LomoAmigo : Miquette

2

Aujourd’hui, on vous présente notre nouvelle copine Miquette. Touche à tout et baroudeuse, elle nous fait découvrir ses voyages et ses expérimentations à l’Oktomat.


Nom : Mon prénom c’est Lisa, mais on m’appelle Miquette sur les Internets.
Facebook : photomiquette
Site web : Miquette
Ville : Je vis à Paris depuis environ 4 ans, mais je suis originaire d’un petit village dans l’Ain.
Appareil : Je viens d’acquérir un 5D Mark II (enfiiiiiiiiiin) mais toutes les photos de mon site ont été shootées avec un vieux Nikon D5000.


Salut Miquette ! Peux-tu te présenter aux Lomographes ?

Je suis une jeune photographe-bidouilleuse un peu touche-à-tout, heureuse dès qu’il s’agit de créer et d’inventer des choses.

Comment es-tu tombée dans la marmite de la photographie ?

Très tôt finalement ! J’ai eu un compact à 13 ans (ma mère l’avait gagné en collectionnant les points pour un jeu-concours en grande surface), je photographiais tout, tout le temps et je les postais sur mon Skyblog de l’époque (ne cherchez pas, il n’est plus en ligne ;) ). Mes archives du collège sont assez monstrueuses, j’ai des centaines de giga d’images ! Puis au lycée, j’ai récupéré un vieux reflex argentique qui appartenait à mes parents et je me suis inscrite au club photo de mon lycée. Je développais mes pellicules, mes tirages. J’ai appris les bases techniques là-bas.

Et puis après le bac je me suis spécialisée vers des formations plutôt orientées numérique et création multimédia. Ça m’a permis d’enrichir mon éventail de compétences tout en gardant un lien avec l’image, ce qui était finalement un bon compromis !

Tu as beaucoup shooté avec l’Oktomat, qu’est-ce qui te plaît chez lui ?

Ce que j’aime c’est qu’il y a un rapport à la temporalité assez intéressant. Quand la photographie fige l’instant, l’Oktomat nous permet de raconter une histoire en 2,5 secondes. Le rapport au cadre et au mouvement est véritablement différent. Je travaille beaucoup sous la contrainte, c’est ce qui m’aide à trouver de nouvelles idées et à sortir de ma zone de confort, ça a donc été un vrai plaisir d’expérimenter cet appareil ! Et puis, Il est assez ludique et ressemble à un jouet. On a forcément envie de s’amuser avec et ça donne souvent de jolis hasards.

Et niveau matos ? Quels sont tes chouchoux ?

Il n’y a encore pas si longtemps, je shootais surtout avec le peu de matos dont je disposais : mon Nikon D5000 et un 18-200mm. Il n’était pas très lumineux mais était assez pratique en voyage car je n’avais pas besoin de changer d’optique en situations extrêmes (au milieu de la Vallée de la mort ou encore sous une tempête en Irlande) j’avais une amplitude focale assez importante, ce qui me permettait de capturer plein de moments intéressants tout en restant discrète.

Depuis quelques temps, je me suis lassée de cet objectif (qui est tout de même très limité) et je shoote presque tout au 50mm f/1,8. Que ce soit en argentique, numérique, Canon, Nikon, peu importe le boitier finalement, du moment que je peux jouer avec la profondeur de champ.

L’Irlande

Parles-nous un peu de tes photos. Quelques anecdotes croustillantes, drôles, émouvantes ?

J’ai eu l’occasion de photographier William Klein lorsqu’il était exposé aux Promenades Photographiques de Vendôme en 2011 (festival pour lequel je réalisais un reportage). J’étais très impressionnée car j’avais à peine 19 ans et j’étais face à un monstre de la photographie ! Après avoir fait quelques clichés de lui, il a pris son Leica et m’a lui aussi photographié. Je peux donc me vanter d’avoir un portrait de moi signé William Klein (même si je ne le verrai probablement jamais !)

William Klein

Il y a quelqu’un en particulier à qui tu aimerais tirer le portrait ?

Je suis fascinée par les univers visuels des musiciens Jack White et Alison Mosshart donc j’adorerais pouvoir collaborer avec eux ! (Jack si tu passes par là, j’suis dispo).

En allant faire un tour sur ton site, on peut voir que tu as pas mal voyagé. Quelles ont été tes destinations préférées ? Y-a-t-il un endroit où tu rêverais de te rendre ?

J’ai eu la chance de pas mal bouger ! J’ai adoré tous mes voyages mais les lumières d’Istanbul et du Maroc m’ont particulièrement marqué. J’ai aussi eu l’occasion de faire un road trip dans l’ouest américain l’été dernier, ma série devrait sortir bientôt ! Sinon je rêve de traverser l’Amérique latine, j’espère pouvoir le faire un jour !

Istambul
Le Maroc

Tu as travaillé au sein de l’équipe Madmoizelle, tu peux nous parler de cette expérience, des rencontres que tu y as faites ?

Ce fût une expérience très enrichissante. En très peu de temps j’ai eu l’occasion de faire la rencontre de nombreuses personnes passionnantes. Que ce soit des musiciens, des auteurs, des humoristes, des lectrices ou même certaines de mes collègues. Ce fût une année riche qui forcément a impacté d’une manière ou d’une autre mon travail photographique.

Et maintenant, quels sont tes projets ?

Pas mal de choses se profilent pour 2016 ! Tout d’abord une série sur l’Ouest américain qui devrait sortir d’ici la fin du mois, c’est un travail qui sera assez différent de ce que j’ai pu faire d’habitude. Un peu plus conceptuel et un plus poussé. Je passe beaucoup de temps là-dessus ces dernières semaines.
J’ai aussi une exposition qui s’organise avec d’autres artistes (notamment Cy., Chloé Vollmer-Lo et Mr.Q) sur le rapport au corps.

J’aimerais faire un peu plus d’édito mode prochainement, je suis en collaboration avec quelques créatrices pour lesquelles j’aimerais signer les prochains lookbook. Enfin, je suis aussi en train de démonter des scanners pour les transformer en appareil photo, j’expérimente pas mal de choses étranges qui donnent des résultats assez étonnants. J’ai beaucoup de projets Do It Yourself qui mélangent art et technologie. Affaire à suivre…

Quelles sont tes sources d’inspiration ? Y-a-t-il des artistes (photo ou autres) que tu aimerais nous faire découvrir ?

Ma plus grande source d’inspiration est mon entourage ! J’ai la chance d’être entourée de plein de gens talentueux ce qui génère une réelle synergie créative. Vous pouvez aller jeter un coup d’œil au boulot de l’illustratrice Cy.. (si vous ne la connaissez pas encore) ou encore aller sur la chaîne de la vidéaste Diebor Te Film. Ce sont des personnes avec qui j’ai eu la chance de travailler et qui me motivent au quotidien.

Il y a aussi Charlotte Evrard, une photographe de nature morte que j’assiste régulièrement et qui m’apprends beaucoup à chaque shooting. Et enfin Nadia Berg, une auteure-journaliste-photographe autodidacte qui m’a toujours inspiré par sa détermination et son implication dans chacun de ses projets !

Merci d’avoir répondu à ces quelques questions !

2016-02-09 #people #oktomat #lomoamigo #miquette

Les articles les plus captivants