Surréalisme onirique dans les rues de Paris par Michel Leung Kut avec la Fantôme Kino

En mars dernier, nous annoncions la sortie de notre nouvelle pellicule Noir & Blanc Fantôme Kino et par la même occasion, nous lancions notre troisième appel à testeurs sur les réseaux sociaux. Michel Leung Kut est un photographe français qui fait partie des candidats que nous avons sélectionnés pour tester notre film ! Il a commencé la photographie argentique quand son père lui a offert un appareil 110 dans les années 80. Il y a cinq ans, il s'est mis à pratiquer plus sérieusement. Aujourd'hui, en transition professionnelle, il souhaite laisser plus de place à la photographie en créant peut-être des fanzines et livres photo comme il adore le faire. Il nous a confié "Les évènements récents dans le monde et dans ma vie personnelle m'ont poussé à prendre du temps pour me concentrer sur mes projets photographiques qui ont pour thèmes : le souvenir, le deuil et le temps". Puis il a rajouté : "Pour mes photos de rue, j'essaie de capturer des images à la limite entre le réalisme et l'abstraction. J'utilise principalement le Noir & Blanc pour cette raison, c'est un moyen de prendre du recul par rapport à la réalité."

Nous vous proposons aujourd'hui de découvrir les clichés de Michel Leung Kut pris avec notre pellicule 8 ISO Fantôme Kino. Il a utilisé un Pentax Spotmatic avec un objectif 50 mm f/1.4 et un objectif 28 mm f/3.5. Il préfère habituellement les appareils compacts ou les appareils télémétriques, mais il voulait avoir plus de contrôle pour tester notre pellicule en utilisant son appareil qui fonctionne le mieux avec des vitesses d'obturation lentes.

Photos prises par Michel Leung Kut avec la pellicule Fantôme Kino B&W 35 mm ISO 8

Bonjour Michel ! Comment s'est passée ton expérience avec la pellicule Fantôme Kino ? Qu'est-ce que tu en as pensé par rapport à d'autres films Noir & Blanc ?

Au départ, j'étais un peu effrayé par les temps d'exposition. J'ai l'habitude de prendre des photos avec des films 400 ISO à f/8 avec un système de mise au point par zones. J'avais peur que la Fantôme Kino me ralentisse dans ma pratique. En réalité, je me suis très vite habitué à faire des expositions à 1/60 ou 1/30 avec l'objectif à pleine ouverture. Le beau temps a été d'une aide précieuse et c'était l'occasion de jouer avec la profondeur de champ sans utiliser de filtre à densité neutre. Au départ, le film a eu un peu d'impact sur le choix de mes sujets et m'a poussé à penser plus, à être moins instinctif. Mais à la moitié de la pellicule, je me suis senti à l'aise avec le film. En résumé, j'ai adoré l'expérience de la prise de vue avec la Fantôme Kino car la pellicule a remis en question ma manière habituelle de prendre des photos.

En ce qui concerne les résultats, j'adore le contraste très fort que j'ai obtenu en développant la pellicule avec du Kodak HC110. Comparé à d'autres pellicules Noir & Blanc c'est vraiment le plus contrastée que j'ai pu tester ! J'ai aussi découvert que la pellicule doit être légèrement surexposée pour avoir plus de détails dans les ombres mais ce n'est pas généralement ce que je recherche.

Photos prises par Michel Leung Kut avec la pellicule Fantôme Kino B&W 35 mm ISO 8

En regardant ton portfolio, nous avons eu l'impression que tu étais un grand fan de contrastes. Est-ce que tu obtiens cette esthétique naturellement (choix de pellicule/développement) ou en faisant des retouches ?

Oui, j'adore les images très contrastées. C'est probablement lié à mes influences et le fait que c'est une autre manière de s'éloigner de la réalité. En général, je renforce légèrement les contrastes à la retouche mais je n'ai pas eu besoin de le faire avec la Fantôme Kino !

Photo prise par Michel Leung Kut avec la pellicule Fantôme Kino B&W 35 mm ISO 8

Peux-tu nous en dire plus sur les photos que tu as prises avec notre pellicule ?

La photo de l'enfant avec la barbe à papa représente exactement le genre de photos que je voulais obtenir avec cette pellicule : onirique, contrastée, comme en dehors de la réalité. Toutes les photos on été prises dans les rues de Paris. J'ai essayé de prendre des photos en suivant mon instinct, comme je le fais d'habitude. En regardant ces photos, j'ai l'impression qu'elles expriment une transition. Les gens sur les photos semblent être entre deux états, peut-être parce que je le suis moi-même en ce moment dans ma vie personnelle et ma vie professionnelle.

Photo prise par Michel Leung Kut avec la pellicule Fantôme Kino B&W 35 mm ISO 8

Avais-tu déjà utilisé des pellicules avec un aussi bas ISO auparavant ? Comment le faible sensibilité du film a influencé ton approche et le choix de ton sujet ?

Je n'avais jamais expérimenté avec une pellicule bas ISO auparavant. C'est drôle que j'ai été amené à utiliser cette pellicule aujourd'hui car je suis en train de réfléchir à comment ralentir ma pratique et ma manière de prendre des photos. J'ai d'ailleurs commencé à utiliser des appareils sténopés pour un projet à propos de mes souvenirs d'enfance. Avec ce premier rouleau de Fantôme Kino, j'ai essayé de produire une série proche de mon style habituel avec une vitesse d'obturation plus lente. Je pense que je dois encore une fois l'utiliser pour adopter encore plus le flou de bougé et l'abstraction qu'elle apporte. En ce qui concerne le choix de mon sujet pour cette première pellicule, j'ai choisi beaucoup de sujets statiques mais j'opterai pour plus de sujets en mouvement pour la prochaine fois.

Photos prises par Michel Leung Kut avec la pellicule Fantôme Kino B&W 35 mm ISO 8

Aurais-tu des conseils et astuces à donner aux autres utilisateurs de la pellicule Fantôme Kino ? Pour quels genres de photos la recommanderais-tu ?

Premier conseil, n'ayez pas peur. Second conseil, utilisez un appareil qui vous donne du contrôle et que vous connaissez parfaitement. Troisième conseil, servez-vous du flou de bougé et de la faible profondeur de champ. Dernier conseil, amusez-vous et achetez plusieurs rouleaux pour beaucoup expérimenter avec. En ce qui concerne son utilisation, j'aimerais m'en servir pour obtenir des photos surréalistes, oniriques et abstraites mais je pense que la pellicule sera vraiment parfaite pour de magnifiques portraits en plein jour. Et enfin, si vous aimez les contrastes forts, c'est ce qu'il vous faut.


Suivez Michel Leung Kut sur son Instagram.

Retrouvez le guide de la Fantôme Kino sur notre Magazine. La pellicule est disponible sur notre Boutique en ligne.

2020-09-22 #équipement #people #lieux #paris #fantome-kino #michel-leung-kut

Produits mentionnés

Fantôme Kino B&W 35 mm ISO 8

Fantôme Kino B&W 35 mm ISO 8

La pellicule Fantôme Kino est parfaite pour le sténopé, les portraits envoutants et les scènes urbaines brutes. Avec son ISO bas et sa faible latitude d'exposition, ce film Noir & Blanc percutant permet de facilement obtenir des résultats intenses avec peu de grain et des contrastes dynamiques. La pellicule Fantôme Kino B&W Film immortalise les moments de la vie avec son magnifique Noir & Blanc théâtral.

Les articles les plus captivants