Style Soul — une interview avec Daniel Stewart

Le déguisement, c'est bien plus que d'accorder ses vêtements avec ses accessoires — c'est le reflet de la personnalité d'un individu ainsi que son esprit créatif, et les expériences qui ont fait de lui ce qu'il est aujourd'hui. Le photographe mode et éditorial Daniel Stewart en a conscience.

Son travail ne se concentre pas uniquement sur la fabrique de la robe, ou la hauteur des talons. Il préfère analyser la façon dont ces pièces peuvent faire ressortir les émotions et les pensées de ses muses. Dans cet interview, Stewart évoque la naissance de sa passion pour la mode, sa fascination pour les voitures, et il partage des clichés sensationnels faits avec la pellicule LomoChrome Purple.

Salut, Danny! Bienvenue au Magazine Lomography. Pourrais te présenter en quelques mots et ce que tu fais ?

Merci de votre accueil ! Mon nom est Daniel Stewart mais tout le monde m'appelle Danny ou dannyphoto, et je suis un photographe et cinématographe basé à Chicago, dans l'Illinois. Je suis autodidacte et je prend des photos depuis bientôt 4 ans ! En ce moment, je fais plus de travail d'éditorial/mode et je shoote principalement sur pellicule format moyen.

Quand as-tu commencé à te percevoir en tant que photographe ?

Je pense que j'ai commencé à me considérer photographe lorsque ma mère m'a dit que je l'étais. Aussi amusant que cela puisse paraître, ma mère a toujours été mon plus grand support. Avant de vouloir être photographe, je rêvais d’être concepteur de voitures. Je devais avoir 12 ans et nous nous étions mis d'accord sur l'université à laquelle j'allais aller, les prêts pour lesquels j'allais poser candidature, c'était formidable. Malheureusement, j'ai arrêté le dessin, mais ma passion pour les voitures est restée intacte. J'ai commencé à suivre toutes ces pages de voitures sur Instagram et j'ai vu d'incroyables photos, et l'idée de photographie automobile m'a immédiatement plu. Ma mère m'a offert un appareil compact abordable et un appareil argentique 35mm. Elle a fait en sorte que je le prenne partout avec moi et m'a encouragé à participer à des compétitions et d'autres choses semblables. Un jour, elle a dit à une amie que j'étais photographe, et le reste relève du passé.

Ton travail tourne surtout autour de la mode urbaine et les portraits. Qu'est-ce qui t'attire dans ces sujets ?

En toute sincérité, c'est attrayant de prendre des photos d'individus dans de beaux habits. Je crois qu'il y a deux façons de voir l’âme d'une personne : en les regardant dans les yeux ou en analysant leurs vêtements. Vous pouvez en apprendre beaucoup d'une personne avec la façon dont ils s'habillent. De plus, lorsque j'ai débuté en photographie, j'avais peur de prendre les gens en photo. Je craignais qu'ils ne les aiment pas ou que je ne puisse capturer leur beauté. Éventuellement, je suis passé outre et j'ai étudié le travail d'artistes tels que David Lachapelle et Annie Leibovitz et j'en ai eu le souffle coupé. Dès lors, j'étais captivé.

Nous avons aperçu tes photographies surréalistes prises avec la LomoChrome Purple. Pourrais-tu nous raconter l'histoire qui se cache derrière ce shoot ?

Oui, c'est assez simple. J'ai regardé Beasts of No Nation et je suis tombé sous le charme des scènes dans la jungle et la manière dont le film infrarouge les transporte dans un autre monde. Cet effet je l'avais déjà improvisé numériquement, puis j'ai découvert la LomoChrome Purple, et j'ai décidé d'essayer cette pellicule. Je savais qu'elle transformait les coloris verts, et j'ai donc décidé de me rendre au conservatoire avec mes amies Jada et Nahomi. Jada a habillé les deux modèles et elle avait pris connaissance du rendu de la pellicule donc elle s'est assurée que les choix stylistiques étaient vibrants. C'était amusant d'expérimenter et j'ai hâte de m'en procurer plus !

Comment c'était de travailler avec un pellicule qui transforme les couleurs, comme la LomoChrome Purple ?

C'était intéressant ! Je devais souvent m’arrêter pour regarder l'index de couleur afin de m'assurer qu'il n'y ait pas d'affrontement. Cela m'a permis de voir les choses différemment car je visualisais les couleurs des plantes et des habits tels qu'ils seraient lorsque la pellicule serait développée. La qualité de la pellicule m'a étonnée en bien.

Comment te prépare tu pour un shoot ?

Je m'assure de discuter du concept autant que possible avec mes modèles. Nous échangeons les idées et traitons ce shoot comme une vraie collaboration. Je fais beaucoup de repérage par Instagram, afin de m'inspirer et trouver des idées qui pourraient rendre plus intéressant notre concept. D'un point de vue technique, je mets en place une sonnerie sur mon téléphone le soir d'avant pour être sûr que toutes mes batteries et sacs sont prêts pour le départ. Il n'y a rien de pire que d'arriver au lieu dit et de se rendre compte que tu as oublié de tout préparer correctement.

Dans cette ère digitale, quel est l'attrait de prendre des photos avec un appareil argentique ?

Numériquement, je prend des photos avec le Sony A7rii. Je l'aime à mourir, mais pour moi, prendre des photos en format moyen reste imbattable. Aussi cliché que celui puisse paraître, rien n'égale le sentiment que procure l'argentique. Vous pouvez utiliser VSCO ou d'autres filtres autant que vous voulez, mais il n'y a pas de comparaison possible. Je suis également adepte du sentiment ressenti lorsque les négatifs arrivent. La gratification instantanée que procure le numérique ne me fait pas autant chaud au cœur, tu sais ? Mis à part l'aspect visuel, l'argentique me fait ralentir et prendre conscience que chaque appui sur le déclencheur doit en valoir la peine ! Je prend 10 (6x7) ou 16 (645) photos et les résultats sont meilleurs que si je shootais en numérique.

Quelles sont tes inspirations ?

Mes amis, ma vie, mes émotions.

A ton avis, quel élément est essentiel pour une bonne photo ?

Une bonne photo vous fait trépider à l'intérieur, mais de manière constante. C'est lorsque tu te retrouve à admirer tes images. Une bonne image sera bonne pour toujours. Nous (les photographes) connaissons tous le sentiment de prendre une "superbe photo" un jour, et le jour qui suit, ne pas pouvoir expliquer pourquoi on l'a aimé en premier lieu. Une "bonne photo" vous fait dire "damn..." à chaque fois que vous l'admirez.

Une collaboration de rêve en tête ?

Man, j'aimerais tant travailler avec Tyler Shields. Ça ne me dérangerais pas de faire un photoshoot pour un éditorial Fenty, au bout de la rue !

Quels sont tes projets à venir ?

En ce moment, je prépare ma première exposition solo. Ensuite, peut-être un magazine ou un livre. Je ne suis pas entièrement sûr, mais j'ai un bon pressentiment pour cette année !


Pour voir plus de travail fait par Daniel Stewart, visitez son site web.

écrit par Eunice Abique le 2018-07-25 dans #people

LomoChrome Purple Film 100-400 35mm

La nouvelle LomoChrome Purple transformera les couleurs naturelles de vos photos en nouvelles teintes éclatantes et vous garantira des résultats photographiques stupéfiants. Donnez à vos photos le look psychédélique de la pellicule infrarouge Kodak Aerochrome et obtenez des résultats impressionnants !

Les articles les plus captivants