Skate et photographie avec @tibokora en Palestine

Notre Lomographe @tibokora nous fait aujourd'hui découvrir la Palestine. Il est parti apprendre le skateboard à des jeunes avec une association et a capturé la vie qui l'entourait avec son appareil argentique. Des paysages aux personnes qu'il a rencontrées, il a photographié ce pays et l'ambiance quotidienne de son séjour. À travers cet article il nous raconte son voyage et nous livre quelques anecdotes.


Crédits: tibokora

Bonjour @tibokora, peux-tu te présenter à la communauté ?

Bonjour, je m’appelle Thibaut, j’ai 35 ans et je suis vidéaste.
Après avoir grandi dans le Sud-Ouest de la France et vécu à différents endroits, je viens tout juste de m’installer à Marseille.

Depuis combien de temps fais-tu de la photographie argentique ?

Ça ne fait pas très longtemps que je m’y suis mis sérieusement. Quand j’étais petit, mes parents m’avaient offert un compact argentique, je prenais quelques photos durant mes voyages scolaires. Puis plus tard, il y a une douzaine d’années, j’ai acheté un Lomo, j’ai fait quelques photos mais elles étaient quasiment toutes ratées, donc ça ne m’a pas trop encouragé à continuer.
Depuis j’ai toujours fait un peu de photo numérique, car avec mon métier, j’ai souvent eu accès à de bons appareils. Mais j’ai rarement été satisfait du résultat, donc je me suis dit que ce n'était pas mon truc et que j’étais plus doué pour la vidéo.
Et il y a 1 an et demi ou 2, j’ai eu envie de retenter l’expérience. Je me suis procuré un vieux compact et depuis, je suis devenu accro, je ne sors quasiment plus sans un appareil sur moi. Je regrette d’avoir attendu toutes ces années.

Crédits: tibokora

Tu as récemment partagé un album avec des photos de la Palestine, peux-tu nous parler un peu de ce voyage ?

J’ai passé 6 semaines en Cisjordanie en mai et juin dernier. J’y suis parti dans le cadre d’un volontariat pour une association anglaise à but non lucratif, j’ai donné des cours de skate à des gamins. L’asso s’appelle SkatePal, et ils font vraiment du super boulot là-bas. En plus de faire venir des volontaires des 4 coins du monde pour enseigner la pratique du skate aux jeunes, ils fournissent du matériel, construisent des infrastructures et cherchent à développer une autosuffisance de la scène skate dans le pays. Les gamins adorent, et il y a beaucoup de filles qui viennent participer, donc c’est super encourageant.
J’étais basé à Asira Al-Shamaliya, une petite ville à coté de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie et j’en ai aussi profité pour visiter plusieurs coins de la région.

Comment as-tu décidé de partir visiter ce pays ? C’est quelque chose que tu souhaitais faire depuis longtemps ?

Je m’intéresse au conflit israélo-palestinien et au sort des palestiniens depuis quelques temps, sans toutefois me dire que j’allais visiter cette région.
Un jour, sur internet, j’ai vu passer une annonce de cette association qui cherchait des volontaires pour donner des cours de skate en Palestine. Étant donné que je pratique le skate depuis pas mal d’années, je me suis dit que ce serait une super occasion d’aller là-bas, et de faire quelque chose d’utile, pas d’y aller en tant que simple touriste. Et ça tombait pile poil à un moment où je voulais faire un petit break dans mon boulot.

Crédits: tibokora

Peux-tu nous décrire la vie sur place ?

En arrivant sur place, on est vite confronté à l’occupation israélienne, à l’impressionnant mur de séparation, aux colonies, aux nombreux checkpoints, aux soldats israéliens armés jusqu’aux dents, aux camps de réfugiés. Ça fait froid dans le dos. Les Palestiniens n’ont pas la possibilité de se déplacer librement dans toute la Cisjordanie, certaines routes sont réservées aux colons israéliens. Il est plus facile de se déplacer là-bas en tant qu’étranger qu’en tant que Palestinien, c’est quand même incroyable.
À côté de ça, les gens doivent continuer à vivre. Les villes sont très animées, les souks sont un joyeux bordel, il y a des collines et des oliviers partout.
Les gens sont très accueillants, c’est impressionnant, j’ai rarement vu ça. Dès que tu marches dans la rue, ils te saluent et te souhaitent la bienvenue.
De nombreuses fois je me suis retrouvé invité à diner ou à boire le café. Ils sont très heureux de recevoir des étrangers et de leur faire partager leur culture.
Je conseille vivement à tout le monde d’aller visiter la Palestine, vous allez être bien reçus. Et ils méritent vraiment qu’on s’intéresse à eux.

Qu'as-tu voulu capturer à travers les clichés que tu as réalisé sur place ?

J’aime la photo de rue, j’ai donc voulu essayer de capter des scènes de rue, mais en gros, j’ai surtout documenté mon voyage et capturé les expériences que je vivais et les gens que je croisais, que ce soit des personnes avec qui je passais un peu de temps ou simplement que je croisais dans la rue.

Crédits: tibokora

Aurais-tu une anecdote à nous raconter ?

La photo de l’homme qui me tend son pouce a été prise à une fête de mariage. Avec 2 autres volontaires, on a entendu de la musique dans la rue et on a décidé d’aller voir ce qu’il se passait. On est tombés sur une grosse fête au milieu d’une place avec une scène, 200 ou 300 hommes qui dansaient en rond, et une dizaine de caméramans et de photographes qui filmaient la scène. Sachant qu’on était les seuls étrangers, on s’est vite fait remarquer. On s’est fait attraper le bras et on s’est retrouvés à devoir danser au milieu de tout le monde avec les cameras braquées sur nous. Tout le monde se marrait, c’était assez comique !

Crédits: tibokora

Quelle est ta photo préférée que tu as pris en Palestine, et pourquoi ?

Je pense que ma préférée est celle de la dame qui sort du magasin de chaussures avec un sac et des grosses lunettes de soleil sur le nez. J’adore son attitude et le contraste entre la petite touche d’excentricité de ses lunettes et le côté conservateur de son voile et de sa djellaba. J’étais devant le magasin et quand je l’ai vu sortir, j’ai attrapé mon appareil et j’ai pris la photo à la volée en le tenant à ma taille pour rester discret. Je suis content du résultat, j’aime bien le fait que la photo soit légèrement désaxée.

Crédits: tibokora

Merci à Thibaut pour ses photos et son partage d'expérience ! Vous pouvez retrouver tous ses clichés de son voyage dans son album Palestine sur sa LomoHome. N'hésitez pas à le suivre aussi sur Instagram et retrouvez son travail sur son site internet et Vimeo.

écrit par Anna Carestia le 2019-08-14 dans #news #people #skate #palestine

Les articles les plus captivants