Community Amigo : Corentin Schieb

2016-06-16 2

Nom : Corentin Schieb
LomoHome : corentinschieb
Ville : Nantes, France
Âge : 23 ans

Hey ! Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur toi ?

Je m’appelle Corentin Schieb, j’ai 23 ans, je viens de Nantes et je fais des photographies.

Depuis combien de temps es-tu Lomographe ?

J’ai commencé à prendre des photos en 2012 mais j’ai été initié à l’argentique en 2014 lorsque mon père m’a offert un Lomo LC-A. Cela a été une révélation ! Depuis, la photographie argentique a pris le dessus et d’autres appareils ont suivi… Je continue parfois d’utiliser mon reflex numérique pour certaines choses, notamment la vidéo, mais j’essaye de me consacrer pleinement à l’argentique.

Quels sont les appareils photo que tu as ?

Mon tout premier appareil argentique fut un Lomo LC A, suivi quelques mois plus tard d’un reflex argentique Canon EOS 650, et dernièrement d’un Leica IIF (que j’utilise uniquement pour des tirages noir & blanc). Côté instantané, j’utilise un Polaroid Image System de 1986, avec un super rendu. J’affectionne aussi particulièrement utiliser des appareils photos jetables : c’est discret, ludique et parfait pour capturer rapidement des instants insolites ! Dès qu’il y a une scène devant moi ou n’importe quoi, la nuit comme en plein, jour j’ai juste à prendre l’appareil au fond de ma poche. Quant au numérique, j’ai un reflex Canon 550 D, qui m’a permis pendant plusieurs années d’apprendre, de comprendre et de ne plus être dépendant de la technique photographique.

Peux-tu nous raconter ton expérience avec ces appareils photo ?

Mon appareil préféré reste clairement le Canon 650 EOS. D’une part, son coté pratique me permet de l’emmener facilement partout avec moi, et d’autre part, c’est un super reflex argentique polyvalent. De plus, j’ai une fâcheuse tendance à malmener mes appareils lorsque je voyage, mais celui-ci a une très bonne résistance ! Il me suit quasiment partout, et me permet de capturer ce qui m’entoure. Mais depuis peu, j’utilise beaucoup le Leica IIF, plus lourd et complexe à manipuler. Mais son apparence, son poids, sa conception me fascinent : le retour à un objet entièrement réglable manuellement, l’œil au travers de la machine.

Quel est ton appareil Lomography préféré ? Et pourquoi ?

Le lomo Lubitel 166+. Je ne l’ai eu qu’une seule fois entre mes mains pour faire quelques portraits, mais il m’a immédiatement séduit : sa forme, sa façon de fonctionner, le rendu… une future acquisition peut être ?

A ton avis, pourquoi on continue de faire de l’argentique ?

Au-delà de son esthétique qui séduit de plus en plus les personnes en quête de de couleurs, d’expérimentations et de textures, je pense que le procédé de la photo argentique continue de captiver. Face à la démocratisation du numérique, c’est un retour aux sources, où la valeur d’un cliché est complètement reconsidérée. De la prise de vue au développement final, c’est une démarche authentique et sincère, où la technique et les lois photographiques ne sont plus des contraintes mais une force pour expérimenter et créer.

Et alors que le numérique donne rapidement des milliers d’images visibles sur les écrans des reflex, shooter à l’argentique me parait beaucoup plus spontané : on prend la photo, et on découvre quelques temps plus tard le résultat, le souvenir. Quand je récupère les photos développées de mes pellicules, je suis toujours comme un gamin à Noël devant ses cadeaux emballés, impatient de découvrir ce qu’il y’a dedans ! L’image prend un sens différent : elle est amenée à se matérialiser lorsque des centaines de clichés numériques restent perdus sur des cartes mémoires.

Quels sont les endroits que tu aimes photographier ?

Les grands espaces et les lieux insolites, parfois délaissés de toute présence humaine. Mais j’aime surtout photographier mes amis, les personnes que j’affectionne et que je rencontre, que ce soit dans notre quotidien, ou au travers de l’intimité de nos voyages et de nos aventures… dans l’appropriation du monde urbain ou de la nature, et la découverte de ce qui nous entoure. C’est la beauté brute de la jeunesse et sa recherche de liberté que j’aime photographier.

Peux-tu nous parler un peu des photos que tu as choisies de nous montrer ?

Les photos que j’ai choisi proviennent principalement de mon séjour à Berlin, dont je reviens après plus d’un an et demi de vie là-bas. C’est une ville incroyable, apaisante, pleine de surprises et j’en suis tombé amoureux. C’est aussi un univers que j’ai trouvé très inspirant, et propice aux belles rencontres et aux découvertes inattendues. Au-delà des histoires qu’elles peuvent raconter, ces photos témoignent chacune de moments précieux à mes yeux, et que j’ai voulu figer. Tenter de saisir les instants éphémères et les rendre immortels. Car la chose que je recherche le plus au travers de la photo est le partage : le fait de capturer des scènes de vie, l’amitié, l’amour, les rencontres furtives… et d’en faire des souvenirs que je peux partager.

Peux-tu nous recommander des LomoHomes que tu aimes suivre ?

J’adore le travail de @lafilledeer que je suivais avant d’arriver sur Lomography ! Des photographies tendres et sincères. Je recommande également les talentueux @haydenwilliams et @louisdazy (qui ne poste pas beaucoup sur le site, mais ses photos sont magnifiques). Sinon, @blackxsel, que je connais personnellement, réalise de superbes créations !

Merci !

écrit par lomographyfrance le 2016-06-16 dans

Cliquez ici pour plus d'articles inspirants et festifs sur notre page Happy Holidays. Vous pourrez participer à notre incroyable compétition pour gagner un panier cadeau Lomography, répondre à un test amusant, et découvrir nos offres quotidiennes !

Les articles les plus captivants