Foto en Cali : Clara Pommiers et Louisa Ben apprennent la photographie argentique à des enfants colombiens

Le projet était simple. Deux photographes françaises, Louisa et Clara, partaient en Colombie pour apprendre la photographie à des jeunes du quartier Aguablanca de la ville de Cali. C’est aux jeunes de l’école Villa Blanca qu'elles ont voulu donner la parole. Leur réalité était complexe, parfois difficile, souvent émouvante, toujours enrichissante et pourtant si peu racontée.

Ils ont su s’approprier l’appareil photo et montrer toute la palette de couleurs de leur vie quotidienne. On lit leur jeunesse dans leurs images, pleines d’intensité, qui ont été pour certains une véritable victoire sur la timidité. Loin de l’El Dorado latino, ils nous donnent l’opportunité de découvrir un quartier, parfois uniquement résumé à sa violence physique, sociale, économique, avec les yeux et l’âme de ceux qui y vivent et le font vivre.

Photos prises par Wendy Vannessa MIRANDA GARCIA.

Bonjour Louisa et Clara, pouvez-vous vous présenter à notre Communauté ?

Nous sommes deux photographes de 23 et 22 ans, qui nous sommes rencontrées dans la même école de photographie. Nous avions l’envie commune de transmettre à notre tour ce que nous avions appris.

Qu'est ce qui vous a donné envie de monter ce projet ?

Après nos études de photographie nous avions envie d’une nouvelle expérience tout en voyageant. Nous savions qu’apprendre la photo, dans certains pays, était élitiste. Nous avions envie de permettre à des jeunes ayant peu accès à la culture de découvrir cet art.

Photos prises par Luis Alejandro MORALES COSIO.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l'ONG avec laquelle vous êtes parties ?

C’est une ONG fondée en 2008 pour les jeunes hommes et femmes de la commune 16 de Cali, en Colombie. Leur but est d’améliorer les conditions de vie du quartier. Ils œuvrent pour améliorer les relations entre les jeunes notamment en diminuant la violence qui affecte le secteur. Ils leur donnent accès aux arts comme le rap ou le théâtre afin qu’ils puissent monter des projets et s’évader de leur quotidien qui est souvent difficile.

Pourquoi aviez-vous envie d'enseigner la photographie argentique à des jeunes du quartier Aguablanca ?

Quand nous avons commencé à mettre en place le projet on tenait à ce que chaque enfant ait son propre appareil photo pour mener son projet. Mais c’était impossible à réaliser avec un appareil photo numérique compte tenu des moyens que nous avions. L’argentique s’est alors imposé à nous. A l’heure où l’on peut photographier à l’infini avec un téléphone, il était intéressant de revenir à la base de la photographie qu’est l’argentique. Ce qui amenait chaque jeune à penser ses photos avant de les prendre. Le fait de penser chaque photo leur permettait de mener une réflexion sur le monde qui les entoure. Nous sommes persuadées que sans l’utilisation de l’argentique les images n’auraient pas été aussi réussies.

Photo prises par Saray Nicol SANCHEZ MUNOZ.

Comment se sont passés les ateliers ?

Les jeunes avec qui nous avons mené le projet n’avaient aucune idée de ce que pouvait être la photographie argentique. C’est la première fois qu’ils tenaient un appareil photo dans les mains. Certains étaient intrigués, d’autres en retrait, mais surtout fiers de pouvoir en posséder un. Il était difficile pour eux de concevoir qu’ils ne pouvaient pas voir l’image instantanément. Les premières pellicules ont compté quelques ratés, mais passée l’étape de la découverte, ils ont révélé une vision très juste et personnelle de leur quotidien.

Photos prises par Luis Alejandro MORALES COSIO.

Comment les jeunes ont-ils trouvé les appareils Lomography avec lesquels vous êtes parties ? (La Sardina, Diana F+, Diana Mini)

Ils se sont vite familiarisés avec eux parce que l’utilisation est intuitive. Bien qu’ils n’eussent jamais fait de photographie argentique, ces appareils étaient ludiques ce qui leur a permis d’apprendre à s’en servir rapidement. Leur petite taille était parfaite afin qu’ils puissent les emmener partout.
Leur design coloré a aussi eu un franc succès !

Expositions du projet Foto en Cali.

Vous avez fait deux expositions de leurs photos, pouvez-vous nous dire comment cela s'est déroulé ? Comptez-vous les exposer en France ?

Nous avons réalisé deux expositions dans la ville de Cali. Une dans leur quartier Aguablanca, et une à l’extérieur, au sud de la ville. Ce qui permettait d’étendre la visibilité de leur travail à différents publics. La mise en place des expositions nous a demandé énormément de travail. Mais nous avons réussi à mettre en valeur leur projet comme on se l’imaginait.
C’est un travail que nous aimerions montrer en France. Mais nous devons avant ça réunir les moyens financiers pour que cela soit possible. Une chose est sûre : le projet continu.

Si vous deviez résumer ce projet en deux phrases ?

Un projet ambitieux qui nous a fait passer par des hauts et des bas, mais qui en valait la peine face aux visages émerveillés des jeunes en découvrant leurs photos exposées.
Un projet enrichissant, on l’espère pour eux, mais il l’a été pour nous.

Photos prises par Gener Alexander ARISTIZABAL TOLEDO et Kevin Fernando RIVERA BEJARANO.

Vous pouvez retrouver le projet de Clara et Louisa sur leur page Facebook dédiée Fotografía en Cali. N'hésitez pas également à les suivre sur Instagram : clara.pms et louisaben.

2019-08-04 #people #children #photo-project #cali #colombie

Produits mentionnés

Lomography La Sardina

Lomography La Sardina

En forme de boîte à sardine, l'appareil La Sardina a plein de fonctionnalités fun. Il utilise de la pellicule 35mm normale, dispose d'un objectif grand angle et d'une molette de rembobinage. Disponible dans tous les styles, découvrez un océan de possibilités argentiques avec La Sardina !

Les articles les plus captivants