La poésie du noir & blanc selon Benjamin Arias avec les pellicules Fantôme et Babylon Kino

Nous retrouvons le photographe Benjamin Arias que vous avez déjà probablement croisé dans les pages de notre Magazine ! Toujours à la recherche de nouvelles expériences photographiques, Benjamin a testé nos pellicules noir & blanc bas ISO : Fantôme Kino 8 ISO et Babylon Kino 13 ISO lors de ses derniers voyages. Nous avons souhaité en savoir plus sur son utilisation de nos pellicules, sur son goût pour la photographie de voyage et de paysage ; ainsi que sur sa pratique de la photographie argentique en noir & blanc qui lui permet un rapport plus artisanal au médium, notamment grâce au développement et au tirage.

Photos prises par Benjamin Arias avec la pellicule Babylon Kino B&W 35 mm 13 ISO

Hello Benjamin, ravis de te retrouver sur le Magazine Lomography ! Comment se sont passés tes derniers voyages ?

Hello Lomo, j’ai pas mal bougé cet été, un long week-end dans le Jura pour faire les photos d’un mariage très chouette, puis un tour du Cotentin fin juillet, et enfin un énorme road-trip de 6000km jusqu’en Norvège ou je suis resté trois semaines. J’ai pu voir du pays, me déconnecté totalement du quotidien et faire plein de pellicules !

Pourquoi aimes-tu prendre des photos argentiques quand tu voyages ?

Cela fait maintenant un peu plus de deux ans que je ne fais plus que de l’argentique ; après des années de numérique je voulais retourner sur une pratique qui me semble plus artisanale et authentique. Je bobine une bonne partie de mes pellicules, je les développe, je les scanne et je fais également mes propres tirages à l’agrandisseur. C’est une autre façon de penser ses photos pour moi. Alors en voyage, c’est une évidence pour moi. Je fais beaucoup de noir & blanc parce que j’imagine mes images pour les tirer à l’agrandisseur, et plus forcément uniquement pour les poster sur les réseaux sociaux, j’essaye de trouver une esthétique et des détails qui rendront bien dans un cadre.

Et puis quand je voyage, j’essaye au maximum d’éviter les gros spots connus, déjà parce que j’ai vu les photos 100 fois sur internet, mais aussi parce que je ne suis pas un mordu de la préparation et que je préfère essayer de me perdre pour faire de belles découvertes. Je voyage souvent seul dans une voiture que j’ai aménagé pour ça, je cherche avant tout la liberté d’avancer au grès de mes envies. La vie dans un petit van me contraint sur la quantité de matériel à emporter, j’emmène un moyen format et un 35 mm. Ça me suffit et ça me pousse à faire avec ce que j’ai. Par contre j’emmène plein de pellicules différentes, pour pouvoir m’adapter au lieu.

Photos prises par Benjamin Arias avec la pellicule Babylon Kino B&W 35 mm 13 ISO

Pourquoi as-tu décidé d'utiliser les pellicules Fantôme Kino et Babylon Kino pour tes explorations ?

Je suis sans cesse à la recherche de nouvelles expériences photographiques, et les pellicules à bas ISO de Lomography me semblaient vraiment différenciantes, c’est une curiosité sur la marché de la pellicule noir & blanc. Alors j’ai attendu l’été pour me lancer et je me suis dit que j’allais déjà les tenter sur du paysage.

Photos prises par Benjamin Arias avec la pellicule Fantôme Kino B&W 35 mm 8 ISO

Comment s'est passé ton expérience avec nos pellicules bas ISO ? Qu'est-ce que tu en as pensé par rapport à d'autres films noir et blanc ?

J’avais pas mal d’appréhensions et j’ai finalement mis du temps à me lancer par peur de ne jamais avoir des conditions météo qui permettent de les shooter sans trépied, parce que j’aime partir « léger » et que j’évite de me trimballer un gros trépied quand je suis en balade. On peut se dire que photographier à 8 ou 13 ISO complique sérieusement la tâche et ce n’est pas faux. Cependant, si on utilise une optique à grande ouverture, on peut photographier avec ces pellicules sans trop de difficulté en journée avec des vitesses comprises entre le 60ème et le 125ème de seconde. C’est parfait avec un 35 mm f/2 par exemple.

Photos prises par Benjamin Arias avec la pellicule Babylon Kino B&W 35 mm 13 ISO

Est-ce tu as une préférence pour l'une des deux pellicules ? Pourquoi ?

