LomoWomen : Adèle Mathieu

Adèle Mathieu est une photographe française installée à New-York. Les femmes occupent une place majeure dans ses photographies à l'esthétique éthérée et chimérique. Découvrez son univers envoutant et son idée de la féminité dans notre entretien à l’occasion du Women’s History Month.

Photographies d'Adèle Mathieu.

Bonjour Adèle, bienvenue sur le Magazine Lomography ! Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour et merci beaucoup pour votre sollicitation. Je m’appelle Adèle Mathieu, j’ai 22 ans et je commence tout juste à exercer ma passion. Je sors de 6 ans d’études en photographie dont 3 ans en France ainsi que 3 ans au Canada. Je suis actuellement localisée à New-York où je travaille sur des projets personnels.

Comment as-tu commencé la photographie ? Quelle place cela occupe dans ta vie aujourd’hui ?

J’ai commencé à pratiquer la photographie à partir de 12 ans et d’une manière plus approfondie vers 16 ans. Mes soeurs avaient pour habitude lorsque j’étais petite de photographier leur quotidien avec un jetable et en faisaient un album. Après quelques années l’album s’est transformé en un énorme classeur de souvenir. Je pense que c’est une des raisons qui m’a donné envie de commencer sérieusement à photographier.
La place qu’occupe désormais la photographie dans ma vie est je dirais toujours la même. J’aime créer depuis que je suis née, cela n’a jamais vraiment changé, la photo est toujours aussi présente quotidiennement.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Je suis inspirée par énormément d’artistes et plus particulièrement attirée par les peintres. Je suis une adepte de la Renaissance italienne (Michelangelo , Botticelli, Raphaël). En photographie cela est varié mes inspirations peuvent être tant un artiste renommé qu’un artiste émergent (Petra Collins / Shahine Héry).

Photographies d'Adèle Mathieu.

Nous nous entretenons aujourd’hui à l’occasion du Women’s History Month. Tes clichés et vidéos rapportent presque toujours au corps de la femme et aux questions de féminité. Peux-tu nous en parler ?

Je me suis souvent questionnée sur tout ce qui tourne autour de la femme et finalement parfois je n'ai pas eu besoin de chercher la réponse c'est quelque chose dont j'ai pris conscience par moi même parce que c'est ce que je suis et représente. La féminité est un simple état d’esprit, je la reproduis comme je la perçois.

Pourrais-tu nous parler de ton mode de prise de vue ? Qu’utilises-tu comme appareil ou technique pour obtenir cette atmosphère éthérée sur tes clichés ?

C'est une question assez récurrente que je reçois sur instagram pourtant ce mode de prise de vue existe depuis presque un siècle. Il suffit de faire un peu de recherche et de connaître quelques artistes qui ont utilisés cette méthode pour la réaliser (et il y en a plus d'une). J'utilise plus spécifiquement mon Canon AE1 ainsi que mon « dreamy lens filter ».

Que penses-tu du mouvement de solidarité et de mise en avant : « female gaze » ?

Je pense que c'est un mouvement qui est nécessaire et qui permet de faire un pas de plus vers l'égalité. Le but est évidemment de s’élever ensemble et peu importe le sexe. Mais il est intéressant de voir cette mise en avant pour s’intéresser un peu plus au regard que porte l'autre sur la femme et de le voir évoluer dans le bon sens grâce à l’immensité d'artistes talentueux.

Photographies d'Adèle Mathieu.

Le corps de la femme est soumis à une pression venant des médias, de l'industrie et la censure l’accable un peu plus de jour en jour. Que penses-tu de cette situation ? Que penses-tu que nous devrions faire pour pallier à cela ?

C'est ahurissant. Heureusement on a la chance de voir de plus en de femmes travailler dans les médias comme par exemple : réalisatrice, directrice, écrivaine, productrice... Et pour rebondir sur la question précédente finalement, grâce à ces changements « le female gaze » commence à trouver sa place dans les médias.

Photographies d'Adèle Mathieu.

En tant que femme et artiste, quelle est ton expérience dans le monde de l’art et de la culture ? As-tu l’impression que le genre a de l’importance ? As-tu des expériences positives ou négatives à partager avec nous ?

Très bonne question. Il est certains que pour une majorité d'individu le genre a de l'importance car il y aura toujours une question d'identité derrière. Heureusement ou malheureusement je n'ai pas encore vécu d'expérience négative en revanche c'est toujours très positif d'entendre des personnes avec qui on a l'occasion de travailler te lâcher un « on se sent à l'aise avec toi ».

As-tu des conseils à donner aux jeunes femmes photographes ?

Rester elles-mêmes ne pas chercher à vouloir être une autre, montre-toi telle que tu es pas comme tu veux que l'on te perçoivent. Tu sauras te différencier en étant seulement toi même.

Des projets pour 2019 ?

Des projets ici et là, à suivre...

Merci Adèle !


Retrouvez les travaux d'Adèle Mathieu sur son site internet et sur Instagram.

écrit par Lea Fernandes le 2019-03-21 dans #people #lomowomen #adele-mathieu

Les articles les plus captivants