Black_friday_fr
Vous avez déjà un compte ? S'identifier | Nouveau chez Lomography ? S'enregistrer | Lab | Site actuel :

Un guide pour les petits nouveaux qui veulent devenir des LomoStars !

Parfois, en regardant les LomoHomes, je vois quelques nouveaux qui n'ont ajouté aucune photo à leur compte. Ils disent ne pas avoir assez d'expérience ou de moyens financiers pour choisir un appareil Lomography, et finissent même parfois par uploader des photos numériques... alors qu'au final, c'est plutôt simple ! Voici un guide rapide destiné aux petits nouveaux (et aux petites nouvelles) qui débutent dans la lomographie !

Choisir un appareil

La plupart des lomographes qui me liront ont peut-être déjà plein d’appareils dans leur chambre ! Je me rappelle avec nostalgie a quel point j’étais obsédé lorsque j’ai commencé : il me fallait un Diana à tout prix.

Je n’arrivais pas à croire que d’autres appareils pouvaient eux aussi produire des images au style aussi lomographique. Même si je sais aujourd’hui que vous finirez par adorer le Diana F+ ou le LC-A+, vous pouvez commencer par d’autres appareils moins chers. La moitié de la “magie” s’opère avec la pellicule. Dirigez vous vers votre boutique photo d’occasion la plus proche ou vers la prochaine brocante pour trouver des appareils pas chers. Si vous décidez d’investir une forte somme (d’environ 5 ou 10 euros), vous disposerez déjà d’un choix conséquent !

Avant d’acheter l’appareil, prenez le entre vos mains, ouvrez le capot, dirigez la lentille vers le ciel ou une source lumineuse, et pressez le déclencheur (vous aurez peut-être besoin de le rembobiner avant). Si vous voyez l’obturateur s’ouvrir durant une fraction de seconde, l’appareil fonctionne. Quelques appareils peuvent avoir besoin d’une pile ou d’une batterie, mais dans la plupart des cas, elles ne servent que pour le flash. Jetez également un oeil aux appareils jetales, qui sont (malgré leur nom) souvent réutilisables. Avec un peu de chance, vous pourrez même trouver un appareil jetable et étanche pour un très bon prix !

Voici une petite liste des choses qui peuvent vous aider à prendre votre décision :

- Quelle pellicules vais-je utiliser ? La plus commune et la plus simple à utiliser est la pellicule 35mm, mais vous pouvez également utiliser (par exemple) des pellicules 120, ainsi que des pellicules au format APS ou encore Polaroid
- Est ce que j’ai besoin de faire des superpositions ? Quelques appareils disposent de cette fonction (appellée MX pour Multiple Exposure), et d’autres ne bloquent pas l’avancée de la pellicule
- Est ce que je veux un flash intégré, ou au moins un emplacement pour le flash ? (si vous achetez un appareil avec un flash intégré, pensez à vérifier s’il y a des fuites au niveau de la pile du flash !)
- Est ce que vous voulez une cellule de mesure de la lumière ? (comme sur le LC-A ou sur la majorité des appareils reflex). Cela vous évite de penser à l’exposition, qui est mesurée automatiquement.
- Est ce que vous voulez des “effets spéciaux” comme le fisheye, des lentilles multiples, des perforations….?
- Voulez vous essayer les longues poses ? (mode “B”, pour la nuit par exemple)
- Voulez vous pouvoir régler la mise au point ?

Lorsque l’été arrive, les appareils les plus simples sont souvent les meilleurs. Lorsque vous prendrez des photos en intérieur, la nuit, ou lorsque le temps sera couvert, pensez à utiliser un flash, ou à régler vous même l’ouverture et la vitessse (si cela est possible).

A quoi servent tous ces chiffres et tous ces réglages sur mon appareil ?

Lorsque vous achetez un nouvel appareil Lomography, vous trouverez souvent des informations détaillées ici. Si ce n’est pas le cas, profitez en pour écrire le test de l’appareil pour obtenir quelques Piggies !

