Vision Sprocket Rocket : entretien avec le vidéaste et photographe Léonard Porché

1

Aujourd'hui, nous vous faisons découvrir les clichés au Sprocket Rocket de Léonard Porché. Jeune vidéaste et photographe Parisien, il est obsédé par la "minute bleue" et l'instant magique. Êtes-vous prêt pour un voyage photographique entre le Népal, Bardenas et Spomenik ?

Photos prises par Léonard Porché avec le Sprocket Rocket à Bardenas et Spomenik.

Bienvenue sur le Magazine Lomography, Léonard ! Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Hello ! Léonard Porché, Photographe et Vidéaste autodidacte, passionné par le voyage, les gueules, la lumière, la nuit, la ville, la nature. Ça sonne super cliché, mais c’est ce qui définit, je pense, vraiment mon travail !

Quel a été ton premier contact avec la photographie et la vidéo ? Aurais-tu une anecdote à nous raconter ?

J’ai eu un accident très violent en 2007, une voiture qui a grillé un feu rouge sur un carrefour. Je me souviens d’avoir vu le ciel, la terre, le ciel et puis la terre. J’ai été alité pendant de longs mois, c’est à ce moment que je me suis familiarisé avec mon premier appareil photo (Nikon D50). Je n’avais que ça pour tenir cette attente interminable. Au niveau de la vidéo, je me souviens que lorsque j’avais, allez disons 13 ans, j’avais une petite caméra Sony MiniDV et je tournais déjà des petits courts métrages avec tous mes potes. C’était carrément l’attraction du village ! Les sujets ? On avait tourné deux petit films d’actions avec des guns de partout. Tout le monde se faisant déglinguer dans tous les sens, c’était épique. Puis un film où ma petite sœur jouait un esprit créé par un sérum injecté dans un patient qui l'amenait à les faire se suicider. Le jeune pas chelou déjà dans ses inspis !

Tu pratiques autant la photographie lifestyle et fashion, que la photographie documentaire. Quels sujets te fascinent ? Que recherches-tu à montrer, à exprimer lorsque tu photographies des visages, des scènes ?

J’aime le naturel, le “sur le vif”, je prends un immense plaisir à couvrir des événements comme la manifestation des natifs américains lors de standing rock, ou bien même les gilets jaunes, j’essaie de toujours donner l’impression d’une formation très maîtrisée, comme une scène de film mais ou il n’y aurait que du vrai, du réel, et le côté Fashion, finalement c’est surtout photographier des expressions corporelles, la danse, le mouvement, c’est ça qui va définir ma sélection finale, mais ce qui me fait vraiment le plus vibrer, c’est les gueules, je veux de l’expression, je veux que ça marque le spectateur.

Photos prises par Léonard Porché avec le Sprocket Rocket au Népal.

Team Numérique ou Team Argentique ? Pourquoi ce choix ?

Both of it ! J’ai commencé par le numérique, beaucoup plus simple pour apprendre. Puis petit à petit, je me suis mis à l’argentique. Et c’est assez marrant car je crois me rappeler que mes deux premiers boîtiers argentiques étaient le Diana et le Holga de chez Lomography ! Les boîtiers argentiques que j’utilise principalement sont le Leica MP, le Sprocket Rocket, Nikon F et un petit Yashica J2.

D'ailleurs, comment décrirais-tu ton expérience avec le Sprocket Rocket ?

Assez incroyable à vrai dire. J’ai toujours aimé le grand angle, depuis très jeune. JR m’a pas mal inspiré avec son projet 28mm. Et ce que j’apprécie vraiment avec le Sprocket Rocket, c’est son format de photo. Je le trouve très cinématique. Ce qui a toujours été une obsession dans la construction du cadre de mes photos

Pourquoi l’as-tu choisi pour effectuer tes dernières photos au Népal ? Pourrais-tu nous raconter comment s’est passé ton voyage ?

Je savais que j’allais avoir à faire à des panoramas complètement dingues dans les Annapurnas, donc je me suis dis quoi de mieux que ce boitier pour couvrir une vrai superficie, sans pour autant énormément déformer la photo de base ! Finalement, le Sprocket Rocket a été le seul boitier que j’ai pu utiliser pendant mon trek. Mon Leica s’est grippé le premier jour de marche, je n’avais jamais été aussi frustré de ma vie… Heureusement qu’il me restait le Sprocket !

Si tu ne pouvais utiliser qu’un seul appareil et un type de pellicule pour le reste de ta vie, lesquels choisirais-tu ?

Sans hésiter le Leica MP et pour la pellicule, je suis très Fuji Pro 400H.

Quels sont tes projets pour 2019 ?

Je l’espère mon premier Court Métrage ou une série de courts, et des voyages impromptus avec mes potes remplis de photos et de vidéos !

Photos prises par Léonard Porché avec le Sprocket Rocket au Népal.

Retrouvez les travaux de Léonard sur www.leonardporche.com et sur Instagram.

écrit par Lea Fernandes le 2019-03-06 dans #équipement #people #lieux #people #nepal #places #sprocket-rocket #leonard-porche

Produits mentionnés

Lomography Sprocket Rocket

Lomography Sprocket Rocket

Appareil photo nommé après les précieuses perforations de la pellicule ("sprocket holes"), le Sprocket Rocket possède un objectif super grand angle qui expose parfaitement toute la largeur de sa pellicule 35mm. Montrez ces perforations dans chacun de vos clichés ! Profitez d'une vue panoramique sur le monde avec notre série d'appareils et accessoires Sprocket Rocket.

Un commentaire

  1. frenchyfyl
    frenchyfyl ·

    Wow, j´adooooore ! Ces photos représentent exactement ce qui me plait aussi dans le Sprocket Rocket. Bravo !

Les articles les plus captivants