Dans le sac de : @bastien_grivet

Il y a quelques semaines nous vous avons partagés les superbes photos de @bastien_grivet qui avait été choisi comme LomoHome de la semaine. Aujourd'hui le membre de notre Communauté vous dévoile ce qui se cache derrière ses images en vous parlant de son matériel photo et vidéo.

Hello Bastien ! Peux-tu te présenter à la Communauté ?

Hello !! Alors, pour la faire courte, j'ai 32 ans, je viens de Genève en Suisse et j'habite actuellement à Montbazin, pas loin de Montpellier. Je suis Concept Artist et Directeur artistique à la tête du studio que j'ai cofondé avec ma chérie (et muse) Jessica Rossier : Wardenlight Studio. Mon travail est de créer des univers, créatures ou personnages pour Hollywood ou pour l'industrie du jeux-vidéo. Notre dernier succès en date est d'avoir fait partie de l'équipe qui a créé le film Spider-Man: New Generation, qui a remporté l'Oscar du meilleur film d'animation en 2019. Mais surtout... j'aime la photographie, et je ne peux imaginer mon travail sans elle.

Crédits: bastien_grivet

Quelle est ta relation à la photographie ? Quand as-tu débuté ?

C'est une histoire d'amour qui a évolué avec les années. J'ai réellement commencé à étudier la photographie à l'école des arts appliqués de Genève avec deux enseignants passionnés mais sans pouvoir m'imaginer suivre cette voie tant mon attention était dirigée vers le cinéma et les effets spéciaux... Puis, Jessica m'ayant suivi à Montpellier, elle avait commencé sa carrière par quelques missions photo. Son Nikon D300 faisait bien le travail malgré un 18-200 à la netteté très douteuse ! Toujours pas d'étincelle de mon côté à ce moment là jusqu'au jour où nous avons décidé d'investir dans un beau Fujifilm XT2 avec un joli petit 35mm f/2, et là, premier BANG ! Le flou d'ouverture, la focale fixe, la qualité... Je pouvais enfin commencer à réaliser un rêve d'enfant : produire des images comme dans un film ! Si si !
Je photographiais tout ce que je trouvais intéressant, en passant des heures à la fin dans Photoshop à essayer de faire ressembler mes clichés à de la péloche Kodak Vision3 500T (pour être précis). Malgré cette envie de "faire ressembler à", la photo argentique était un mystère que je pensais trop coûteux, distant et qui me paraissait techniquement inaccessible... Pardonnez mon ignorance...
Puis, le deuxième BANG eu lieu en 2019, au moment où Lena Sayaphoum, une artiste, photographe, bédéiste et une amie incroyable, a décidé de passer en France (Elle et son chéri, Gui, habitent à Vancouver). Lors d'un repas, elle m'offre un petit Kodak Brownie des années 20. J'ai été soufflé par l'objet et la discussion qui en a découlée. Elle m'expliqua TOUT sur le monde de l'argentique : son retour (et sa survie), ses variantes, les appareils, de vous LOMO, de ce qu'on pouvait avoir de cool sur Ebay pour moins de cinq cent euros... Et depuis ce jour, je n'ai cessé de griller de la péloche. Je développe, je scanne et bientôt je ferai quelques tirages maison... bref... ce médium a changé ma façon de créer, voir et d'apprécier le monde et les gens qui m'entourent. Merci Lena, forever!

Crédits: bastien_grivet

Tu as de superbes appareils ! Alors racontes-nous, qu’est ce qu’il y a dans ton sac ?

Ooh merci beaucoup ! Alors, c'est le contenu de mon sac mais aussi de mes sacoches moto ! Il faut bien ça pour porter au minimum trois ou quatre de ces magnifiques choses lors de nos voyages.
Pour commencer, le Mamiya RB67 que Lena m'a d'abord prêté puis légué... Ce beau monstre est intransportable mais le 6x7 possède une saveur particulière à mes yeux. Je l'utilise peu, mais quand un shooting spécial est prévu, il fait partie de ma panoplie.
Le Mamiya 645 a suivi droit derrière afin de pouvoir me déplacer plus facilement !
Les deux objectifs de chambre 4x5 attendent toujours de recevoir leur MK4 de chez Intrepid Camera pour enfin pouvoir écrire avec la lumière...
Le Mamiya C220 était pour moi une nouvelle claque. N'étant pas trop attiré par le format carré, je me suis dit pourquoi pas ? Et je ne voulais pas dépenser toutes mes économies dans un Hasselblad... Première péloche de grillée : je suis tombé amoureux. Le format carré est un bac à sable pour jouer aux plus belles aventures et l'optique est d'une beauté que je ne pensais pas possible !
Ajoutons à cela un Polaroid OnePlus pour les joies de l'instantané et un magnifique Sprocket Rocket acquis juste après m'être inscrit sur votre superbe plateforme ! :)
Le Leica M7 est un cadeau que Jessica m'a fait à la fin d'une mission produite par Netflix pour le rappeur américain Kid Cudi, sur laquelle on travaillait depuis des mois. Lena, qui travaillait avec nous sur le projet, me parlait tout le temps de son M6 adoré... encore une fois elle n'a pas eu besoin d'user de beaucoup de phrases pour me convaincre. Je rêvais d'avoir un appareil compact qui puisse m'accompagner partout et ce bijou est un compagnon parfait en toute situation. Et puis bon... Leica...
Pour finir, ce que je prends de temps en temps dans mon (gros) sac: La caméra Blackmagic Pocket 4k et son objectif anamorphique Sirui... Car je veux faire du cinéma et mon prochain grand but est d'achever ce que je capture déjà avec ces fabuleuses machines mais, cette fois, en vingt-quatre images par seconde.

