Un interview avec l'expert du Diana Tony Lim

En tant que grand collectionneur et photographe Diana qui shoote sans retenue, Tony Lim connaît l'appareil iconique sur le bout de ses doigts. Sa collections personnelle comprend plus de 100 appareils Diana et ses clones, et il est a organisé une exposition d'appareils Diana et de photos intitulé “Hong Kong Toy Camera Photography.”

Vous pouvez également le connaître en tant qu'organisateur principal de la journée du sténopé, maintenant mondialement connue. En tant que designer visuel et de produit — ainsi que professeur d'université — il est qualifié pour nous expliquer le concept à l'origine du Diana et son importance aujourd'hui. Imprégnez-vous de ces quelques mots experts dans l'interview du Maître Lim.

Salut Tony ! Nous sommes curieux d'avoir autant de détails que possible sur l'appareil Diana. Pour commencer, pourrais-tu nous dire quand a commencé la production et combien ont été vendus ?

Selon un catalogue gouvernemental Hong Hongkongais, le Diana à été présenté au début des années 1960 par Great Wall Plastics Co. L'usine se situait dans la Kowloon City à Hong Kong. Cette époque était un peu l'âge d'or pour l'industrie plastique du pays. Great Wall était l'une des ces entreprises familiales, et ce n'était pas une base précise ou de haute-technologie. En plus de l'usine Great Wall, il y avait au moins une autre société à Macao qui produisait des Dianas et ses clones. Il y devait en exister plus mais je ne sais pas le nombre exact.

Le marché principal était définitivement les États-Unis. De ce fait, les appareils étaient produits avec un accompagnement en anglais, l'échantillonnage de distance était imprimée en feet et non en mètres. Il est compliqué de donner l'année exacte pendant laquelle la production s'est arrêtée, mais sûrement dans le courant des années 1970.

Crédits: gauthierdumonde & wahiba

Quel était l'idée et le concept se cachant derrière le Diana ? Il était inspiré par le Fujipet, ou par d'autres appareils 120 de l'époque ?

Non, je ne crois pas que le Diana avait un rapport avec le Fujipet. Globalement, ces appareils argentiques à pellicule 120 était très communs dans les années 60. Toutefois, je trouve que le Diana été influencé par le Agfa Isoly. Les deux appareils avait un format 4x4. Et, toutes les poignées, manivelles, et paramètres étaient dans des emplacements similaires. La différence principale était que le Isoly avait deux vitesses d'obturation : 1/30 et 1/100s.

L'idée et le concept du Diana était d’être un jouet ou un don. Il n'était pas précis. Il me semble que la plupart des Dianas avaient peu de contrôle de qualité sur leurs optiques. C'est ce qui les rendait si brillamment imprévisibles !

Crédits: erina

Qu'en est-il du marketing et de la publicité ? Comment l'appareil était-il présenté au public ? Aurais-tu des histoires loufoques, des collaboration ou partenariats liés à la promotion du Diana ?

De ce que je sais, le prix de vente du Diana était de 0.99$ dans les années 60. Il était présenté comme un jouet ou un simple cadeau. L'emballage était très simple, souvent du papier carton ou une boite en plastique. Il est possible que très peu d'acheteurs aient pensé à charger une pellicule dans leur appareil.

Le Diana était réputé en tant que produit OEM [original equipment manufacturer]. Cela signifie que des entreprises externes contactaient Great Wall pour produire des appareils avec le noms de leur société. De ce fait, il y a des Dianas avec Reader’s Digest, Shell, etc.

Crédits: efealacamli & linuxbcn

Qu'elle était l'étendue de la production de Diana ? Combien d'appareils ont été produits selon toi ? Et qu'en est-il du nombre d'employés de la société Great Wall ?

Great Wall était une petite société. Seulement quelques travailleurs étaient requis afin de produire des tonnes de Dianas. La plupart des entreprises de plastiques de Hong Kong étaient petites et tenues par des familles. La quantité totale de Dianas produits est impossible à définir. Je ne peux même pas imaginer combien ont été faits ! Pour un appareil fait il y a 40 ans, vous pouvez clairement trouver des articles qui n'ont jamais étés ouverts ou utilisés. Le volume de production devait être énorme !

Nous savons que beaucoup de chaussures Converse Chuck Taylor on été fabriquées mais vous ne pouvez trouvez des fins de stock Chuck aussi facilement que de Dianas.

Il y a tant de variantes et copies de Diana, et nous savons que tu en possède quelques unes. Pourrais-tu faire une estimation du nombre de versions qui existent ?

