C'est votre dernière chance de précommander votre objectif Petzval et d'obtenir les plaques à ouvertures spéciales inclues gratuitement ! La date de livraison est estimée à août 2014 (ou même avant), alors ne manquez pas cette chance de vous procurer l'objectif pour portrait parfait !

Vous avez déjà un compte ? S'identifier | Nouveau chez Lomography ? S'enregistrer | Lab | Site actuel :

Amber et Ashlie Chavez : un talent en symbiose

En tant que soeurs, elles se chamaillent souvent mais derrière leurs appareils, c'est une toute autre histoire. Rencontrez les deux soeurs photographes professionnelles Amber et Ashlie Chavez.

Amber et Ashlie Chavez

Il y a quelques mois, j’ai rédigé une "critique de l’album ":http://www.lomography.com/magazine/lifestyle/2013/07/20/weekend-album-review-into-the-night des The Raveonettes’ Into the Night. J’ai été ravi d’apprendre que la jaquette avait été photographiée en argentique par les photographes de Los Angeles Amber et Ashlie Chavez.

Amber et Ashlie sont soeurs, jumelles pour être exact. Leur collaboration a donné lieu à une décennie de photos remarquables et argentiques qui ont illustré des pages de mode, des pochettes d’album et même des magazines comme Spin et Rolling Stone.

Photo par Amber et Ashlie Chavez via Under the Radar

Vous m’avez bien lu. Malgré la prolifération du numérique, Amber et Ashlie Chavez préfèrent tout faire à l’argentique. Elles ne photographient que sur pellicule.

J’ai eu la chance de rencontrer ces deux demoiselles talentueuses et charmantes à l’occasion d’une interview et elles ont bien voulu partager des bribes de leurs vies et de leurs expériences en tant que soeurs et photographes professionnelles.

Parlez moi de vous et de votre carrière de photographes en symbiose.
Nous sommes jumelles et nous avons 26 ans. Nous ne sommes pas sûrs si nous sommes monozygotes ou pas. Nous avons toutes les deux un diplôme supérieur en Art pour le Studio, avec une majeure en Photographie Créative. Nous avons suivi tous les cours ensemble et travaillé dans la chambre noire ensemble. Pendant une revue, nos projets étaient accrochés comme dans un salon, les uns à côté des autres. Notre professeur a émis la critique suivante : nos esthétiques étaient trop similaires pour être différentiées comme pour deux artistes séparés mais notre contenu était trop différent pour être considéré comme l’ travail d’une seule artiste. Elle nous a suggéré de choisir entre se “séparer et collaborer” afin de réaliser notre potentiel. Nous avons décidé de collaborer et c’est ce que nous faisons depuis lors. Notre premier travail qui a rencontré le succès fût Symbiotic qui illustrait notre relation anormalement proche. Certains nous ont définis comme une “unité dont il est impossible de s’échapper”.

Comment avez-vous commencé la photographie et quelle est la force qui vous a poussée à vous lancer dans une carrière de photographes ?
Notre mère était photographe professionnelle spécialisée dans les portraits de famille. Elle ne photographiait qu’en argentique et faisait des portraits géniaux dans le style d’ “Olan Mills”, chez les gens où dans son propre studio. Son studio s’appelait A Moment In Time. Elle était notre inspiration principale. Nous avons hérité de tout son équipement et l’utilisons encore aujourd’hui.

Ca fait quel effet de travailler avec sa jumelle ? Pourriez-vous décrire le processus de conceptualisation et de réalisation de chaque photo ?
Nous sommes une équipe parfaite. Là où l’une d’entre nous a des lacunes, l’autre excelle. Une relation en symbiose.

En quoi diffère votre relation de travail entre soeurs de votre lien de sororité ? En quoi le fait d’être soeurs est-il utile pour votre travail ?
Pour être honnêtes, comme nous sommes soeurs, nous nous disputons beaucoup. On est toujours en train de se chamailler pour ci ou pour ça, on s’énerve mutuellement, on se connaît trop bien pour ne pas s’agacer l’une l’autre. Tout ça, c’est parce qu’on s’aime, bien sûr. Alors quand on travaille, il faut cacher tout cela complètement. C’est un art en soi. Être soeurs nous aide à photographier parce que la confiance est là, si je ne suis pas en forme pour photographier, elle peut prendre le bât et me ramener dans le droit chemin.

Qu’est-ce que vous appréciez dans la photo argentique ? Et pourquoi choisir de rester à l’argentique bien que de nombreux professionnels aient décidé de passer au numérique ?
Le numérique, c’est plat. L’argentique, c’est du concret.

