pour les autres, je laisse un peu de suspens...


Si les clichés de Paul vous ont plu, retrouvez ses travaux sur son compte Instagram et sur son site.

2019-02-05 #people #people #lc-a #lomo-lca #lomoamigo #paul-bihr

Produits mentionnés

Lomo LC-A+

Lomo LC-A+

Devenez un pro de la photographie argentique avec la famille Lomo LC-A. Ayez la touche "Lomography 35mm" avec son vignettage, des couleurs éclatantes et saturées. Le Lomo LC-A est l'appareil russe classique avec une mesure d'exposition. Le Lomo LC-A+ est doté de fonctionnalités supplémentaires comme la multi-exposition, une gamme ISO étendue à 1600 et un câble de déclenchement !

Les articles les plus captivants