Alexandre Delamadeleine explore Berlin avec l'objectif Petzval 58 Bokeh Control

1

La démarche artistique du photographe Alexandre Delamadeleine a quelque chose de romantique et de spirituel. Ses photographies dévoilent un univers bien spécifique dans lequel se mêlent portraits et formes abstraites grâce à un jeu sur la profondeur de champ et la composition. Les portraits d'Alexandre Delamadeleine font partie "d'une quête pour capturer la nature" comme mentionné sur son site. Mais pour les photos que nous présentons aujourd'hui, Alexandre s'est cette fois-ci tourné vers l'urbain en réalisant trois séries d'images à Berlin avec l'objectif Petzval 58 Bokeh Control.

Photos de la série "Entre deux murs" par Alexandre Delamadeleine avec le Petzval 58 Bokeh Control. Modèle Hortense de Gromard.

Bienvenue sur le Magazine Lomography Alexandre ! Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

J’ai 40 ans. J’ai grandi dans les hauteurs d’Annecy, dans différents petits villages de montagne autour de la Clusaz. J’habite à Paris depuis 20 ans, où je travaille comme photographe.

Photos de la série "Entre deux murs" par Alexandre Delamadeleine avec le Petzval 58 Bokeh Control. Modèle Hortense de Gromard.

Quel a été ton premier contact avec la photographie ?

Ma mère faisait de très belles photos de mon père, ma sœur et moi quand j’étais enfant. Ça semblait être son moyen d’expression, et j’ai hérité de ça sans doute ! Dans mes premières années à Paris, j’ai eu besoin à mon tour d’un moyen d’expression pour m’échapper. Je récupérais des images un peu partout, photos, magazines, fanzines, et je réalisais des collages, que je mêlais à la peinture. Après quelques expositions, je me suis retrouvé à faire de la DA pour la marque de surf Quicksilver. J’ai alors eu besoin de faire mes propres images ! Mon ex-femme, Julie, m’avait offert un argentique Olympus OM2, que j’ai toujours ! J’ai appris à photographier grâce à cet appareil. J’en ai eu beaucoup d’autres depuis, mais il reste mon préféré !

Photos de la série "Entre deux murs" par Alexandre Delamadeleine avec le Petzval 58 Bokeh Control. Modèle Hortense de Gromard.

Il y a une forte présence de la nature, des lignes, des flous et de la symétrie dans ton travail. Qu’est ce qui t’inspire lorsque tu crées ? Et comment définirais-tu ton style ?

Je pense que le style est en constante évolution avec ce que l’on peut vivre et je n’arriverais pas à le définir ! J’aurais l’impression de m’enfermer. Me rappeler que tout est impermanent, que tout change tout le temps, me réveille et m’inspire.

Nous retrouvons de nombreux miroirs dans tes photographies. Qu’est ce que cela représente pour toi ?

Je crois que j’ai commencé à me réveiller à la vie en cherchant une forme d’intégrité avec moi-même, en me regardant en face dans le miroir. La phrase de Socrate "Connais-toi, toi-même", peut sembler, par certains points de vue très banale ! Pourtant, cette démarche dans mon travail est essentielle, à la fois pour mon rapport à
l’autre et pour ma créativité. Le miroir est une invitation à l’introspection. J’ai été très inspiré par le livre Nature du philosophe américain Ralph Waldo Emerson pour ma
série Intersum. J‘ai des carnets remplis de ses citations ! "A travers la tranquillité d’un paysage et spécialement sur la ligne lointaine de l’horizon, l’homme contemple quelque chose d’aussi magnifique que sa propre nature."

Photos prises au Jewish Museum de Berlin par Alexandre Delamadeleine avec le Petzval 58 Bokeh Control. Modèle Hortense de Gromard.

Quelle a été ta première impression en découvrant le Petzval 58 Bokeh Control ?

