Lomo'Instant Light Painting LomoAmigo: Ian Hobson

Ian Hobson est un photographe anglais qui est spécialisé dans le light painting. Il a récemment testé le Lomo’Instant avec le Pixelstick : une combinaison imbattable ! On vous présente ici quelques uns de ses plus beaux clichés.

Photos par Ian Hobson

Bonjour Ian, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Mes premières tentatives avec le light painting ont commencées tardivement à la fin des années 80 quand j’utilisais une pellicule E6 slide afin de créer des rayons de lumière avec les lumières des projecteurs des nightclub. J’ai recommencé le light painting en 2004. Depuis, je suis toujours à la recherche de lumière. C’est une forme d’art ultra engageante, d’ailleurs j’essaye d’encourager la connaissance de cette technique en organisant des workshops, des résidences d’artistes et des projets communautaires aussi bien que privé et commerciaux.

Pourquoi es-tu attiré par le Pixelstick et en quoi t’aide t-il ?

Une large part de ce qui plait dans le light painting est que dans un monde où les ordinateurs sont fréquemment utilisés pour créer des images qui simulent la réalité, faire des grands gestes devant un appareil photo peut être vraiment excitant ou alors utiliser le monde réel pour créer de l’image qui ressemble au projet CGI aussi*. Utilisez le Pixelstick qui est une sorte d’outil qui brouille les pistes entre réalité et images matricielles. D’ailleurs, cet outil permet une réelle liberté de mélange des éléments argentiques et numériques. J’ai commencé à utiliser des LED quelques jours avant que le Pixelstick n’apparaisse, j’utilisais des conseils connus sous le nom de Digital Light Wand créés en utilisant le plan open source de son créateur Mike Ross. Depuis aussi longtemps que je me souvienne, le Pixelstick est la seule proposition industrielle de light painting qui existe. Son succès vient du fait qu’il permet à des débutants de créer rapidement de très intéressants résultats en déplaçant une image matricielle (bitmap) en face de l’appareil. Mais il peut aussi être utilisé comme un outil plus traditionnel de light painting, par exemple j’aime essayer de le mixer avec des outils de light painting plus traditionnels.

*"CGI tutorial":https://www.youtube.com/watch?v=33Ayfx5Ncuc&list=PL9IyTaNVaItpbgR5FP-kXhizuvrg_G8b1

Photos: Ian Hobson

As-tu quelques conseils à donner aux personnes qui voudraient essayer le light painting ?

Le meilleur conseil pour commencer : vérifiez que votre appareil photo a un temps d’exposition d’au moins 10 secondes, le mode bulb est l’idéal car vous avez autant de temps que vous voulez pour shooter. Gardez votre appareil photo stable, utilisez un trépied est idéal mais un sac sur lequel vous prenez appui peut également faire l’affaire. Vérifiez que votre objectif est réglé sur le mode manuel. Faites la mise au point manuellement sur l’endroit où vous souhaitez faire les traces de lumières, en utilisant une torche par exemple pour illuminer l’endroit en question. Vous pouvez trouver différents outils de light painting sur internet. Je pense l’avoir déjà dit auparavant mais n’importe quelle source de lumière peut être utilisée. Les bâtons lumineux, les écrans de téléphone, des bougies.

Photos 01 et 02 par Ian Hobson

Parle-nous de ses clichés shootés avec le Lomo’Instant.

J’adore utiliser le Lomo'Instant grâce auquel je peux montrer l’idée que les lumières que je génère sont en fait des couleurs digitalement générées ou amélioré, mais aussi qui offre les bénéfices de voir le résultat si ça marche ou non, et d’ajuster comme bon vous semble jusqu’à ce que le résultat soit à votre goût. Tous les clichés ont été shooté avec une seule exposition créée avec le mode bulb en utilisant des câbles de connections pour contrôler l’ouverture et la fermeture de lm’obturateur.

Instax 01 était le premier test qui a bien fonctionné et qui pouvait être scanné. L’appareil était placé sur le sol avec
L’appareil été placé sur sur le sol, avec un tuyau en plastique au-dessus, et une LED scotchée à un bâton était placée à l’intérieur de la conduite. C’est légèrement surexposée comme j’avais mis une compensation de l’exposition à -2 mais aussi parce-que les LED étaient proches de l’appareil. Pour la * 02 * j’ai utilisé la même technique que la 1, mais sans compensation d’exposition.

Photos 04, 05, 06, 07 par Ian Hobson

La 04 a été réalisée à main levée en faisant un cercle avec un paquet de LED collées sur un bâton, alors que le texte a été réalisé avec une seule LED. La 05 montre quelques hasards de mouvements fait avec une LED RVB de fibreoptics avec un de ceux de Jason D Page’s light painting brushes.. La 06 est une autre réalisée sans efforts en utilisant un outils de light painting fait maison, celui-ci comprenant 3 bandes de LED scotchées à un bâton avec une petite LED sur le bout. La 07 est une LED RVB lumineuse avec un morceau de plexiglas sur l’extrémité pour diffuser la lumière.

Photos 08, 09, 10, 11 & 12 par Ian Hobson

08 j’ai utilisé le Pixelstick pour décrire une image matricielle bitmap abstraite. Le bâton a été tourné à partir de son centre, avec l’image matricielle qui se répète. Puis un peu de main levée en agitant des LED pour la spirale du milieu et les remous sur les bords. La 09 a été réalisée avec le même outil utilisé que pour la 06, mais cette fois-ci en émettant seulement la lumière jaune. Et enfin la 10 impliquait de placer l’appareil sur un outil fait sur mesure qui tournait.

Pour en découvrir plus sur les photos de Ian Hobson’s, allez visiter son site internet, lightpainting.org.uk

écrit par hannah_brown le 2015-09-14 dans #people #lifestyle #lomoamigo

Les articles les plus captivants