Black_friday_fr
Vous avez déjà un compte ? S'identifier | Nouveau chez Lomography ? S'enregistrer | Lab | Site actuel :

Mes premiers pas en territoire Konstruktor

Après avoir photographié quelques bobines de pellicule, voilà ce que je peux dire : le Konstruktor et moi devons nous habituer encore un peu l'un à l'autre. On y arrivera, finalement, mais ce n'est pas toujours facile de prendre de belles photos. Cependant, quand une photo fonctionne, le résultat est vraiment joli.

Photo de stratski

Une fois que vous avez votre Kontruktor, il vous faudra d’abord le monter avant de pouvoir prendre des photos. Heureusement, le travail d’assemblage est amusant. Si vous avez déjà assemblé un de ces avions de modélisme, vous allez sûrement adorer ça. Le manuel, quant à lui, est assez court, mais tant que vous faites attention à ce que vous faites, c’est facile. Le seul problème que j’aie eu a été la molette d’avancement de la pellicule : le compteur a un peu de jeu, alors je ne sais pas très exactement combien de poses il me reste. Mais ce n’est pas un drame. C’est un pue plus grave quand la molette d’avance de la pellicule se coince, de temps en temps, ce qui déchire parfois la pellicule au niveau des perforations. Je crois qu’il va falloir que je le démonte pour arranger ça et que je le remonte ensuite, puisqu’après tout on le monte soi-même.

Ensuite, vous pouvez commencer. il faut un peu de temps pour s’habituer eu viseur sur le dessus. Avec une photo dans l’axe, ça marche bien, mais si vous voulez utilisez un angle un peu différent, ça peut être un peu compliqué. Les photos verticales sont aussi difficiles à réaliser parce que vous voyez l’image à l’envers dans le viseur. Ça porte à confusion et pour moi c’est la photo ratée garantie.

Je ne sais pas ce qui ne va pas chez moi, mais dès que j’achète un appareil Lomography, j’ai du mal à obtenir des résultats nets. Je pense que j’ai simplement été trop habitué aux appareils avec de grands objectifs en verre et des vitesses d’obturation rapides et que je sous-estime toujours la vitesse plutôt lente d’obturation et le côté bon-marché un plastique Lomo. Heureusement, je m’y habitue en quelques pellicules…

Alors, tant que vous n’êtes pas dans un canoë qui vogue ou en plein soleil (ce qui vous empêche de voir dans le viseur) et que vous ne voulez pas prendre des photos dans des angles bizarres, vous vous habituerez au viseur assez facilement. C’est une hybridation intéressante entre un refkex et un appareil compact simple. Il n’y a pas une tonne de réglages – juste une ouverture fiwe de f/10 et le choix entre deux vitesses d’obturation : 1/80sec et B. Mais le fait de pouvoir voir si votre photo est floue ou pas est une fonctionnalité très pratique. J’ai tout-de-suite voulu prendre une tonne de gros plans, parce qu’avec un appareil compact, c’est souvent au pifomètre. Et à ma grande surprise, cette petite pseudo-loupe en plastique marche plutôt bien !

Bien qu’il n’y ait pas de fixation pour filtres sur l’objectif, l’appareil est assez léger pour vous permettre de tenir simplement un filtre devant l’objectif avec la même main qui tient l’appareil. C’est une bonne nouvelle, parce que le Konstruktor fonctionne vraiment bien avec mon filtre pour gros plans. Aucune fleur ou abeille ne m’échappera !

Pour les filtres légers, comme des filtres couleur maison et des filtres Cokin, il est très facile de créer une monture pour filtre, comme ceci :

Comme avec de nombreux autres appareils Lomograhpy, c’est facile de créer des doubles. Ce n’est pas vraiment mon truc (ils ne sont jamais aussi bons que je ce que m’imagine, mais c’est une fonctionnalité géniale, cela dit.

Finalement, le Konstruktor est une jolie addition à ma collection d’appareils.

écrit par stratski et traduit par lomographyfrance

Pas encore de commentaire. Soyez le premier !

Lire cet article dans une autre langue

La version originale de cet article est écrite en : Nederlands. Il est également disponible en : 中文(繁體版), 中文(繁體版), Deutsch, 日本語, English & Italiano.