Vous avez déjà un compte ? S'identifier | Nouveau chez Lomography ? S'enregistrer | Lab | Site actuel :

Filmer avec le LomoKino : un tutoriel complet pour raconter une histoire en images

Si tu veux faire un film LomoKino et y raconter une histoire il existe une procédure qui a aidé des générations de réalisateurs pour obtenir le meilleur résultat de leurs travaux. Tu trouveras ici un guide pas à pas pour atteindre tes buts LomoKino.

Tourner un film est une des choses les plus marrantes et intéressantes à faire, mais ça peut-être également frustrant si tu ne sais pas comment procéder dès le début. C’est un processus qui procure du plaisir mais qui nécessite un dur travail et une bonne organisation. Je vais vous dire comment gérer chaque étapes d’une manière facile et divertissante. C’est parti !

Commençons par le commencement : l’Idée.

On dit que le processus de réalisation d’un film débute dans l’esprit lorsque vous imaginez le rendu final, c’est la raison pour laquelle à partir de maintenant, tout va dépendre du concept auquel vous avez pensez au début. Alors, gardez en tête ce que vous avez envie de dire ou communiquer via votre film, et une fois la décision prise, n’hésitez jamais.

Même si c’est un processus naturel de douter ses idées en cours de processus, ça peut vous causez du tord, en vous faisant prendre les mauvaises décisions lorsque vous êtes en train de tourner. Conservez vos idées principales jusqu’à la fin et vous serez satisfaits des résultats.

Gardez en tête qu’au cours du processus, vous trouverez des options et de meilleurs moyens que ce que vous aviez en tête, et dans ces situations, c’est bien de les suivre. La chose essentielle qui doit rester inchangée au cours du processus, c’est le noyau, l’Idée, pas la façon de la réaliser. Toujours pensez à pourquoi vous avez envie de raconter cette histoire et vous ne le regretterez jamais.

Et comment trouver les bonnes idées ? Le meilleur moyen, c’est de penser à des choses qui vous tiennent à cœur. Ne cherchez pas à faire quelque chose qui ne vous plais pas à vous, mais qui plairont à d’autres, les résultats ne seront que mauvais. Le but c’est qu’à la fin vous vous soyez amusé et que vous avez pris du plaisir à tourner votre film.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner ici, c’est d’être créatif. Ne pensez pas que vous ne pouvez pas tourner un film dans l’espace ou sous l’eau, bien sur que vous pouvez, soyez créatifs et trouvez une façon facile de l’être. Et si le cœur vous en dit, n’ayez crainte de tourner des choses réalistes, ça peut être très intéressant à faire aussi.

Si George Méliès a été capable de faire Le Voyage dans la Lune lorsque le cinéma ne faisait que débuter, pourquoi ne pourriez vous pas faire quelque d’extraordinaire avec le LomoKino*?

On peut toujours se tourner vers Méliès comme source d’inspiration !

Étape suivante : Former le concept.

Puisque maintenant tu sais ce que tu as envie de dire et pourquoi, tu dois essayer de définir comment le réaliser. Est ce que ça va être une animation ? Un film d’action? Ou un mélange des deux ? Peu importe ce que tu décides, si c’est ce que tu veux, le résultat sera bon.

Ça ne fais pas de mal au processus créatif de l’écrire noir sur blanc !

IC’est important de savoir à quoi tu veux que ça ressemble. De quelle couleurs , si ça va rester simple et il n’y aura pas grand chose à l’image, ou au contraire qu’il y ai beaucoup de contenu.

Une autre chose à savoir aussi, si c’est tu veux un film avec du son ou muet. Même si les images brutes on de la classe, je recommande vivement d-y rajouter du son, le public est habitué au son qui peut l’aider à ressentir ce que tu as envie qu’il ressente. Un peu de musique fait facilement l’affaire. Si tu décides de rajouter de la voix, en quelle quantité et pourquoi ; n’oubliez pas qu’avec le LomoKino vous ne pouvez avoir une synchro-labiale, mais il peut être intéressant d’y entendre une voix narrative.

Une autre chose à avoir en tête c’est la durée du film. Tu peux en réaliser de très longs (si le portefeuille suit) mais je recommande de faire court et simple. De part la nature du LomoKino, il fonctionne à merveille pour de courtes histoires. N’oubliez pas que de nos jours, les pubs tv font en général environ 30 secondes, et que certaines d’entre elles arrivent à raconter une histoire complète.

Une fois le concept façonné, et que tu as le film complet en tête, il est temps de mettre tes mains à l’oeuvre.

