Road trip : 10 jours en Islande - Partie 2

2016-08-29 1

Découvrez la première partie du voyage ici.

Jour 6 : Encore des paysages magnifiques, et de la ville

Nous avons sillonné les routes du nord du pays jusqu’à rapidement tomber sur les chutes de Fossholl. Tout était simplement très beau.

Quelques heures de route plus tard, nous sommes arrivés à Akureyri, une ville du nord de l’Islande. Retour pour quelques heures dans l’urbanisme, les grattes ciels et la circulation.

Nous avons ensuite continué de rouler sur les magnifiques routes du pays jusqu’à tomber, un peu par hasard, dans un joli petit village.

Et finalement de reprendre la route, non sans avoir arpenté ce petit village avant de tomber sur une aire au milieu de nulle part qui offrait une vue magnifique, et la bonne excuse pour manger.

Encore quelques kilomètres, et nous sommes arrivés a camping de Gladheimar pour y passer la nuit.

Jour 7 : Aie

Après 2h de route on a trouvé bon d’exploser le pneu de la voiture pour rendre le voyage plus amusant. Résultat, 115€ à débourser dans un petit garage après 80 kilomètres (le karma des 50€ trouvés par terre le premier jour ?) sur un chemin en terre avec la roue de secours.

Un petit repas improvisé dans une station service avant de reprendre la route de la côte nord-ouest en tombant un peu par hasard sur le musée islandais de la sorcellerie, dans le village de Hólmavík. Un musée très intéressant, testé et approuvé.

Après cette sortie culturelle, nous avons continué notre chemin jusqu’à la ville d’Husid non sans s’arrêter à droite et à gauche pour admirer les paysages.

Ce fut l’occasion de manger dans un restaurant-buffet de poissons, sacrément bon, avant de descendre une choppe de bière islandaise un peu plus loin dans un bar de la ville puis d’aller dormir au camping de Tunguskogur, très propre et fonctionnel.

Jour 8 : La west coast

Après une bonne nuit de sommeil il est temps de quitter le nord du pays pour entamer la descente vers Reykjavik en longeant la west coast islandaise.

Peu de spots touristiques sur la côte, car une bonne partie se situe dans l’intérieur du pays. Mais impossible d’y accéder avec notre petite Hyundai i10. Néanmoins, les paysages qui défilent sous nos yeux et changent constamment restent magnifiques avec pas mal d’arrêts par-ci et par-là pour faire des photos.

La mer était un peu trop froide pour s’y baigner par contre…

On a fini au camping d’Akranes à quelques kilomètres de Reykjavik, pour passer la nuit.

Jour 9 : Le sud de l’Islande

Passage par la périphérie de Reykjavik. Dans un certain sens, on a fini le tour de l’île… Mais étant donné qu’il nous restait la voiture pour une dernière journée, nous en avons profité pour découvrir le sud de l’île, mais aussi faire le tour d’un lac qui traînait dans le coin et pour faire rouler encore un peu la voiture.

Par le plus grand des hasards, on est tombé sur une petite église dans laquelle avait lieu un concert.

Par la suite, on s’est éloigné assez loin dans le sud de l’île, pour tomber sur Seltùn, une zone géothermale. Puis un peu plus loin, nous avons découvert dans un petit village ce très joli phare.

Mais avant de faire la chose la plus touristique d’Islande, le Blue Lagoon, à 50€ l’entrée, (allez y le soir ou le matin c’est là où il y a le moins de monde, et surtout n’oubliez pas de réserver), on est allé se perdre dans les champs volcaniques juste à côté pour tuer le temps.

Après avoir cuit comme un pomme de terre pendant 1h30 dans le Blue Lagoon (j’avais laissé l’appareil dans le casier …) on a regagné le camping de Grindavik pour une bonne nuit de sommeil.

Jour 10 : Retour dans la capitale

Retour à Reykjavik pour rendre la voiture après avoir roulé 3020km, d’après Google Maps, (parce qu’on avait oublié de remettre le compteur à 0 en fait …). Une dernière journée à explorer la ville, faire les touristes, monter en haut de l’église pour avoir une vue imprenable sur la capitale, se délecter une dernière fois de mets islandais et se perdre dans les rues de la plus grande ville d’Islande avant de prendre le bus, direction l’aéroport de Keflavik.

Jour 11 : Au revoir l’Islande

Le dernier jour n’a pas été passionnant en soit. Après quelques heures à somnoler et chasser les Pokémons dans l’aéroport, nous avons embarqué dans l’avion et décollé à 6h. Retour en France sous la chaleur estivale, pour grimper dans le train direction Nancy. Fin du voyage.

Conclusion

3020 kilomètres parcourus d’après l’outil Mes Trajets de Google Maps, parce qu’on avait oublié de remettre le compteur de kilomètres à 0 au moment où on a récupéré la voiture…

Nous n’avions pas planifié le trajet à la l’avance, de même pour les campings, mais sachez que vous n’avez pas besoin de réserver à l’avance, car il y a toujours de la place, peu importe l’heure à laquelle vous arrivez. On s’arrêtait quand on commençait à être fatigué, quand on voyait quelque chose d’intéressant, de beau (donc souvent en fait), et pour des points indiqués comme à voir sur le guide vert Michelin.

Les campings sur lesquels nous sommes tombées étaient tous bien, certains étant mieux équipés que d’autres. Le prix d’une nuit varie entre 1000 ISK et 1500 ISK (8 à 11,50€) par personne. Dans certains, il faudra prévoir un supplément pour les douches. Certains campings sentaient le soufre (l’oeuf en fait) plus que d’autres, mais on s’y fait.

Niveau vêtements et affaires de camping, dans mon sac on trouvait 2 pantalons, un short, des teeshirts, un sweat, un petit pull, des sous-vêtements + chaussettes, des chaussures de marche, une brosse à dents et affaires de toilette, une serviette compacte, un couteau (pour le côté aventurier en fait), un petite lampe, une bonne batterie externe, un matelas de sol et un sac de couchage. (Et une popote dans le sac de Blanche aussi, à ne pas oublier.)

Au niveau du matériel photo que j’avais emporté, on trouvait le Fujifilm X100T et une bonne carte mémoire, le Canon AE-1 Program et son 50mm 1.8 (j’aurais du prévoir un 28mm) et le Lomo Instant de chez Lomography (et le téléphone).

Pour ce qui est du budget, il a tourné autour de 550€ par personne, avion, camping, voiture, courses, repas, extras sans compter le pneu, parce que, si vous ne faites pas n’importe quoi, il n’explosera pas).

Suite à ce voyage, j’ai ce projet de faire un livre avec des photos d’Islande et un peu plus de contenu que sur la galerie et sur du joli papier. Si l’idée d’avoir un exemplaire papier vous intéresse, vous pouvez me contacter un peu partout. Quelques exemplaires “test” arriveront d’ici début septembre et je vous tiendrai au jus sur Twitter et Facebook sur le rendu.

Merci Blanche d’avoir été de la partie.


Vivez le road trip à 360° avec ces 4 photosphères et retrouvez l’ensemble des photos de David du son site.

écrit par Théo Depoix-Tuikalepa le 2016-08-29 dans #lieux

Cliquez ici pour plus d'articles inspirants et festifs sur notre page Happy Holidays. Vous pourrez participer à notre incroyable compétition pour gagner un panier cadeau Lomography, répondre à un test amusant, et découvrir nos offres quotidiennes !

Un commentaire

  1. dianacagothe
    dianacagothe ·

    Quels paysages! Ouaouh!

Les articles les plus captivants