Un appareil dont tu ne pourrais pas te passer ?

Le Leica M7 couplé au Voigtländer Nokton 40mm ou le Zeiss Biogon 25mm. Il restera pendu à mon cou peu importe les situations !

Comment choisis-tu celui que tu vas utiliser ? En fonction de tes envies ou plutôt du résultat que tu souhaites obtenir ?

Surtout les envies ! Je ne saurais encore comment décrire exactement la motivation du choix mais le lieu ou le voyage me fait prendre la décision du noir blanc ou couleur. Si le temps est pourri et/ou qu'il y aura de l'intérieur, je pars sur du noir blanc ou la LomoChrome Metropolis avec le Mamiya C220. S'il fait beau et que le voyage promet d'être intéressant, je prends le Leica M7. Pour les shooting avec modèle je prends le Mamiya RB67 ou le C220 avec le Fuji XT2 pour le backup... on est jamais trop prudent (pour l'instant).

Photo prises par Bastien Grivet avec la pellicule LomoChrome Purple

Tu préfères le format 120 ou 35 mm ?

Même si le plaisir de découvrir 36 poses au développement est inégalable, le 120 reste le format que j'aime le plus. La qualité est sans équivalent, le détail qui en ressort couplé à mon Mamiya C220 est pour moi le résultat qui me permet le plus d'exprimer clairement ce que j'attends d'une image, surtout les portraits.

Crédits: bastien_grivet

Nous pouvons apercevoir que tu as le Sprocket Rocket, c’est un appareil au style très marqué avec les perforations visibles sur les photos, c’est un rendu qui te plaît ?

Quel bonheur ! Le but de notre job consiste à "penser hors du cadre", du coup c'est littéralement ce que ce petit foufou d'objet permet de faire. Le format ultra-wide me parle beaucoup, les trous sont un aspect qui permet de dire "ça c'est de la péloche !". Cet appareil, c'est le petit grain de folie que j'aime désormais apporter à ma panoplie et je me réjouis déjà des prochaines sorties avec lui !

Photo prises par Bastien Grivet avec le Spocket Rocket et la pellicule Color Negative 400.

Au niveau des pellicules,nous pouvons voir que tu as les pellicules noir et blanc Lomography Kino mais également de la couleur avec les LomoChrome, as-tu une préférence ?

C'est ma grande découverte de ces deux derniers mois ! J'étais habitué au Lomo Color en 135 et 120 pour de belles couleurs vives mais c'est lors d'une petite visite au labo Arcanes de Montpellier que j'ai décidé de tester la Metropolis et la Potsdam Kino. Pour la première, Jess et moi étions partis en weekend dans un château et la pellicule a su rendre une ambiance digne d'un film de David Fincher des années 90 avec un look un peu "bleach-bypass" qui m'a rendu immédiatement accro ! Pour la deuxième, c'est plus sa douceur qui m'a conquis. La douceur du grain et ses contrastes délicats sont parfaits pour un travail méticuleux de la lumière au tirage ou en post. Je peux affirmer sans peur que vos Kino seront mes "go-to" pendent encore un long moment pour la question Noir et Blanc !

Photo prises par Bastien Grivet avec les pellicules Potsdam Kino et LomoChrome Metropolis

Actuellement, y-a t-il un produit chez Lomography qui te fait de l'œil ?

Votre Atoll Ultra-Wide 2.8/17 Art Lens ! Je sens que je vais craquer tant il semble prometteur et adapté à mon processus créatif. Et puis bon... ce n'est qu'une question de jours avant la prochaine commande de pellicules, peu importe lesquelles !

Un dernier mot ?

Un grand MERCI pour cette interview, c'est un immense honneur pour moi de partager cette passion avec la communauté de gens extraordinaires qu'est Lomography. Je ne compte plus les coups de cœur visuels que j'ai eu depuis mon inscription ici. Et merci encore pour le travail incroyable que Lomo réalise en nous permettant à nous, créateurs et créatrices d'images, de pouvoir partager ces visions du monde que nous voyons à travers nos objectifs avec nos yeux, mais capturées avec nos cœurs. <3


Merci à toi Bastien ! Nous sommes très heureux de ta présence dans la Communauté !

N’hésitez pas à aller le suivre sur sa LomoHome ainsi que son Instagram.

écrit par laurine-savigny le 2021-06-27 dans #people #dans-le-sac-de #bastien_grivet

Produits mentionnés

Lomography Sprocket Rocket

Lomography Sprocket Rocket

Appareil photo nommé après les précieuses perforations de la pellicule ("sprocket holes"), le Sprocket Rocket possède un objectif super grand angle qui expose parfaitement toute la largeur de sa pellicule 35mm. Montrez ces perforations dans chacun de vos clichés ! Profitez d'une vue panoramique sur le monde avec notre série d'appareils et accessoires Sprocket Rocket.

Les articles les plus captivants