Black_friday_fr
Vous avez déjà un compte ? S'identifier | Nouveau chez Lomography ? S'enregistrer | Lab | Site actuel :

Mon histoire d'amour avec la photographie

Comme pour la plupart de mes passions, j'ai commencé à m'intéresser à la photo quand j'étais à l'université. Mais avant de commencer, je voudrais préciser que je n'ai jamais été formé académiquement à la photographie, je ne connais donc pas grand chose aux aspects techniques. On peut dire que pour moi, il s'est agi d'essais et de ratages, pour le meilleur et pour le pire, pendant tout ce temps.

Je me souviens avoir voulu apprendre la photo en argentique avant tout parce que je pensais que c’était la bonne façon de s’y mettre ; cependant, le fait est que mon premier appareil, celui qui n’appartenait qu’à moi, n’était ni à pellicule ni basique – c’était un appareil Canon numérique rouge, l’un de ses petits IXUS, que j’ai reçu pour mon 18ème anniversaire. Avant ça, je me souviens vaguement avoir joué avec l’appareil tout simple de ma maman, d’avoir surtout appris comment charger une pellicule correctement.

J’apportais toujours cet appareil avec moi à l’école, pour prendre des photos de tout et de rien. C’était avant tout à but informatif, puisque, Dieu sait pourquoi, je pensais qu’il était stupide d’essayer de prendre de “vraies” photos avec. Et pourtant, j’en ai pris.

C’est triste à dire, mais c’est l’appareil que j’ai continué à utilisé pour notre cours de photo. Quand j’y repense je pense que j’aurais pu supplier ma mère de m’acheter un vrai appareil, mais puisque ce n’était pas requis, ça ne me semblait pas nécessaire. Le professeur ne s’en formalisait pas de toute façon, tant que nous étions capable de faire des photos qui correspondraient à ses critères particuliers.

Chaque semaine, il nous demandait de nous rendre à différents endroits pour prendre des photos, des marchés sous la pluie, des rues, des jardins. Un jour, il nous parlait des résultats de notre premier devoir et j’étais très surpris d’entendre que cette photo que j’avais prise était celle qu’il préférait. C’est un constat agréable, j’aimais cette photo, personnellement mais je n’aurais jamais pensé qu’elle était mieux que les 45 autres prises par certains de mes camarades meilleurs que moi. Elle est floue et prise très simplement avec un appareil numérique, contrairement à certaines autres photos du cours. Et bizarrement, je la trouvais plus embarrassante qu’autre chose. Mais d’une façon étrange.

L’ironie du sort a fait que j’ai reçu mon premier appareil argentique après la fin de notre cours de photo. L’une de mes oncles avait eu la gentillesse de me donner son vieux Minolta α-7700i. Bien qu’il soit un peu abîmé, il fonctionnait encore très bien et, tout comme l’IXUS, je l’emportais toujours à l’école simplement pour me souvenir des choses. J’aimais prendre des portraits de mes amis avec, ainsi que des scènes quotidiennes avec ma classe, à l’Université Santo Tomas à Manille.

Peu de temps après, en 2009, j’ai reçu en cadeau pour mon diplôme un Sony α200k. Comme certains de mes amis étaient déjà fans de photo à l’époque, je les suivais et prenais surtout des photos de coulisses. J’ai aussi participé à un safari photo avec quelques amis et camarades juste avant de terminer mes études. Nous étions allés dans quelques lieux de Manille, du quartier de Quiapo à Escolta Street dans le quartier de Sta. Cruz – tous les deux des quartiers riches d’habitation et d’affaires – jusqu’au Chinatown de Manille et sur l’avenue Rizal ou Avenida, l’une des routes principales de la ville avec des cinémas art déco en ruines. Il y a une centaine d’années, c’était le centre le plus actif de Manille avec des restaurants, des cinémas et de nombreuses boutiques.

En ce moment, je possède un Vivitar EZ35 et le Minolta dans mon arsenal. J’ai obtenu le plus vieux d’un ami qui l’avait obtenu grâce à une promotion “2 pour le prix d’1”, je crois. Mais ils amassent la poussière dans ma chambre car cela fait un moment que je n’ai pas pris de photos avec. La dernière fois, c’était en mars, et ce n’était même pas pour un safari photo ou une séance. Cette fois, je suis parti en voyage à Singapour une semaine avec deux de mes meilleurs amis de l’université. J’avais pris le Vivitar et emprunté le Diana F+ flash d’un ami, mais malheureusement, une pellicule n’a pas fonctionné et aucune photo n’a été prise parmi toutes les poses. L’autre bobine avait l’air de marcher mais puisqu’ils ne pouvaient pas développer la première, ils m’avaient rendu celle-là non développée aussi. J’essaierai de l’imprimer bientôt.

Aujourd’hui, travailler avec Lomography m’a donné envie d’essayer de reprendre mon hobby. Cette fois-ci, je vais sûrement essayer de prendre des photos avec les appareils Lomo dont j’ai entendu parler à l’université !

écrit par chooolss et traduit par lomographyfrance

Pas encore de commentaire. Soyez le premier !

Lire cet article dans une autre langue

La version originale de cet article est écrite en : English. Il est également disponible en : Italiano.