Vous avez déjà un compte ? S'identifier | Nouveau chez Lomography ? S'enregistrer | Lab | Site actuel :

The Road Rarely Traveled : une explosion de couleurs !

Le printemps a beau être arrivé dans bien des endroits il y a quelques semaines, mais ici on voit encore quelques traces de neige alors qu'on est à la fin du mois d'avril. Même avec un retard pareil, le monde renâit avec la vie avec toutes ses couleurs et la bonne touche d'analogique permet de réveiller les réveiller encore plus !

Ici le printemps et l’été peuvent être presque douloureux. Pas qu’il soit dur de les traverser mais c’est plutôt qu’il y a tant de choses à faire qu’il semble presque impossible d’attraper assez de morceaux de vie et de s’y attacher. Il y a tant à voir et tant à faire. Quel endroit magnifique !

Pour moi, la fonte des glaces signifie que je dois sortir de mon endroit préféré sur cette planète : le parc de McLain State. J’y suis allé hier après le travail en compagnie de ma Sardina Copernicus et une pellicule Fujichrome T64 à incandescence pour prendre quelques photos.

Des pierres, du soleil, de l’eau et des millions de possibilités

Dans la partie Sud du parc, tout au bout il y a un mur qui marque l’entrée du canal de portage. Il doit se sentir seul ce mur avec le phare bien ancré dans le sol au look désuet. A cette époque de l’année, les étudiants s’en vont et les touristes ne sont pas encore arrivés.

C’est le même cours d’eau qui transportait des marchandises et des personnes à gogo il y a de ça des dizaines d’années. Étrange, comme les petites évolutions économiques se font silencieuses de nos jours. Il y a toujours la possibilité de le faire quoi qu’il en soit.

Prévoir à cette époque de l’année relève plutôt de la magie vaudou que d’une science. Hier j’étais dans les terres (pas loin du tout, la péninsule est très étroite). Mais sur la côte il faisait 7° alors que l’eau est à 1°. C’est froid. C’est vraiment très froid. Cela veut aussi dire qu’un brouillard rafraichissant parcourt la surface de l’eau.

Il n’y en a encore qu’un tout petit peu. A la pointe ou à la tombée du jour, on ne voit plus rien.

La vue depuis la ville n’est pas mal non plus. On voit un peu moins le brouillard de là-bas. Vous trouverez tout de même une photo prise avec ma La Sardina derrière mon pare-brise. Elle est beaucoup mieux que ce à quoi je m’attendais si j’y pense bien. J’essaierai la prochaine fois avec une pellicule Ektar.

Eh ! Au moins je n’écrivais pas un message en conduisant !

Au fur et à mesure que les jours s’allongent, le soleil s’installant dans le ciel pendant des heures, regarder à l’Ouest est la seule chose qu’il nous reste à faire, que l’on peut faire. Contempler les kilomètres qu’il nous reste à parcourir, les nouvelles rencontres à faire. Nouvelles amours, nouveaux amis, nouvelles tristesses, tout ce qui ce rapporte à l’humain, voilà ce que l’on y voit.

Même si je n’ai pas de but, j’ai hâte d’y être.

Où est-ce qu’elle va t’amener ?
Photo de kevinhodur

Textes et photos pas Kevin Hodur. Auparavant il considérait la banlieue de Chicago et Portland comme sa maison, aujourd’hui Kevin vit et travaille comme écrivain sur la péninsule de Keweenaw dans le Michigan. Découvrez d’autres éditions de The Road Rarely Traveled avec l’épisode du mois prochain : Terre, Ciel et Mer, une collecte des éléments avant qu’ils ne disparaissent. Savoure chacun des instants que tu vis.

écrit par kevinhodur et traduit par roxaneq

Pas encore de commentaire. Soyez le premier !

Lire cet article dans une autre langue

La version originale de cet article est écrite en : English.