Le pont vers le film: le Storyboard.

C’est une étape cruciale de la réalisation d’un film, qui te fournis un guide visuel de ce que tu vas filmer et ça aide à ne pas perdre de temps en cours de tournage. Il t’aide aussi à décider quels sont les meilleurs plans à utiliser et te donne l’opportunité de jouer avec, tu peux les faire travailler en groupe, pour y changer l’ordre facilement, pour que tu puisses trouver le meilleur moyen de réaliser.

Il est vrai que ce n’est pas forcément nécessaire de faire un storyboard pour réaliser un film, mais c’est explorer dangereusement l’art de réalisation. Je recommande de faire des storyboards, tu ne perdras pas beaucoup de temps et tu vas vraiment t’amuser.

Sur un storyboard, il faut dessiner chaque plan sur papier. Tu peux dessiner chaque mouvement de caméra, soit un dessin où le cadre change considérablement, ou un nouveau dessin lorsqu’un des sujets bouge considérablement dans le même cadre.

Les dessins n’ont pas besoin d’être parfaits, ils doivent juste être compréhensible pour toi et pour les gens qui travailleront avec toi.

Aussi, si tu as du son dans ton film, il peut être utile d’écrire sous le dessin le son qu’on est censé entendre. Comme ça une fois le montage du film pour y rajouter du son, tu sauras exactement quoi faire et ça sera facile.

Un simple mot suffit, c’est juste histoire d’avoir un guide.

Tu peux dessiner sur une feuille blanche avec un crayon. Je recommande d’utiliser un marqueur noir, tout simplement parce que ça ressemble à quelque chose avec des formes simples et ça ne peut être accidentellement effacé.

Les aspects techniques : Où, quand et quoi utiliser en tournage.

Souviens toi du concept dans ta tête et de comment tu l’envisageais, il est temps de ramener ces idées pour prendre les décisions à venir.

Tu sais déjà la ou les couleurs que tu veux dans ton film, si ça sera de jour, de nuit, en intérieur ou en extérieur et tu connais aussi la longueur. Dans le Magasin En Ligne tu trouveras différents types de pellicules, pour atteindre ton but.

Le Redscale peut t’aider à atteindre des scènes rouges dramatiques, ou le X-Pro Chrome peut te donner un super contraste une fois développé en traitement croisé. Même pour un film de nuit, tu peux trouver des pellicules très sensible films (je recommande un minimum de 800 iso si tu veux un film de nuit ou en intérieur avec peu de luminosité). Tu peux aussi utiliser un peu de lumière supplémentaire avec le Fritz the Blitz, ça peut être utile.

Si tu as un magasin photo à proximité, va y faire un tour, il se peut que tu y trouves tout ce dont tu as besoin (voir plus) ! Donc maintenant, que tu veuilles tourner de jour ou de nuit (je recommande de jour, c’est plus facile) il faut retenir :

  • Le LomoKino camera n’a qu’une vitesse d’obturation à 1/100sec, et tu ne pourras la changer.
  • Il a trois ouvertures/diaphragmes : f/5.6 , f/8 et f/11.
  • La mise au point est toujours faite et si besoin tu peux utiliser le bouton de plan rapproché.

IC’est une caméra extraordinaire, le LomoKino, mais tu dois connaître ses limites et ses capacités créatives.

L’événement principal : le Tournage.

Une fois tout les décisions prises, le jour du tournage arrive. Il est temps de sortir le LomoKino , de crier ACTION et de shooter !

Pense à choisir un jour où toutes les personnes avec qui tu vas travailler seront disponible.

Pour une animation, le temps de réalisation est relativement long, mais ça en vaut la peine. Maintenant, si tu travailles avec des comédiens, essayes de ne pas être trop dur avec eux, dis leurs ce que tu veux et amusez vous avec les résultats. Tu n’es pas en train de réaliser un film hollywoodien à gros budget, donc amuse toi un maximum en tournant. Si tu sens que l’improvisation fait son apparence, ça peut être pas mal du tout pour le film. Je suggère de toujours garder en main le storyboard, histoire d’y jeter un œil de temps en temps pour savoir ce que tu vas tourner par la suite. Tu peux barrer les plans déjà tourné, afin de ne pas t’emmêler les pinceaux (ça arrive).

Une croix signifie que le plan a été tourné.

Une autre chose à prendre en considération, sont les suggestions de ton équipe de tournage, il est récurent qu’au cours d’un tournage, quelqu’un à une idée pour le film, il faut l’écouter et il se peut qu’elle soit en correspondance avec ce que tu as envie de réaliser ! Il ne faut pas limiter le potentiel créatif d’une équipe, à la fin, tout le monde est responsable du résultat, pas seulement le réalisateur.

