À la découverte de la Lomography Color Negative 800 ISO 120 avec Antoine Paboeuf

1

Aujourd'hui, nous vous proposons de faire connaissance avec Antoine Paboeuf qui s'est récemment lancé dans l'aventure de la photographie argentique grâce à des rencontres. Son histoire montre que l'argentique est en grande partie une affaire d'échanges et de partages avec les autres photographes. Ce sont ces interactions que nous encourageons au sein de notre Communauté en ligne. Antoine Paboeuf a pris le temps d'échanger avec nous pour vous parler de son parcours et de son rapport à la photographie tout en partageant ses images prises avec la pellicule Lomography Color Negative 800 ISO 120.

Photos prises par Antoine Paboeuf avec la pellicule Lomography Color Negative 800 ISO 120.

Bonjour Antoine, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Salut ! Moi c’est Antoine Paboeuf, photographe amateur et autodidacte rennais de 24 ans. Cela fait maintenant 2 ans que j’ai commencé à faire de la photo. À coté de ça je suis communicant digital dans un hôpital.

Comment est née ta passion pour l'image ?

À vrai dire ça fait depuis un moment que j’aime faire des photos, au début je me contentais d’en faire avec mon téléphone. Fin janvier 2020, Louis, m’a prêté un vieux Canon 600D qui trainait dans un coin de sa chambre, c‘était la première fois que je touchais un réflex de ma vie ahah.
Très vite j’ai voulu en savoir plus : comment marchait les principes de vitesse, d’ISO, d’ouverture, et j’avais la meilleure partenaire pour apprendre, Léa qui s’improvisait modèle au fur et à mesure de nos balades. Ensuite il y a eu le confinement, la découverte de communautés sur Insta, l’achat de nouveau matériel… Je me suis fais remarquer par Propulsion, une asso sur Rennes qui propose un accompagnement artistique en 360°. Ils m’ont proposé de m’occuper de la partie photo. Je me suis alors retrouvé à travailler avec des artistes de la scène montante du rap, comme Aamar, Youena ou Mega. En parallèle de ça j’ai collaboré avec pas mal de modèl.e.s rennais.es, ainsi que des créateurs en école de mode, qui avaient besoin de photos travaillées, mettant en valeur leurs créations.

Photos prises par Antoine Paboeuf avec la pellicule Lomography Color Negative 800 ISO 120.

Depuis quand prends-tu des photos en argentique et pourquoi ?

L’argentique est une grosse étape de mon parcours. Ça a commencé en retrouvant l’appareil de mon papi, un Ricoh XR6, et une vieille pellicule qui trainait au fond d’un tiroir. Bon… finalement c’était pas une réussite, la pellicule avait déjà été exposée il y a 20 ans. Je me suis retrouvé avec des double expo assez marrantes, du style moi petit dans les bras de mon père et moi grand sur la même frame.
Au final l’appareil est vite tombé en panne et je me suis acheté un Canon AE1 Program dans la foulée, pour pouvoir récupérer des photos souvenir de vacances avec mes potes…
J’ai toujours apprécié l’excitation juste avant de récupérer les scans des photos, et le plaisir de voir que les souvenirs que tu avais de la photo que tu as prise il y a trois semaines rendent exactement comme sur le film.
Il y a aussi cette satisfaction de ne pas revenir sur les images. En numérique je pouvais passer des heures à retoucher mes photos, j’en traitais parfois 100 ou 200 images du même shoot. Avec l’argentique c’est une sorte de satisfaction de me dire que les couleurs que j’ai sont celles présentes sur le film et qu’elles n’ont pas à être réinterprétées. L’image est ce qu’elle est et je n’ai plus à y toucher.