De l’appareil le plus simple au dernier reflex à la mode, chaque appareil dispose de quelques réglages à connaître. La plupart du temps, vous trouverez les réglages suivants : ouverture, vitesse, distance de mise au point (focus), et compteur de vues. Lorsque l’appareil dispose d’une cellule, vous pouvez généralement régler la sensibilité ISO. Si ce n’est pas le cas, une pellicule à 200ISO fera l’affaire. Vous trouverez aussi le déclencheur, parfois un emplacement pour le flash… examinez l’appareil sous tous les angles (sans pellicule à l’intérieur), allez sur Google, essayez d’y mettre une pellicule… vous adorerez ça ! La plupart du temps, vous trouverez le manuel d’utilisation sur l’internet.

Et si je devais absolument choisir un appareil Lomography ?

Voici les “pour” et les “contre” de quelques appareils Lomography :

Colorsplash
Au départ, en regardant les photos que je trouvais sur internet, je pensais “wow, qu’est ce qu’il est moche cet appareil !”. Heureusement, j’ai enfin pu mettre les mains sur le mien à la Photokina, et cela m’a enchanté ! L’appareil est léger et facile à utiliser, et vous obtiendrez des couleurs marrantes avec. Sa fonction pose longue et ses flashs de couleurs (il y en a 3 mais vous pouvez les changer) vous donnent tout ce dont vous avez besoin pour aller en soirée et prendre des photos de cette nuit inoubliable !

Diana Mini
Une petite princesse, avec son charme bien à elle. Les gens qui l’achètent se plaignent souvent du compartiment de la pellicule, mais une fois que vous l’avez fait vous même, vous saurez le faire tout le temps. Elle produit des images au format carré ou en demi format. De plus, le déclencheur ne se bloque pas et vous permet de créer des panoramas facilement ! Retrouvez ici un test intéressant de mephisto19.

ActionSampler (with or without Flash)
Un appareil tout simple qui prend quatre photos sur une seule vue. Bien que son nom contienne le mot “action”, les images sont rapidement floues si vous bougez trop rapidement. L’ActionSampler “normal” est un appareil fait pour les jours de beau soleil. L’ActionSampler Flash vous permet de faire des portraits (qui ne sont pas flous, grace au flash), mais vous devez bien préparer vos sujets à recevoir quatre fois de suite un flash en pleine figure ! Quoiqu’il en soit, c’est un chouette appareil. Vous vous lasserez peut-être des effets au bout d’un certain temps, et c’est pourquoi vous ne devriez pas l’utiliser tous les jours. Laissez le dans un coin pendant quelques semaines, puis revenez-y, vous l’adorerez de nouveau !

Fisheye 1
Le Fisheye 1 est, comme l’ActionSampler, un appareil fait pour les jours de beau temps. Ici encore, il peut arriver que vous vous lassiez de l’effet fisheye au bout de quelques pellicules, par conséquent, ne l’utilisez pas tout le temps, tous les jours, mais essayez de le redécouvrir à chaque fois que vous l’utilisez !

Fisheye 2
Identique en tous points au Fisheye 1, mais avec un flash intégré et la possibilité de créer des superpositions (MX).

SuperSampler
Quatre images à la suite pour un effet impressionnant ! Également fait pour être utilisé en plein soleil.

Oktomat
Comme l’ActionSampler (mais sans le flash), avec deux fois plus d’images !

Pop9
Il dispose d’un flash, et shoote 9 fois la même photo sur une seule pose. Vous pouvez expérimenter en créeant des superpositions, an masquant quelques unes des lentilles.

Et il y en a plein d’autres ! Visitez simplement la boutique en ligne pour trouver des exemples de photos de chaque appareil.

L’appareil le moins cher

… est un sténopé fait maison ! Peu importe que ce soit du carton ou une vieille conserve – vous trouverez tout plein de tutoriaux sur l’internet !

Pellicules

- Pellicules expirées
Le meilleur moyen de trouver des pellicules est de demander à vos amis, ainsi qu’aux amis de vos amis, et ainsi de suite. Ou de chercher sur les marchés aux puces. Une pellicule vieille de 32 ans est toujours utilisable aujourd’hui !