Nous sommes humains, et nous faisons des erreurs, mais le moins il y en a, meilleur sera le résultat. N’oublie pas, tu utilises de la pellicule et c’est coûteux, il vaut mieux donc avoir le plan rapidement et ne pas perdre de la pellicule bêtement au cours du processus.

Essaye de travailler vite et de ne pas perdre de temps, le soleil avance rapidement et il va te manquer une fois qu’il sera couché. Même de soir ou en intérieur, c’est toujours mieux de travailler rapidement et efficacement.

Maintenant tu attends : Le développement de la pellicule.

Cette étape est vraiment facile grâce au format 35mm du LomoKino 35 mm film. Il suffit d’aller au laboratoire photo le plus proche, de leur donner la pellicule à faire développer. N’oubliez pas de dire au laboratoire qu’il faut qu’ils laissent la pellicule en bande, si tu as besoin des les couper, c’est préférable de le faire toi même.

Presque fini : Scanner la pellicule.

Ces étapes peuvent être un peu tortueuses, mais n’ai crainte, ce n’est pas si difficile que ça. Deux choix se présente à toi, demande au laboratoire de te scanner les images ou de le faire toi même avec un scanner à négatifs. Si tu as un ami qui à un scanner n’hésite pas à lui demander si tu peux l’utiliser pour scanner ta pellicule.

En scannant toi même, c’est mieux car tu choisis toi même les images à scanner (ce qui te permettra de sauter la prochaine étape!)

Unes à unes : Séparer chaque images individuellement.

Si tu as demander au laboratoire de scanner la pellicule car tu n’avais pas le choix. Il te faut couper les images unes à unes. Ce n’est pas aussi long à faire que ce que l’on peut croire, donc ne t’inquiète pas.

Une fois fini, je suggère de renommer les images dans l’ordre qu’elles vont apparaître dans le film. Si tu as plusieurs séquences, je suggère sauvegarder chaque séquences dans de dossiers séparés, et de les renommer également dans l’ordre d’apparition.

L’organisation des dossiers est cruciale pour un montage facile.

Dernière étape : le Montage

Si, tu n’as pas de son, c’est facile. Tu peux trouver des moyens relativement facile avec de différents logiciels.

Comme : iMovie, MovieMaker, Premiere et FinalCut.

Si tu as du son et/ou de la musique, je suggère suivre les étapes comme s’il n’y en avait pas, et puis une fois le montage fini, tu rajoutes le son. Ce n’est pas difficile, comme il n’y a pas de synchro-labiale à faire, tu peux t’amuser avec le son et en mettre où bon te semble.

La Grande Première : Montre ton travail.

Wow ! Tu as finis. C’est fait. Quelle expérience. Maintenant tu peux uploader ta vidéo sur vimeo et la poster sur le site Lomography pour qu’on puisse l’apprécier.

Ou tu peux montrer ton film à tes amis et ta famille ! Tu peux les réunir autour du salon, acheter du pop-corn et avoir une avant première chez toi ! Tu peux même shooter un film de ta famille en train de regarder ton film tourné avec le LomoKino pour en garder un merveilleux souvenir !

Movie by antoniodezner

Avec le LomoKino les possibilités sont innombrables, alors n’ai pas peur et shoote ! Je peux faire le pari que tu ne le regretteras pas !

Note: Si tu as envies de tourner un film visible dans le LomoKinoscope, pense qu’il ne peut dérouler qu’une pellicule à la fois et que tu ne pourras faire de montage sur ton film (a moins de couper des portions de pellicule et de les recoller comme autrefois, mais c’est tout un autre travail délicat) donc songe à ce que tu pourrais raconter en une pellicule d’environ 30sec. Pense aussi qu’il faut utiliser des pellicules diapositives et de ne pas les faire développer en traitement croisé afin de les avoir en positif.

Ps. Si ce guide t’a été utile et que tu es parvenu à réaliser un film LomoKino. Ça serait super de laisser en commentaire ici, le lien pour que l’on puisse tous le regarder !

Si tu as encore des doutes ou que tu as envie d’en lire plus sur le LomoKino, tu peux aller sur le microsite et visiter les notes de production.

écrit par antoniodezner et traduit par mikahsupageek

Pas encore de commentaire. Soyez le premier !

Lire cet article dans une autre langue

La version originale de cet article est écrite en : English.