Ma première impression était esthétique, il en jette !! Et malgré tout je suis sensible à l’ergonomie avec mes appareils ou objectifs. Au touché il semble robuste et j‘aime ça ! C’est un réel plaisir de mixer le numérique avec cet objectif entièrement manuel.

Photos prises au Jewish Museum de Berlin par Alexandre Delamadeleine avec le Petzval 58 Bokeh Control. Modèle Hortense de Gromard.

Pourrais-tu nous parler de tes séries réalisées à Berlin que nous présentons dans cet article ?

J’étais été invité à la Berlinale (2019) à la projection du film Celle que vous croyez de Safy Nebbou avec Juliette Binoche dans lequel ma série de photographies
intitulée talking dyptique apparait au début du film. J’ai profité de ces 24h à Berlin pour réaliser ces images. Avec mon amie, la danseuse Hortense de
Gromard que je photographie beaucoup et qui est une grande source d’inspiration pour moi, (d’ailleurs Je vous invite à voir son superbe travail à l’argentique
@hortensedegromard) nous nous sommes rendus dans l’un des centres historiques de la ville, celui de l’entre 2 murs. La Postdater Platz. En 1945, la place a été dévastée, elle était située à l'époque à la jonction des secteurs britanniques, américains et soviétiques. Les édifices éventrés par les bombes furent par la suite rasés et laissèrent derrière eux un immense no man’s land jusqu’à la construction de ces récents buildings.

Photos prises au Jewish Museum de Berlin par Alexandre Delamadeleine avec le Petzval 58 Bokeh Control. Modèle Hortense de Gromard.

Ensuite c’est au Jewish museum que j' ai photographié Hortense, devant le mur du bâtiment de l'installation nommé Aural, du sculpteur de lumière James Turrel.
J’ai également photographié à l’intérieur du bâtiment abritant l’exposition permanente devant les différentes installations vidéo. Il y avait cette immense salle
contenant une œuvre de l'artiste israélien Menashe Kadishman, qui a appelé son œuvre Fallen Leaves. Plus de 10 000 visages sculptés dans la fonte recouvrant le sol qu’il dédie à toutes les victimes innocentes de la guerre et de la violence.

Le reste des photos sont prises à la volé dans les rues !

Une photo préférée parmi tes photos prises avec notre Petzval 58 Bokeh Control ? Peux-tu nous raconter son histoire ?

J’aime bien cette photo de toit de café. Le néon ne marche qu’à moitié et n’éclaire que le “O” du mot. Je me suis souvenu d’une lecture d’un « spirituel » américain qui
racontait qu’en période de perdition pour se rapprocher de « GOD » il fallait, dans ses prières, pousser le G vers la gauche, pousser le D vers la droite et rester à prier sur le « O », Le zéro, le rien! La beauté du néant de nous même où se trouve Dieu, explique t-il.

Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui utiliseraient le Petzval 58 Bokeh Control pour la première fois ?

Le Petzval est entièrement manuel, il nous rapproche de l’imagerie argentique, où l’on retrouve ce rapport au temps si cher aux photographes ! Mon conseil avec le Petzval est de prendre le temps, de prendre son temps ;)

Photos prises dans les rues Berlin par Alexandre Delamadeleine avec le Petzval 58 Bokeh Control.

Des futurs projets que tu souhaiterais partager avec nous ?

J’ai hâte de repartir vers l’inconnu, en voyage. Là où la créativité s’exprime à son paroxysme.


Pour découvrir d'aures photos d'Alexandre, rendez-vous sur son Site Internet et son Instagram.
Merci à Hortense de Gromard que vous pouvez retrouver sur Instagram.

écrit par florinegarcin le 2019-03-17 dans #people #petzval-58 #alex-delamadeleine

New Petzval 58 Bokeh Control Art Lens

Marchez sur les traces de la photographie avec cet objectif réalisé à la main qui combine savoir-faire historique, innovation moderne avec une optique russe originale et une bague révolutionnaire de contrôle de bokeh.

Les articles les plus captivants