Oui ! J’ai adoré la Babylon Kino pour son rendu très doux des contrastes au scan et son faible grain qui permet d’avoir des images fourmillantes de détails. Cependant, j’ai beau aimé récupérer un maximum de détail, j’adore les noirs et blancs avec un fort contraste, et donc avec quelques très légers ajustements dans Lightroom, je tombe sur une densité qui me convient parfaitement tout en ayant un max de détail. C’est aussi une belle pellicule pour du tirage argentique.

Concernant la Fantôme Kino, elle est très contrastée, on le remarque dès le développement, le film est très transparent et brillant, un peu comme un film de pellicule diapo, et les nuances de gris ne permettent pas toujours de rattraper des éléments de son image quand la scène est-elle même très contrastée (les ciels par exemples sont assez vite tout blancs), je préconise donc de l’utiliser soit avec un boitier argentique moderne avec une cellule très précise (je l’ai shootée avec un Nikon F5 dont la cellule est top), soit avec une cellule externe de qualité. Je conseille également de choisir des ambiances et des lieux avec des contrastes plutôt faibles, afin de tirer le meilleur du film.

Photos prises par Benjamin Arias avec la pellicule Fantôme Kino B&W 35 mm 8 ISO

Aurais-tu des conseils à partager aux personnes qui utiliseraient ces pellicules pour la première fois ? Pour quels genres de photos les recommanderais-tu ?

La Babylon Kino me semble parfaite pour du portrait en pleine journée avec des optiques lumineuse à pleine ouverture et des vitesses d'obturation qui ne montent pas au-delà du 1000ème voir du 500ème. Le grain est faible et le rendu permet de tirer le maximum de détail.

La Fantôme Kino sera parfaite pour du paysage marin ou de la photo de cascade en longue expo même en journée sans filtre ND en fermant au max le diaph de son objectif, c’est bien pratique.

Tirages argentiques réalisés par Benjamin Arias.

Et est-ce que tu aurais quelques conseils à donner à celles et ceux qui voudraient se lancer dans l'aventure du développement argentique à la maison ?

Pour le développement noir et blanc, le process est beaucoup moins compliqué qu’on pourrait l’imaginer, c’est même une formalité quand on en a fait quelques-uns à la maison. Les chimies et cuves se trouvent très facilement sur les sites de vente de materiel argentique, et on trouve meme encore aujourd’hui assez facilement des cuves de développement et des agrandisseurs photo en brocantes pour quelques euros.

Les pellicules Fantôme et Babylon se développent de manière très classique, pour ma part j’utilise de la chimie RODINAL, qui donne donc 7min30 avec agitations 15 secondes toutes les minutes ; puis un rinçage a l’eau clair d’une minute, et enfin encore 7 min avec du fixateur avant un dernier rinçage de 5 min à l’eau claire.

Au delà de l’économie non négligeable qu’on obtient en développant soi-même, j’éprouve une vrai fierté à maitriser mon process de A à Z.
Je développe en général mes films noir et blanc le soir, et je laisse ainsi sécher les films toute la nuit, avant de les scanner le lendemain. Une fois fait, je fais ma selection et je me fais une soirée tirage argentique sur papier photo sensible.

C’est donc tout ce process qui me passionne avec l’argentique, cet artisanat qui nous permet de construire une image bien au delà du cadrage lors de la prise de vue. Je vous recommande vraiment d’essayer, vous aurez du mal à voir vos photos numériques de la même manière ensuite…


Vous pouvez retrouver Benjamin sur Instagram ainsi que sur son site internet.

Découvrez le monde de la photographie bas ISO avec la Fantôme Kino et la Babylon Kino et tirez profit de ces pellicules grâce à nos guides d'utilisation. Les pellicules Kino sont disponibles sur notre boutique en ligne.

écrit par florinegarcin le 2022-09-24 dans #équipement #people #lieux #developpement #argentique #fantome-kino #babylon-kino #benjamin-arias

Produits mentionnés

Babylon Kino B&W 35 mm ISO 13

Babylon Kino B&W 35 mm ISO 13

Cette émulsion panchromatique est tout aussi idéale pour les professionnels chevronnés que pour ceux qui se lancent dans la photo créative. Faite pour ceux qui souhaitent des détails précis, peu de grain et de subtiles nuances de gris, la pellicule Babylon Kino B&W capture des images avec une plage tonale doucement contrastée, et conserve des informations même dans les situations très lumineuses.

Les articles les plus captivants