- Traitement croisé
Celles et ceux qui n’ont jamais essayé le traitement croisé ne peuvent s’empêcher de demander aux lomographes comment ils obtiennent ces couleurs, et pourquoi eux n’y arrivent pas ! Chaque pellicule donne un rendu différent et un style différent. Il existe deux procédés principaux aujourd’hui : le C41, pour les pellicules négatives, et le E6, pour les pellicules positives (aussi appellées diapositives, ou slide film en anglais)

E6 vers C41
Développez une pellicule diapositive (qui est normalement développée en E6) dans le C41, et vous obtiendrez un négatif. Vous allez ADORER les couleurs que vous obtiendrez ! Que ce soit de la Provia qui tire vers le vert ou vers le rose, peu importe – il faut que vous essayez au moins une fois !

C41 vers E6
Développez une pellicule “normale” négative (habituellement traitée en C41) en E6, et vous obtiendrez une diapositive. Les couleurs seront alors délavées et pales, mais c’est peut-être ce que vous cherchez ! Lors de vos prises de vue, pensez à surexposer vos photos d’au moins un diaphragme (voire deux, c’est encore mieux), ou bien demandez à pousser le développement, sans quoi vos photos seront sombres. N’oubliez pas que les pellicules diapositives sont moins tolérantes que les négatives en terme d’exposition !

- Redscale
Vous pouvez les acheter directement, mais vous devriez essayer de les fabriquer vous-même au moins une fois ! C’est vraiment simple, et lorsque vous aurez la flemme d’en refaire, vous pourrez en acheter chez Lomography ou chez Rollei. Pour créer des pellicules redscale 35mm, il existe de nombreuses astuces comme celle-ci, . La pellicule redscale en 120 est plus difficile à reproduire, mais vous pouvez essayer d’utiliser une pellicule 220, qu’il vous suffira de placer dans l’appareil, mais dans le sens inverse. Faites bien attention à bien fermet la petite fenêtre au dos très fermement !

- Pousser le développement
Vous avez surexposé ou sous-exposé votre pellicule d’un ou deux crans ? Vous avez utilisé votre appareil par temps nuageux, ou vous vous êtes trompé dans les réglages des ISO sur votre LC-A+ ? Vous pouvez pousser (ou retenir) le développement de vos pellicules, à raison de deux crans (par exemple, vous pouvez utiliser une pellicule 100 et la développer à 400ISO). “Pousser de 2 crans” augmentera les ISO de votre pellicules deux fois (par exemple 100ISO —> 200ISO —> 400ISO). Cela marche aussi dans l’autre sens, et ça s’appelle “retenir”. Les pellicules sont plus ou moins adaptées au fait d’être poussées ou retenues, faites des essais vous-même !

Modifications

- Filtres de couleur
Vous pouvez vraiment vous amuser avec de simples filtres de couleur ! Placez les simplement devant votre flash comme indiqué dans cet article. Vous pouvez également créer des masques pour le Diana (ou pour n’importe quel autre appareil) comme indiqué ici.

- Encore plus de masques
Les choses les plus simples, comme du plastique fondu ou un sachet pour sandwich peuvent vous donner des résultats marrants !

Superpositions

- Créer des superpositions immédiatement
Quelques appareils (comme le LC-A+ ou le Fisheye No2) disposent de la fonction MX. D’autres appareils ne bloquent pas le déclencheur à la prise de vue et permettent d’exposer une vue à l’infini (Diana F+, Diana Mini et Holga). Les reflex chez Canon disposent d’une fonction superposition. Avec un Splitzer, vous pourrez également diviser votre photo en plusieurs parties. Vous pouvez voir ici comment créer votre propre Splitzer. Si votre appareil ne peut créer de superpositions, essayez ceci

- Réutiliser une pellicule
Terminez la pellicule mais ne la rembobinez pas complètement, et réutilisez là ! Il n’y a pas de limites ! Utilisez la en tant que redscale, echangez la avec un autre lomographe…

écrit par shoujoai et traduit par fredericdith

Pas encore de commentaire. Soyez le premier !

Lire cet article dans une autre langue

La version originale de cet article est écrite en : English. Il est également disponible en : English.