Community Amigo : Jimmy (underthebridgedownton)

2015-09-14 1

Underthebridgedownton est un photographe rêveur, indépendant et qui adore toucher à l’image que ce soit dans le cinéma, la photo ou la peinture… Découvrez qui se cache derrière ce Lomographe !

Nom : Underthebridgedownton
LomoHome : underthebridgedownton
Ville : Auray,France
Âge : 42

Hey ! Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur toi ?

Je m’appelle Jimmy aka Underthebridgedownton ( en référence à un de mes groupes favoris, les Red Hot Chili Peppers.. ), j’habite à Auray en Bretagne. Photographe indépendant, rêveur, j’adore tout ce qui touche à l’image (cinéma, photo, peinture… ). J’aime aussi beaucoup la voile, car j’ai longtemps eu la chance de travailler dans le milieu de la course au large. J’aime voyager, la voile et découvrir de nouvelles choses et endroits. J’ai toujours sur moi un appareil photo.

Depuis combien de temps es-tu Lomographe ?

Depuis 4 ans environ. A l’époque, j’ai démarré avec un Holga 120 WPC, qui me permettait de faire des sténopés panoramiques. Mais je pratique l’argentique depuis presque 40 ans…. pfff cela ne me rajeunit pas :-)

Quels sont les appareils photo que tu as ?

J’ai la chance d’avoir un certain nombre d’appareils photo. Mais ces dernières années, j’en ai revendu beaucoup pour financer des projets photographiques personnels. Au niveau appareil lomographique j’ai actuellement, un Lomo LC-A et son caisson Krab, Un Diana F+ avec le kit deluxe, un Lomo LC-A avec son dos Instax, un Fisheye One et un “Action sampler”:, un Holga 120n. Par le passé j’ai eu un Holga 120, un Fisheye n°2 et un Sprocket Rocket, que j’ai revendu à regret, je pense que d’ici la fin de l’année, je vais reprendre un Sprocket Rocket .

Peux-tu nous raconter ton expérience avec ces appareils photo ?

En général, quand je choisis d’utiliser un appareil photo, c’est en fonction du sujet ou de la série que je souhaite faire, j’ai donc eu de multiples expériences, bonnes comme mauvaises (la quasi-perte de toutes mes photos lors de mon trip à Belfast par exemple…). Mais l’expérience positive, qui revient souvent avec ses appareils, ce sont les rencontres qu’ils provoquent.

Souvent les gens, sont surpris et se demande bien ce que je fais ?

Ce qui permet souvent d’engager la conversation ce qui est toujours sympathique et parfois permets de convertir certains à la pratique argentique.

Quel est ton appareil Lomography préféré ? Et pourquoi ?

En fait ce n’est pas un, mais deux. Le premier, c’est mon Holga 120 WPC, cet appareil moyen format, me suit depuis bientôt 4 ans. J’apprécie son côté rustique et costaud, mais aussi et surtout la qualité de sa lentille qui est pourtant en plastique. A plusieurs reprises j’ai réalisé des séries avec cet appareil, et les gens sont souvent surpris quand je leur révèle avec quoi je les ai réalisées. J’apprécie aussi particulièrement mon Lomo LC-A. Comme je suis adepte de photographie instantanée, j’ai fait l’acquisition d’un second Lomo LC-A avec son dos Instax. Je trouve que c’est un appareil, en plus du rendu, très attachant et surtout très discret.

A ton avis, pourquoi on continue à faire de l’argentique ?

Je me suis souvent posé la question. J’ai la chance d’avoir connu et pratiqué la photo avant que n’existe la photo numérique. Même si les deux ont leur avantage et inconvénient, le principal avantage pour moi avec l’argentique, plus que le côté « nostalgique », c’est le fait de garder quelque chose de tangible, palpable. Et c’est, je pense, ce qui pousse beaucoup de photographes à utiliser l’argentique. J’ai 42 ans, et il y a quelques années, j’ai retrouvé mes premières photos réalisées au Kodak Instamatic à l’âge de 5 ou 6 ans. Qu’en sera-t-il dans le futur? Les personnes qui ne font que du numérique, auront-ils la chance un jour de trouver au fond d’une boîte à chaussure, comme moi, des photos qui leur tiennent à cœur ?

