Rencontre du troisième type avec Brice Krummenacker et son acolyte extraterreste Robert

Rencontre du troisième type avec le photographe Brice Krummenacker et son acolyte que vous avez déjà dû apercevoir, un certain Robert. Rendez-vous sur les terres ensoleillées de la Jamaïque en compagnie de ce duo avec une série réalisée au Leica M6 et au New Jupiter 3+.

Nom : Brice KRUMMENACKER
Instagram : @JAMBE2BOIS
Site web : bricekrum
Nom : Robert Maurice Debois
Instagram : @robertmauricedebois

Bonjour Brice, peux-tu te présenter à la communauté.

Bonjour, je suis Brice KRUMMENACKER, j’ai 38ans, je vis et travaille à Paris. J’aime la photographie dans son ensemble, je fais aussi bien de l’argentique que du numérique. Je peux shooter aussi bien de la mode que du portrait, des natures mortes, de la street et des choses plus conceptuelles. Je n’aime pas qu’on me colle une étiquette, j’aime prendre à contrepied.

Raconte-nous ton histoire avec la photographie.

J’ai débuté par hasard il y a un peu moins de dix ans en tant qu’assistant. Je faisais de la danse hip hop avant mais je ne voulais pas en faire mon métier, j’ai toujours eu une âme d’artiste, j’ai su saisir l’occasion qui se présentait à moi.

C'était quoi ton premier appareil ?

Mon premier appareil était un Canon 450d pour le numérique et un Olympus mju 2 pour l’argentique, c’est mon appareil passe partout, je shoote encore énormément avec !

Et ton premier souvenir photo important ?

Mon premier souvenir est une photo prise à Marseille en argentique, il y a mec avec un coquard qui s’allume une clope devant un mur tagué « Robert et Maurice », c’est ma première photo que j’ai aimée, du coup Robert et Maurice a été le premier nom de mon Tumblr photo et le prénom de mon personnage Extraterrestre.

Lorsque tu prends une photo, quelle est la première chose à laquelle tu penses ?

Si j’aime ce que je vois je sais que la photo me plaira ! J'accorde beaucoup d’importance au sujet.

L'argentique occupe une grande place dans ta pratique de la photo. Pourquoi ? Qu'est-ce que cette discipline t'apporte au quotidien ?

J’adore le rendu, le grain, il y a quelque chose de beaucoup moins plat qu’en numérique, j’adore tester de nouvelles pellicules, jouer avec des filtres. J’aime aussi le fait de ne pas voir le résultat final immédiatement. En ce qui concerne le numérique, en mode par exemple, je vais faire 500 photos pour n'en garder qu’une, l’argentique te fait plus réfléchir. Puis à chaque fois que je vais chercher mes négatifs, c’est Noël et mon anniversaire en même temps.

Tu as créé un personnage fictif qui s'appelle Robert. Tu nous parles de ce projet ?

Robert Maurice Debois est un extraterrestre, il vient de la planète Gaia dans l’amas Globulaire M13. Il est fan de selfie, il aime les frères Bogdanoff et les kebabs à la kryptonite.

J’avais envie d’étudier les réseaux sociaux ; sur Instagram et Facebook l’apparence est super importante, j’ai eu envie de prouver qu’il ne suffit pas d’être beau et sexy pour être populaire.

Robert a une tête énorme et s’habille à l’ancienne, il met des pull ringards et des chemises hawaïennes, il poste aussi bien ses repas que des photos de ses voyages. Je reprends les codes des réseaux ! Je m’en moque un peu .

Je l’ai même inscrit sur Tinder, pour celles ou ceux qui veulent vivre une aventure extraterrestre !

Et ce masque, où l'as-tu déniché ?

J’ai l’impression que c’est lui qui m’a trouvé ! Je cherchais comment explorer les réseaux sociaux mais sans y étaler ma vie perso ; à cet époque je voulais faire une photo en 3D stéréoscopique avec un fond de météorite. Par hasard je suis tombé sur le masque et ça a été une évidence, Robert venait de prendre vie dans mon esprit.

Est-ce que ça n'a pas tendance à te rendre un peu schizophrénique ?

Schizophrénique non, jaloux oui !! Il y en a que pour Robert !!! Il a trois fois plus de followers que moi, en général les interviews sont pour Robert, il passe même à la télé et j’en deviens son spectateur !!