Cette envie de faire de l’argentique a pris un nouveau tournant quand j’ai rencontré Clément et Pédro, deux photographes argentiques rennais. J’ai rencontré Clément parce qu’il faisait du développement argentique et m’avait proposé de s’occuper de mes pellicules. En août 2021, il m’a prêté son Mamiya RB67 et ça a été le coup de foudre pour cet appareil. Je ne consacrait qu’un tout petit budget pour l’argentique à l’époque, et j’ai tout de suite craqué. Une semaine après j’achetais mon RB67, en m’imposant de faire principalement du noir et blanc et de développer et numériser moi même mes pellicules. Aujourd’hui je ne fais plus que de l’argentique et mon numérique me sert pour la numérisation ahah.

Photos prises par Antoine Paboeuf avec la pellicule Lomography Color Negative 800 ISO 120.

Quelles sont tes sources d'inspiration pour créer ?

Je ne sais pas si j’ai vraiment des sources d’inspiration à proprement parler. C’est vrai que je ne me suis jamais vraiment attardé sur les œuvres des photographes de renom. Ce n’est pas par snobisme que je dis ça mais plutôt parce que j’ai toujours fonctionné par expérience, en faisant mes tests dans mon coin.
En général la plupart des mes shoots partent d’une tenue, qu’on cale dans un environnement et l’improvisation fait le reste.
C’est vrai que je kiffe pas mal l’esthétisme urbain et je m’en sers pour composer tout ça. Je suis aussi pas mal influencé par l’univers digital de Laylow et ça a longtemps été (même encore aujourd’hui) une grosse source d’inspiration. L’ambiance de ses sons m’ont souvent guidé dans mes créations.
Récemment j’ai aussi découvert le photographe Willem Verbeeck qui m’a fait prendre goût à la photo en format paysage. Il a une manière de composer ses images et d’aborder les couleurs assez bluffante.

Photos prises par Antoine Paboeuf avec la pellicule Lomography Color Negative 800 ISO 120.

Tu utilises régulièrement la Lomography Color Negative 800 ISO en 120. Pourquoi est-ce que cette pellicule te plait ?

Effectivement, c’est une sacrée pellicule ! Un seul mot : Couleurs. La saturation et le rendu des couleurs est assez incroyable. Les couleurs sont très vives sans pour autant devenir criardes. En plus de ça le grain est assez fin, c’est vraiment cool pour sortir des photos détaillées.
Pour le coup j’ai été assez bluffé quand j’ai reçu mes scans de GrainyRoll, le labo monté par Clément.
Si je devais donner un top 3 des photos prises avec, je pense qu’il y aurait la photo du tournesol, la Cadillac noir ou encore celle du brouillard.

Photos prises par Antoine Paboeuf avec la pellicule Lomography Color Negative 800 ISO 120.

Que représente Lomography pour toi ?

Pour moi, Lomography c’est le retour de l’argentique, à la fois avec des pellicules professionnelles comme la Color Negative 800, mais aussi la créativité, avec la LomoChrome Purple ou LomoChrome Turquoise.
Je trouve ça génial de créer des pellicules qui vont développer la créativité des gens, et faire adhérer de plus en plus de monde à la pratique argentique.

Des projets ou actualités dont tu aimerais nous parler ?

Pour le moment je n'ai pas de gros projets, mon nouveau travail me prend pas mal de temps donc je dois faire en fonction de mes horaires pour organiser des shoots.
J'ai quand même pas mal de demandes avec des gens super inspirants donc c'est vraiment cool d'être sollicité pour son art. J'espère que ça durera encore longtemps, et que les pellicules Lomography m'accompagneront dans mes sessions !


N'oubliez pas de suivre Antoine sur Instagram !

2022-02-16 #équipement #people

Lomography Color Negative 800 (120)

400 ISO ce n'est toujours pas assez ? La pellicule Lomography Color Negative 800 120mm vous apporte des résultats fantastiques dans toutes les conditions de luminosité.

Un commentaire

  1. gheinz
    gheinz ·

    Très belles photos. Bravo, et bel article.

Les articles les plus captivants