Célébrer la beauté des femmes : Interview avec Guillaume Gaubert (NSFW)

2017-01-06 1

Guillaume Gaubert est un photographe français dont l’œil sait, à coup sûr, capter la beauté. Il y a quelques années, il s'est pris de fascination pour le procédé photographique et a donc décidé de se plonger, corps et âmes, dans cette pratique artistique. Le style de Guillaume a évolué depuis le moment où il a pris un appareil pour la première fois, et il s'est peu à peu concentré sur le portrait ou les images comportant une présence humaine. Aujourd'hui, il apprécie tout particulièrement prendre des photos de femmes, sa principale source d'inspiration. Dans cette interview, apprenez-en un peu plus sur Guillaume et son histoire avec la photographie.

© Guillaume Gaubert

Salut Guillaume ! Qu'est-ce tu shootes de beau en ce moment ?

Hello ! Étant donné que mon truc c'est photographier des gens, je shoote principalement des portraits et plus spécifiquement des filles, parce que je trouve là une certaine esthétique qui m'inspire.

© Guillaume Gaubert

Quand t'es-tu découvert un réel intérêt pour la photo ? Ton style est-il toujours le même qu'à tes tes débuts, ou bien t'es-tu mis à explorer de nouveaux univers ?

Mon histoire avec la photo remonte à il y a quelques années. A l'époque, je prenais juste des photos ponctuellement, même si j'aimais déjà beaucoup ça. Comme ma grand-mère connaît ma passion pour tous les trucs un peu vintage, elle m'a un jour offert un vieil appareil qui avait appartenu à mon grand-père que je n'ai pas eu la chance de connaître. C'était peut-être un moyen pour moi de me "connecter" avec lui, d'une certaine manière, mais je me suis mis à m'en servir et ça progressivement développé mon intérêt pour la photo tout en me faisant comprendre les rouages et mécanismes derrière cette pratique.

J'ai assez rapidement changé de style. Au début, j'étais hyper inspiré par les clichés très cinématographiques de Théo Gosselin, et je prenais essentiellement des photos de mes amis, durant des voyages. Quand je me suis rendu compte que ce qui m'intéressait réellement c'était les gens, les individus, je suis allé puiser mon inspiration chez différents photographes jusqu'à trouver mon propre style, même si je pense bien sûr être en constante évolution sans même le remarquer.

© Guillaume Gaubert

Quel est le plus gros challenge, en tant que photographe ? Qu'est-ce qui t'inspires, te pousse à créer de belles images et à faire ce job chaque jour ?

Je pense que le plus grand défi pour un photographe est de se créer une identité visuelle unique. Quand les gens voient une de tes photos, c'est important qu'ils te reconnaissent. Il y a tellement d'images sur Internet, d'autrefois ou d'aujourd'hui, qu'il est désormais facile de trouver l'inspiration. Mais c'est une réalité à double tranchant car on peut être plus facilement tenté de reproduire quelque chose que l'on trouve cool, sans trop réfléchir à soi, à son identité propre et à son travail d'un point de vue plus global. Je vous dis ça, mais je n'ai moi-même pas complètement défini ce qu'était mon vrai style. Quant à ce qui m'inspire et me pousse à prendre de meilleures photos chaque jour : c'est pour me connaître un peu mieux.

© Guillaume Gaubert

Entre autres choses, tu shootes aussi des photos de nu. Comment arrives-tu à instaurer une relation de confiance avec tes modèles, à faire en sorte qu'elles se sentent à l'aise devant ton objectif ?

Je n'ai pas beaucoup fait de photos de nu, mais je pense que c'est important que la modèle se sente à l'aise, qu'elle soit topless ou en sous-vêtements. Quand tu te fais photographier par quelqu'un que tu ne connais pas vraiment, j'imagine que tu dois te sentir nu, même si tu portes des vêtements. Moi, je ne dis ou ne fais rien de particulier, il n'y a pas de truc pour faire en sorte que la personne soit à l'aise. Tout est dans l'atmosphère et la relation que tu arrives ou non à créer. J'essaye simplement d'approcher la chose de manière décontractée, comme si c'était normal en quelque sorte, on parle un peu avant la séance pour créer une sorte de relation amicale. Mais tu ne peux jamais espérer de quelqu'un qu'il soit détendu de manière mécanique.

© Guillaume Gaubert

Quand est-ce que tu te sens le plus inspiré pour prendre des photos?

Quand la modèle est à l'aise avec elle-même.

Tu as eu l'opportunité de te rendre en Suisse et tu as pris de magnifiques photos là-bas, sublimant la nature. Qu'est-ce que tu as particulièrement apprécié lors de ce voyage ?

Je ne me suis pas rendu en Suisses exprès pour prendre ces photos mais pour rendre visite à un ami photographe, Arnaud Ele, et pour passer quelques jours avec lui afin de travailler sur projets communs. Mais comme j'ai un peu prolongé mon séjour, j'ai eu le temps pour prendre des photos. J'ai pu explorer la nature Suisse qui est à nulle autre pareille sur Terre, donc j'ai bien évidemment fini par prendre mes photos lors de ces moments d'explorations. Mais le truc que j'ai particulièrement aimé, c'était de voir mes amis.

© Guillaume Gaubert

Si tu devais choisir un autre moyen d'exprimer ta créativité, en dehors de la photo, ce serait quoi ?

Je dirais la musique, parce que que je ressens énormément d'émotions lorsque j'en écoute. Malheureusement, je ne suis pas particulièrement doué pour ça, et je n'ai pas assez de temps pour pratiquer. Mais j'aimerais énormément faire un film, ce qui serait le meilleur moyen pour combiner photographie et musique. C'est vraiment un projet sur lequel j'ai envie de travailler à l'avenir.

Qu'est-ce qui t'attires le plus quant à l'argentique ? Quels sont les avantages à shooter sur pellicule ?

J'adore la photo argentique pour les couleurs, la manière dont elle permet de jouer avec la lumière, comme une peinture, et aussi pour son côté imprévisible. Quand tu prends une photo, tu n'es sûr de rien quant au résultat, mais tu sais qu'il y aura un truc. Pour moi, la photographie argentique est vraie, authentique, et chaleureuse. En dehors de ces avantages purement esthétiques, la manière dont la pellicule prend la lumière n'a rien à voir avec le numérique, ce qui est génial pour moi puisque j'aime jouer avec la lumière naturelle. L'argentique ne laisse de place qu'aux meilleures photos que tu puisses faire.

© Guillaume Gaubert

Toutes les photos publiées dans cette article ont été utilisées avec la permission de Guillaume Gaubert. Pour découvrir son travail plus en profondeur, suivez Guillaume sur Instagram et visitez son site.

écrit par Ivana Džamić le 2017-01-06 dans #people

Un commentaire

  1. argentic-translation
    argentic-translation ·

    Un travail tout en poésie, loin les fioritures, le vulgaire. On adhère =)

Les articles les plus captivants