Au minimum, il y a 100 variantes. Personnellement, j'ai environ 80 à 100 clones du Diana ayant au moins une petite différence. Du moins, l'emballage ou le graphisme sont différents. En termes de composantes et fonctionnalités de l'appareil, il y a probablement de très petites variantes en comparant avec le Diana original. Mon favori reste le Diana original. Mais j'aimerais tant trouver un Diana fabriqué à Macao. ils sont très rares !

Crédits: systemdevice & fruchtzwerg_hh

Lorsque l'appareil a été mis en vente, qu'est-ce qu'en pensé les gens des images produites ? Appréciaient-ils les effets du Diana ?

Je doute que les Dianas aient été utilisés comme des appareils sérieux. J'en ai essayé tellement, et pratiquement tous ont un problème de mise au point, des fuites de lumière, ou d'autres issues de qualité.Il est presque impossible d'obtenir les mêmes résultats photographiques avec deux appareils. Chaque Diana est unique, et un peu imprévisible à sa propre façon. S'il avait été considéré comme un vrai appareil, ils n'en auraient sûrement pas fabriqué autant de si peu chers. Je crois que la plupart ont été offerts à des enfants pour qu'ils puissent jouer avec, et qu'aucune pellicule n'a jamais vraiment été chargée.

Dans les années 1970, plus tardivement dans la production d'appareils Diana, un magazine évoquait la "Photographie Diana". Dans cette histoire, un professeur utilisait un Diana pour apprendre les bases de photographie à ses étudiants. Avec le Diana, il suggérait qu'ils pouvaient oublier les fonctionnalités et se concentrer uniquement sur l'acte de prise de photo. Vous vous concentrez sur l'image plutôt que le concept. De ce fait, la simplicité du Diana était appréciée.

Crédits: picardrulez

Le Diana est devenu un outil culte très désiré par les photographes artistiques, mais qui étaient les clients cibles de ce produit ?

Mis en vente à 0.99$ et un prix de gros à 0.25$, il était clairement mis en avant comme un jouet. Et compte tenu du volume surprenant d'appareils encore disponibles, il n'a probablement pas atteint le succès espéré. Il y a tant de stock non-vendu aux clients ! Toutefois, le prix du plastique était tellement bas, et le marché OEM si robuste, qu'il est possible que l'article ait été rentable. L'usine ne l'a certainement jamais perçu comme un vrai appareil ou n'a effectué de vrais contrôles de qualité. Un appareil de qualité allemand, l'Afga, se vendait pour 2.99$ à l'époque, uniquement trois plus plus cher que le Diana. Si quelqu'un voulait un vrai appareil, ils dépenseraient quelques sous de plus sur un produit du genre.

Crédits: yulia_adamova & nowthisislivinme

Tu as fait pleins de photos incroyables avec le Diana. Quels sont les attributs que tu considère être les plus attrayants ?

Il a deux choses très importantes. Premièrement, l'appareil a plein de défauts inattendus. Ceci vous donne l'opportunité d'atteindre des résultats intéressants. Les images Diana ressemblent au résultats du Pictorialisme, dans lequel les rendus artistiques de la photographie tels que la mise au point douce, les couleurs chimériques et ainsi de suite ressemblent à une peinture, et sont plus importants que le sujet. Les images Diana détiennent ce même impact visuel puissant.

Ensuite, le Diana offre une certaine sérénité au niveau de votre âme et esprit. Il est simple d'utilisation et vous permet de vous détacher du processus photographique. Même si la mise au point est compliquée, votre cerveau est concentré.

Crédits: neneohcs & neufotomacher

Les anciens appareils Diana se vendent autour de 100$ sur le marché. Qu'en penseraient les designers et producteurs du Great Wall Factory ?

Il n'y croiraient pas une seconde ! C'est vrai que les articles designs avaient une vie à eux. Mais les créateurs ne peuvent prévoir le futur 40 ans avance.

Crédits: dermanu & needle76

Dans le monde numérique d'aujourd'hui, penses-tu que le Diana est encore pertinent ? Pourquoi ?

La photographie analogique et digitale ont un marché génial, pertinent et très relié. lorsque la photographie numérique se renforce, alors nous avons besoin de nouvelles techniques analogiques pour devenir plus forts aussi. Une fois qu'ils ont tenté l’expérience, plusieurs personnes tombent amoureuses de cette nouvelle sensation photographique. Avec l'approvisionnement de nouvel équipement et des possibilités croissantes, la demande pour de nouvelles expériences comme celle promises par le Diana iront en augmentant.

écrit par genevievedoyle931 le 2018-07-16 dans #diana

Les articles les plus captivants