La Culture de l'Ennui selon Julien Lasota

Aujourd'hui, nous vous proposons de faire la rencontre du photographe Julien Lasota. Marqué par les évènements de l'année 2020, le photographe s'est penché sur la question de l'ennui. C'est en photographie argentique qu'il a mené sont enquête visuelle sur le temps qui passe et l'impression de vide dans son quotidien. Découvrez ses photographies prises avec nos pellicules Lomography Color Negative, LomoChrome Purple et LomoChrome Metropolis, tout en lisant notre interview.

Photos prises par Julien Lasota avec la pellicule Lomography Color Negative 100.

Bonjour Julien, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Hello Lomo ! Julien, 32 ans, moustachu à Dijon et ailleurs.

Comment as-tu commencé la photographie, quelle place cela occupe dans ta vie aujourd’hui ?

Aussi loin que je me souvienne c’est gamin avec le Polaroid de mes parents que j’ai dû faire mes premières images dans les années 90, à cette époque je me rappelle aussi avoir utilisé des point and shoot et des jetables, tout comme les contemporains de ma génération. Aujourd’hui c’est mon travail à plein temps et bien plus… Je ne sors jamais de chez moi sans un appareil, c’est viscéral.

Quelles sont tes sources d'inspiration ?

Tout d’abord j’aime me plonger dans le travail des anciens, ce sont souvent des femmes photographes qui m'inspirent d’ailleurs comme Sabine Weiss, Sarah Moon, Agnès Varda et tant d’autres. Dans les plus récents et récentes photographes qui me font cogiter il y a Julien Mignot, Joe Greer et Lou Escobar. Le cinéma a également une place importante dans mes inspirations, mais ce qu’il faut retenir c’est que j’ai les yeux ouverts sur tout.

Photos prises par Julien Lasota avec la pellicule Lomography Color Negative 100.

Nous présentons aujourd'hui ton projet "Culture de l'ennui", pourrais-tu nous en dire plus sur sa genèse ?

On ne va pas se mentir, l’année 2020 fut vraiment naze, même Paco Rabane n'aurait pas prédit tout ça !
À événement exceptionnel, réflexion exceptionnelle. Dans le quotidien, il est plutôt rare de s’ennuyer mais cette année… J’ai plutôt tendance à voir le verre à moitié plein et le sujet fut très tentant. C’était intéressant d'illustrer ce genre d’ambiance généralisée à une nation toute entière.

La crise sanitaire que nous avons tous traversée nous a offert du temps « vide » et non du temps LIBRE. J’avais mon sujet.

Photos prises par Julien Lasota avec la pellicule LomoChrome Purple.

Tu as utilisé certaines de nos pellicules, pourquoi as-tu fais le choix de la Lomography 400, de la LomoChrome Purple et de la LomoChrome Metropolis ?

Le Lomo Color 400 est un film que j’adore utiliser, c’est un peu mon couteau suisse, quand j’ai des commandes argentiques de clients ça me rassure de savoir que la pellicule est bonne sur tous les terrains, pour toutes les conditions. Pour la Purple et la Metropolis, c’était un de mes tests réguliers, je ne pensais pas les intégrer à ce projet mais j’ai pas pu m’en empêcher ! J’ai eu un vrai coup de cœur pour la Metropolis, j’ai d’ailleurs été agréablement surpris de la qualité pour des images faites à l’arrache en fin de journée et surtout de nuit.

À ton avis, pourquoi est-ce qu’on continue de faire de l’argentique aujourd’hui ?

Aujourd’hui on a tous et toutes de quoi faire des images au creux de la poche. Mais l’approche n’est pas du tout la même, l’argentique permet à certain de s’approprier une époque du passé qu’ils n’ont pas vécue, ou ne peuvent plus vivre. Les nostalgiques parlent tendrement de l’époque où papy les prenait en photo, les artistes d’aujourd’hui veulent du grain naturel, une signature argentique. L’argentique est capable d’atteindre tous nos sens à commencer par la vue évidement, mais aussi le toucher, l’odeur des chimies et le son… on est d’accord, le son d’un Leica M6 c’est un peu comme le son d’une Maserati pour un fan de tuning !

Photos prises par Julien Lasota avec la pellicule LomoChrome Metropolis.

Des projets à venir ?

Oh oui, sûrement trop, je sais même pas par quoi commencer ! Continuer à faire des images tous les jours, ça c’est important à mes yeux. Et peut être m’offrir un Lomo LC A 120, ça fait trop longtemps que je louche dessus.
Coté sujets, plus de documentaires, plus de gens, plus de social mais surtout plus de culture, 2021 c’est mal barré mais on va bien se marrer !

Encore merci Lomography, à bientôt !


Vous pouvez suivre Julien sur sa LomoHome, son Instagram et son Site.

Retrouvez nos pellicules sur la boutique en ligne.

2021-02-10 #équipement #people

Produits mentionnés

Lomography Color Negative 100

Lomography Color Negative 100

La pellicule 35mm Lomography Color Negative 100 aime le soleil. Attendez-vous à des couleurs vives et une netteté fantastique !

Les articles les plus captivants