Une nouvelle vitrine pour les Fêtes par Yaya Yak

2017-12-27

Sur son blog, Yaya Yak nous raconte des histoires touchantes, absurdes, parfois inventées, parfois inspirées de son quotidien ou directement issues de son enfance. On peut retrouver ses histoires en bandes dessinées en aquarelles sur www.histoiresaemporter.com, sur lequel elle publie deux fois par semaine.

Nous l'avons invitée pour qu'elle réalise la vitrine de Noël de notre Lomography Gallery Store, et elle nous a dessiné une adorable scène inspirée par Noël et son premier appareil photo Lomography, le Diana.

Bonjour Yaya Yak, comment vas-tu ?

Plutôt bien, ça sent la clémentine et la bougie soufflée donc tout va bien.

Comment es-tu arrivée au dessin et en particulier à la bande dessinée ?

A force de lire, d'écouter, de voir des histoires autour de moi j'ai fini par vouloir en raconter aussi. Au collège j'ai fait partie du club conteur avec une prof de français et ça m'a bien marqué. J'avais été sélectionnée pour la finale qui avait lieu à l'Olympia à Paris et entendre les gens rire ou réagir à mon histoire ça m'avait fait une sensation dingue. J'ai voulu continuer et le moyen le plus simple, rapide et peu onéreux c'était d'utiliser le dessin. Petit à petit je me suis orientée vers la bande dessinée.

Qu’est-ce qui t’a inspiré pour créer notre nouvelle vitrine ?

J'étais partie sur l'idée d'une petite histoire drôle inspirée par un personnage qui revient souvent dans mes histoires dans une série que j'ai appelé "C'est comme ça que ça se passe dans le Botto (Le bobo-ghetto)". C'est un petit garçon espiègle qui s’appelle Lallu. Il a décidé de résoudre le mystère du Père Noël et de son existence. Il l'attend donc de pied ferme. Le père Noël, quant à lui est inspiré d'un autre personnage récurrent dans mes histoires qui est un vieillard solitaire et sentimental qui s’appelle Mythridade. On m'a souvent dit qu'il ressemblait au père Noël alors c'était l'occasion de le déguiser en père Noël dans la vitrine. J'ai choisi cet appareil de Lomography parce que c'est le premier appareil de la marque que j'ai possédé alors il fallait que je l'invite dans mon dessin.

Peux-tu nous parler de ton univers et des sujets qui t’inspirent ?

J'aime beaucoup observer le quotidien et ça me permet d'avoir des tas d'idées pour les histoires courtes que je développe sur mon blog chaque semaine. Ça me permet aussi de résoudre des problèmes que je me pose par le biais de mon imaginaire ou bien de constater des absurdités.
Dans la BD j'aime beaucoup les dessins simple avec des scénarios qui eux ne le sont pas. J'ai relu les BD des frères Hernandez (Locas, Palomar) ces derniers temps et j'ai trouvé l'imbrication des histoires superbes. L'autoroute du soleil aussi de Baru est une chouette histoire avec un dessin magnifique et puis celui qui m'inspirera éternellement reste Daniel Clowes, poète du quotidien dans Eightball ou Ghost World.

Quels sont tes projets à venir ?

Je continue à alimenter mon blog deux fois par semaine ce qui me permet d'expérimenter des choses sur les histoires courtes. Je développe aussi en parallèle des histoires de BD plus longues : une histoire de fiction et une BD reportage. Je suis assez lente mais, petit à petit, les histoires prennent forme. J'ai aussi l'envie de développer avec une amie des BD sonores (croisement radio/BD) comme je l'ai déjà expérimenté par le passé.

Un dernier petit mot à partager avec les lomographes ?

J'ai toujours trouvé que dessiner me permettait de figer davantage les instants dans ma mémoire. En vacances, je dessine plus souvent les paysages ou les éléments que je ne les prends en photo. Mais avec l'argentique je trouve que ce plaisir peut être similaire, la joie dans l'attente du développement est proche de celle qu'on peut avoir après pendant la réalisation du dessin, le plaisir d'un accident heureux aussi. Je ne pense pas qu'il faille vouloir tout maîtriser à tout prix. Il faut accepter un dessin raté, une photo ratée et profiter de l'instant plutôt que de mitrailler au téléphone portable à tout va.

Voici la bande dessinée que Yaya Yak a faite spécialement pour nous, l'histoire complète de la scène qu'elle a dessinée sur notre vitrine ! Merci Yaya !

écrit par Lomography France le 2017-12-27 dans #news

Les articles les plus captivants