Je n’en suis pas si sur. Car moi le premier, quand j’utilise le numérique, même si j’ai gardé l’habitude de mes années argentiques, en ne photographiant pas à tout va, il m’arrive parfois de ne jamais faire imprimer mes photos numériques. J’ai l’espoir que dans le futur, mes descendants pourront néanmoins accéder à ces photos, même si j’ai parfois un doute. Contrairement aux négatifs, photos sur papier et livre photo que je fais imprimer que j’accumule et qui resteront accessibles. Pour mes séries personnelles, j’utilise principalement l’argentique. Pour mes travaux de commandes avec les entreprises, j’utilise le numérique. Mais il m’est arrivé de réaliser des banques d’images et des dossiers de presse pour des sponsors dans le milieu de la voile, où le client acceptait des portraits réalisés au Polaroid par exemple ou au Sprocket Rocket. Il m’est même arrivé de couvrir des événements internationaux, comme la Volvo Ocean Race (V.O.R.) ou la Semaine du Golfe uniquement à l’argentique aussi, principalement avec mon Holga 120 WPC. Mais aussi et surtout, l’argentique, impose souvent de prendre son temps, et à notre époque, cela n’a pas de prix !

Quels sont les endroits que tu aimes photographier ?

J’aime beaucoup photographier l’océan et ses environs. J’ai la chance d’être né et de vivre en bord de mer, c’est peut-être pour cela. Néanmoins j’aime aussi beaucoup photographier les villes, comme Liverpool et Belfast par exemple mais aussi et surtout les gens que j’aime, ma famille et mes amis.

Peux-tu nous parler un peu des photos que tu as choisies de nous montrer ?

J’ai choisi quelques photos qui me représentent assez bien, je pense. Ce n’est pas facile de choisir, d’autant que par manque de temps, à tort, je ne mets pas toutes les photos que j’apprécie en ligne. Le pont est une des premières photos que j’ai fait avec mon Holga 120wpc et qui m’a donné le goût d’utiliser des appareils photo lomographique. Pour l’anecdote, je développe moi même mes photos, couleurs, comme noir et blanc. Donc quand j’ai vu le négatif, je suis resté baba devant le résultat obtenu. Pas par le sujet, mais qu’un tel appareil puisse donner de tels résultats à fait que je me suis dit que les possibilités sont infinies et je trouve cela très inspirant ! Le musicien : j’aime ce portrait, car j’ai failli le perdre. Lors du développement, j’ai voulu gagner du temps et mis à la suite deux films sur la même bobine. Résultat, les deux négatifs se sont retrouvés collés, dont cette photo, d’où les couleurs bizarres autour du musicien. J’ai failli mettre le négatif à la poubelle. Mais quand j’ai scanné le négatif, cette photo a été une bonne surprise. Et puis c’est la première fois que je couvrais un événement nautique internationale “La semaine du golfe”, avec mon Holga.

La photo issue de ma série Yeu Island Trip, avec mon pote Fred, qui se la joue à la « Titanic », cette photo a été faite avec mon Holga 120 lors de la réalisation d’un article pour le magazine Voiles et Voiliers. A l’époque chaque mois, il y avait un article dans Voiles et Voiliers, sur un lieu où il est sympa de naviguer, accessible au plus grand nombre. Fred, le journaliste, un copain, m’a proposé d’y participer, ce que j’ai fait avec grand plaisir, non sans embarquer mon Holga.

“Summer times” est une photo faite à l’aide de mon Lomo LC-A, je l’aime bien, car, cela représente bien la solitude « hors saison » que je ressens avec toutes ces maisons de vacances fermées, qui signe la fin de l’été.

“Daily”, cette photo est celle de la voiture de ma nièce Maya. C’est l’exemple même de photo que j’apprécie de faire. Car les bons souvenirs des vacances de cet été là remontent vite quand je regarde cette photo.

Peux-tu nous recommander des LomoHomes que tu aimes suivre ?

J’apprécie de nombreux Lomographes et particulièrement :

- Frenchyfyl pour sa façon particulière de jouer avec la lumière et la perspective

- Shibuya pour l’ambiance qui se dégage de ses photos

- Roundmidnight pour ses photos de 2 CV mais pas que il sait aussi saisir des moments de vies sympathique.

- Manon-vacher pour la poésie qui se dégage de ses photos.

- Oleman pour ses photos qui me font voyager à chaque fois.

- Polka- pour son regard sur Lyon et ses photos de rues.

Et pour finir :

- The Blues, qui ne la connait pas ? J’aime beaucoup sa façon de voir, et de nous faire redécouvrir, Paris, qui a été pourtant maintes fois photographiée. Malgré tout cela, elle arrive encore à nous dénicher ce « Paris Insolite ».

Merci !

écrit par lomographyfrance le 2015-09-14 dans #people #lomoamigo

Les articles les plus captivants