En quoi votre style photographique est-il différent de celui de votre soeur ?
Ashlie: J’ai tendance à être un peu plus réservée. Toutes les deux, nous allons vers la captation d’images sincères dans des décors naturels (domestiques ou privés) – ce qui rend nos photos parfois sombres et révélatrices. Mais j’ai tendance à faire attention lorsque je choisis ce que je veux montrer. Je ne veux en aucune manière exploiter mes sujets, même si c’est au nom d’un idéal artistique ou conceptuel – simplement parce qu’en général le public ne traduit pas les images de façon artistique ou conceptuelle.
Amber: J’ose un peu plus, de façon mature cela dit. Je m’écarte toujours de tout type de choc.

Suivez-vous un certain code ou des règles lorsque vous prenez des photos ?
Bien sûr. L’une d’entre nous dirige le shooting, nous photographions toutes les deux, l’une d’entre nous édite. En prenant le point de vue d’une tierce personne, Amber dirige chaque cliché, pendant que l’une et l’autre photographient avec un certain nombre d’appareils. Et Ashlie édite et termine le projet.

Des sujets préférés ? En intérieur ou en extérieur ?
Nous préférons la lumière naturelle alors l’après-midi est notre moment favori, en intérieur ou en extérieur. La lumière à travers une fenêtre est notre préféré.

Pouvez-vous nommez quelques photographes ou artistes que vous admirez ?
Eleanor Carucci, Diane Arbus, William Eggleston, Egon Shiele, Alec Soth, Joseph Cornell, Hannah Wilke, Mark Rauschenberg, Christophe Kutner, Christopher Anderson, Ingmar Bergman, Andrei Tarkovsky, Lawrence Ferlinghetti, Gabriel Garcia Marquez. Pour n’en citer que quelques uns. Pourquoi est-ce que nous les admirons ? Parce qu’ils ont un talent exceptionnel.

Photo par Amber et Ashlie Chavez via stereogum

Il faut que je vous dise que je suis fan des Raveonettes. Comment avez-vous réussi à les contacter pour travailler ensemble ?
Un jour en 2011, les Raveonettes étaient à LA et avaient besoin d’un kit de presse. Elles nous ont simplement contactées parce qu’elles avaient vu et aimé notre travail. Nous sommes allées au Alexandria et avons pris des photos toute la journée. Une de ses photos s’est retrouvée sur la pochette de leur EP et un an plus tard, nous avons fait la photo pour la couverture de leur album Observator Nous avons continué à travailler avec eux. C’est agréable de travailler avec Sune et Sharon et nous passons toujours un bon moment.

Pourriez-vous nous parler de quelques clients notables ou de projets mémorables ?
Nous sommes fans du groupe Port O’ Brien. Ils se sont séparés en 2011 et le chanteur Van Pierszalowski a commencé son projet solo Waters peu de temps après. Le label de Waters Capitol Records nous a contacté et nous avons pris des photos avec eux régulièrement. Une nuit, nous avons emprunté un berger allemand et pris des photos au Hollywood bowl en éclairant seulement avec les phares de notre voiture. La semaine d’après nous avons pris des photos devant une maison qu avait appartenu à Kurt Cobain et qui était toujours vide.

Photo via Ashlie Chavez

Des projets cool à venir ?
Récemment, nous sommes devenues des activistes WeSC et nous photographions leur campagne du printemps 2014. C’est ce qui nous occupe en ce moment.

Quel serait votre projet rêvé ?
Notre projet rêvé – que la photographie soit notre gagne-pain.

Un conseil pour les photographes en devenir ?
L’école ne fait pas tout, l’expérience ne fait pas tout, et les gens que vous connaissez ne font pas tout. C’est tout ça qui compte, ne vous concentrez pas trop sur une chose en particulier.

Un dernier mot ?
Il faut faire les choses pour une raison. Photographier en noir et blanc ou encadrer quelque chose dans du chêne doré, faites-le pour une raison. Aussi laborieuse et réflexive que soit la photo argentique, vous ne pouvez pas vous passer de ça.

Qu’est-ce que je vous avait dit ? Ces demoiselles ne sont-elles pas fantastiques ? Le girl power à son meilleur. Et qu’y a-t-il de mieux que de collaborer dans une profession créative avec votre jumelle, de toute façon ? Comme on dit, “deux têtes valent mieux qu’une” et je dois dire que ça fait sens surtout dans le cas d’Amber et Ashlie Chavez.

Pour en savoir plus sur leur travail, visitez les sites web d’ Amber et"Ashlie":http://www.ashliechavez.com/.

écrit par jillytanrad et traduit par lomographyfrance

Pas encore de commentaire. Soyez le premier !

Lire cet article dans une autre langue

La version originale de cet article est écrite en : English. Il est également disponible en : Deutsch & Italiano.