Dans quelle mesure le personnage de Robert parle-t-il de toi, du réel ou de l'homme en général ?

Je suis assez pudique donc il n y a pas vraiment de rapport avec moi, mais il permet de critiquer notre société et notre humanité ! En ce moment je fais des affiches présidentielles avec lui, cela me permet de critiquer nos hommes politiques.

Photo au mju

En créant un personnage fictif mais à la fois bien vivant, tu gommes les frontières entre réel et fiction. Parle-nous de cette démarche ?

De nos jours Intagram, Tinder, Facebook, Twitter ont pris tellement d’importance qu’on peut dire « je poste donc je suis », j’aime jouer avec cet ambiguïté. Pour moi Robert est devenu réel, il a ses amis, ses fans, son style, sa gastronomie, son histoire, c’est devenu un être à part entière où je serai son dieu !

Tu nous avais confié que Robert n'était "jamais la même personne" et que tu faisais appel à des modèles différents pour endosser son rôle. Du coup, qui est vraiment Robert ?

Non c’est souvent des femmes d’ailleurs !! J’aime brouiller les pistes, il peut être bodybuildé sur une photo et maigrichon sur la suivante. J'aime brouiller les pistes, Robert a la faculté de modifier sa morphologie. Ce n’est pas son physique qui compte mais son message.

Et quel est donc son message ?

Un message de tolérance, pour être aimé, peu importe l'apparence, le physique, humain ou extraterrestre l'important c'est d'être soi-même !

Tu es parti avec Robert et l'objectif Lomography New Jupiter 3+. Quelles ont été tes premières impressions en découvrant l'objectif ?

Bonne, j’avais une image du matos Lomography du tout en plastique !! J’ai été agréablement surpris en voyant une optique toute chromée !!

Parle-nous de ta série.

Je l’ai faite durant un séjour en Jamaïque, j’ai voulu créer un monde onirique qui aurait pu être la planète de Robert.

Tu as utilisé des pellicules LomoChrome et Revolog. Qu'ont-elles apporté à tes images ?

Beaucoup ! Elles sont parfaites pour créer un univers un peu fantastique, ça matche super bien avec l’univers de Robert !

Qu'est-ce que tu as préféré chez l'objectif Jupiter 3+ ?

J’ai beaucoup aimé son bokeh, pour les amateurs c’est un régal !

Des astuces quant à son maniement ?

Le réglage du diaph' n’est pas cranté ce qui facilite son réglage. On peut le faire à une main, ce qui permet par exemple d’utiliser une gélatine plus facilement.

Photo au mju

Pour quelles situations recommanderais-tu l'objectif ?

Il est super pour le portrait mais très bien aussi pour les paysages, j’ai bien aimé sa polyvalence.

Des artistes qui t'inspirent ?

Ce sont plus les œuvres que les artistes qui m’inspirent. La littérature, le cinéma et la science m’inspirent beaucoup. Dernièrement j’ai adoré le livre Phenomena aux éditions André Frère.

Parallèlement à la photo, as-tu des hobbies ?

Le vieux Rhum, les extraterrestres, les ratons laveurs et les philodendron monstera.

Des projets pour 2017 ?

Énormément, tout d’abord un court métrage de Robert avec le talentueux Akim Laouar Aronsen à la réalisation et j’aimerais faire un ou deux projets photos qui me trottent dans la tête, je ne peux pas trop en parler encore.

Photo au mju

Un dernier mot ?

Merci à Lomography pour le prêt du Jupiter 3+ , cela m’a permis aussi de tester un Leica M-6 ! C’est malin parce que du coup ça a fini par me convaincre d’en acheter un ! C’est mon banquier qui va être content !

Photo au mju

écrit par mpflawer le 2017-04-03 dans

Kickstarter

Apportant une esthétique iconique à la photographie instantanée au format carré, le Diana Instant Square imprègne vos cadres de couleurs fortes et saturées et leur donne un vignettage riche. Conçu pour laisser libre cours à votre imagination, notre dernière innovation comprend un mode Exposition Multiple, un mode Bulb pour les longues expositions, un adaptateur Hot Shoe pour flash et bien plus ! Il est même compatible avec tous les objectifs créés pour le Diana F+ afin que vous puissiez changer de perspective à tout moment. Deux photos ne seront jamais identiques. Soutenez-nous sur Kickstarter dès maintenant !

Les articles les plus captivants