Premières Impressions sur la pellicule B&W Potsdam 100 : Quentin Simon

2

En fin d'année dernière nous vous présentions notre nouvelle pellicule noir & blanc à l'esthétique très cinématographique : la Lomography B&W Berlin 400. Aujourd'hui, nous sommes heureux de vous annoncer l'arrivée de la B&W Potsdam 100, une pellicule avec un grain plus fin que son alter ego de 400 ISO. Quentin Simon a testé ce nouveau film en compagnie de Nadine dans les alentours du Château de Vincennes. Découvrez ses photos délicates et ses premières impressions dans cette interview.

Photo prise par Quentin Simon avec la pellicule B&W Potsdam 100, modèle Nadine Zebib de l'agence Karin Models.

Bonjour Quentin et bienvenue sur le magazine Lomography, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

​Quentin Simon, 28 ans. Je viens des Alpes d'une famille provençale. Je détaille ça avec toi car ça a de l’importance dans mes photos. Mon œil s’est construit sous ces lumières si particulières de montagne ou de campagne provençale. Arrivé à Paris en 2014 où je vis aujourd’hui, je shoot beaucoup de mode et de portraits, et un peu de tout. Je me suis formé seul, en ponçant les magazines spécialisés et aussi Tumblr.

Photos prises par Quentin Simon avec la pellicule B&W Potsdam 100, modèle Nadine Zebib de l'agence Karin Models.

Tu as testé notre nouvelle pellicule B&W Potsdam 100. Peux-tu nous parler de ton approche de la photographie en noir et blanc en général ?

Le noir et blanc permet de s’affranchir des couleurs (je vous en apprends des choses hein) et de recentrer l’œil sur les formes, la texture et la lumière. Il permet de voir les choses différemment, de mettre en avant des détails qui passent inaperçus dans la vie de tous les jours. Et c’est pour cette même raison (entre autres) que je fais de la photographie.

Photo prise par Quentin Simon avec la pellicule B&W Potsdam 100, modèle Nadine Zebib de l'agence Karin Models.

Quand as-tu commencé à prendre des photos argentiques et pourquoi continues-tu à en prendre aujourd'hui ?

J’ai commencé au lycée car il y avait un labo où on développait nous-même nos noir et blancs. J’ai laissé tomber l’argentique pendant des années, et puis j’en ai eu marre de passer des heures à trier les centaines de photos prises à la mitraillette, et de passer d’autres heures derrière un écran pour les retoucher en essayant de leur donner un aspect argentique. L’argentique est beaucoup plus poétique pour moi. Quand tu regardes un tirage noir et blanc tu regardes quelque chose de réel, la lumière n’est pas passée par des circuits électroniques, elle a été (presque) directement imprimée sur ce papier. J’aime les imperfections et le relief de l’argentique, plus intéressants selon moi que la perfection lisse du numérique. Comme je préfère une femme avec des taches de rousseur ou des sourcils capricieux plutôt qu’une femme à la peau parfaite et aux sourcils dessinés au crayon. La prise de vue est également plus agréable, plus réfléchie. On prend son temps, on vit le moment et on ne fait pas que se passer l’écran de mains en mains après chaque rafale pour voir s’il y en a une bien.

Photo prise par Quentin Simon avec la pellicule B&W Potsdam 100, modèle Nadine Zebib de l'agence Karin Models.

Quel appareil, objectif, filtres ou autre accessoire as-tu utilisé pour tester notre nouveau film ?

Mon modeste et fidèle Olympus OM1 et son 50mm. Pas d’accessoire.

Photo prise par Quentin Simon avec la pellicule B&W Potsdam 100, modèle Nadine Zebib de l'agence Karin Models.

Pourrais-tu nous en dire plus sur les photographies que tu as prises avec notre nouvelle pellicule ?

J’ai piqué des vêtements à ma copine (gracias Berta!) et je suis allé me balader autour du château de Vincennes avec Nadine, une mannequin americano-libano-allemande de l’agence Karin Models. J’aime les shoots simples comme ça, sans DA, make up, styliste, etc. c’est le meilleur moyen pour avoir un rendu naturel. La lumière n’était malheureusement pas dingue du tout, un ciel blanc bas et plat. Mais on a quand même réussi à faire des choses sympas, je crois ?

Photo prise par Quentin Simon avec la pellicule B&W Potsdam 100, modèle Nadine Zebib de l'agence Karin Models.

Qu'est-ce que tu as pensé du nouveau B&W Potsdam 100 ?

Je n’étais pas rassuré à l’idée de shooter en 100 iso avec cette lumière. Mais finalement c’est une pellicule très souple qu’on peut pousser au développement. Le rendu est très fidèle, sans trop de contraste et avec un grain assez fin, permettant de s’amuser librement en post prod.

Photo prise par Quentin Simon avec la pellicule B&W Potsdam 100, modèle Nadine Zebib de l'agence Karin Models.

Quels sont tes projets à venir ?

Quelques shoots mode et portraits. Mais surtout un livre qui va sortir très bientôt, « Alba », avec mes photographies noir et blanc et des dessins du talentueux Frederic Forest. C’est un dialogue visuel autour de l’architecture de Mies Van der Rohe, d’une statue de Georg Kolbe qui habite une de ses maisons, et de la lumière (évidemment).

Photo prise par Quentin Simon avec la pellicule B&W Potsdam 100, modèle Nadine Zebib de l'agence Karin Models.

Retrouvez le travail de Quentin Simon sur son site internet et son Instagram.

La pellicule B&W Potsdam 100 est disponible en précommande sur notre boutique en ligne !

écrit par florinegarcin le 2019-01-11 dans #équipement #people #potsdam-100

Produits mentionnés

Lomography Potsdam Kino B&W 35 mm

Lomography Potsdam Kino B&W 35 mm

Saisissez les moments les plus éphémères de la vie avec le charme Noir & Blanc de ce film ciné poétique.

2 commentaires

  1. popoti
    popoti ·

    Wow les photos sont magnifiques !

  2. ericography
    ericography ·

    Superbes photos !

Les articles les plus captivants