Avec la photographe Marine Toux : les femmes à l'argentique

2017-03-08 2

Jeune et talentueuse photographe française, Marine Toux s'impose avec un style personnel bien à elle. En tant que femme photographe, elle répond à quelques questions que nous lui avons posées au sujet de son métier et de son approche du féminisme au prisme de la photographie.

Hello Marine ! On te retrouve ici pour la journée internationale de la femme. Peux-tu nous parler de ton travail autour de la femme ?

Hello :) Merci d'avoir pensé à moi pour cette journée non seulement consacrée aux femmes, mais aussi surtout à leurs droits. Même si mes photos n'ont pas vraiment la vocation d'être engagées, je suis clairement féministe et j'espère apporter un point de vue différent sur les femmes que ce dont on a l'habitude de voir.

Tu as réalisé une série intitulée Les créatives, tu nous en parles un peu ?

J'ai commencé cette série de portraits il y a 1 an environ, ce travail est toujours en cours, je le mets à jour régulièrement, dès que j'ai un peu de temps.

Au tout début, l'idée de cette série était de me forcer à aller vers les gens pour faire plus de portraits. Et puis je me suis dit que quitte à faire des portraits de personnes que je ne connais pas forcément, autant que j'en profite pour rencontrer des gens dont j'aime le travail. Donc j'ai commencé à aller à la rencontre de filles plutôt cools pour leur proposer de faire des portraits d'elles et aucune ne m'a jamais dit non pour l'instant ! C'était un peu un hasard que ce soit des filles, peut-être que j'étais plus à l'aise pour les contacter, ou plus sensible à leur travaux.
Et puis à force, je me suis dit que ces portraits pourraient être un projet à part qui mettrait en avant des femmes qui ont du talent et qui font des choses. (Donc c'est peut-être un tout petit peu engagé en fait.)

Quoiqu'il en soit le projet est en constante évolution ! L'idéal pour moi ce serait qu'un média soit intéressé pour les publier régulièrement, ça me plairait bien que ce soit comme un feuilleton, à chaque épisode une nouvelle femme, un nouvel univers.

Comment choisis-tu de parler du corps de la femme ou de la femme en général dans tes photos ? Parle-nous de ton approche.

Dans mes séries j’essaye toujours d'avoir une certaine narration. Je peux très bien faire des photos juste "test" avec des filles pour essayer des techniques mais pour construire une série j'ai besoin d'avoir une histoire à raconter.

Pour Devil Got My Girl par exemple, l'idée était de montrer le passage de l'enfance à l'âge adulte, le monde qui change autour de soi et les différentes étapes de sa construction. D’ailleurs je suis un peu obsédée par cette période de transition, le moment où l’on grandit et l’on s’émancipe revient souvent mélangé à une part d’insouciance et d’innocence.

Peux-tu nous parler de ta série Playground Love.

Pour Playground Love j'avais plusieurs envies : créer un univers particulier dans les couleurs, les vêtements et le décor, et aussi montrer des femmes indépendantes, chacune avec son identité mais que l’on retrouve un peu dans les trois autres. Et puis il y a rien de plus cool qu’une bande de filles !

Alors j’ai demandé l’aide de quatre amies avec qui j’avais déjà fait des projets, toutes super créatives et talentueuses, et on a travaillé ensemble là dessus. C’était la première fois que je travaillais avec autant de personnes différentes, ça n’a pas forcément été facile en terme de timing et d’organisation et c’était un sacré challenge de placer les quatre filles pour chaque photo ! Mais au final c’était super enrichissant, les filles ont toutes mis un peu d’elle-même et je suis très contente du résultats :)

En tant que femme photographe, as-tu déjà été confronté à des problèmes ou des remarques misogynes ?

Comme partout, beaucoup de gens partent encore du principe que si tu es une femme tu ne peux rien porter de lourd, rien réparer et tu n’y connais rien à la technique. Ça m’est arrivé d’avoir des remarques quand j’étais en stage dans un studio par exemple. La plupart du temps ce sont des détails mais je trouve ça important que cette façon de voir les choses ne soit plus vu comme « normale » ou « logique ».

Penses-tu que ce soit compliqué d'être une femme dans le milieu de la photographie ?

J’avoue que je n’y ai jamais vraiment réfléchi mais je préfère ne pas trop me poser la question de peur d’agir différemment pour compenser. Il y a déjà tellement de concurrence dans ce milieu que si en plus je me met des barrières parce que je suis une femme, ça sera encore plus difficile.

Le corps de la femme est soumis à une pression par les médias et l'industrie fashion mais des courants comme le body positivism tendent à se développer. Qu'en penses-tu ?

C’est vrai que dès qu’il s’agit de mode ou de pub il y a des codes auxquels il faut répondre et ça se remarque dès l’école et les cours de retouches pour donner une peau parfaite ou affiner le corps. Mais j’ai l’impression aussi que ces règles sont de plus en plus transgressées, peut-être justement avec le développement du body positivsm, ou plus globalement du féminisme qui prend une place de plus en plus importante dans les médias. Notre génération prend plus de libertés, tout n’est pas obligé d’être parfait, au contraire.

Des femmes photographes dont tu aimes le travail ?

Si je ne devais en citer qu’une je dirais Petra Collins, elle est l’exemple parfait de cette “nouvelle génération” dont je parlais. Elle s’est faite connaître sur Internet après qu’Instagram ait censuré une de ses photos qui montrait une fille en bikini avec des poils qui dépassent. Et maintenant elle travaille pour Gucci et Adidas par exemple.

Je me sens très proche de son travail, elle est mon inspiration n°1 en ce moment ! Elle montre des femmes indépendante et surtout différentes de ce que l’on voit dans la plupart des magazines. Et puis elle travaille en argentique, en jouant avec la lumière et les couleurs, son style est vraiment à part.

Après dans mes photographes préférées il y a aussi Nan Goldin et Diane Arbus, parmi les premières à avoir casser les codes.

Pour en savoir plus sur Marine et découvrir son merveilleux travail, ça se passe sur son site web ou sur sa page Instagram. Et bien sûr : sur sa lomohome !

écrit par mpflawer le 2017-03-08 dans #portrait #photographie #artiste #argentique #marine-toux

Les articles les plus captivants

  • Premières impressions sur le Neptune Convertible Lens System: Marine Toux

    écrit par mpflawer le 2017-05-19 dans #équipement #people
    Premières impressions sur le Neptune Convertible Lens System: Marine Toux

    Marine Toux est une jeune photographe française dont le travail a déjà été présenté sur le magazine. Après des études de trois ans en photographie, Marine a décidé de travailler exclusivement à l'argentique. Découvrez la série qu'elle a réalisée avec Anna Marx au Neptune Convertible Lens System.

  • Lomo In-Depth : le corps de la femme, entre sujet et objet ?

    écrit par lomographymagazine le 2017-03-08 dans #news
    Lomo In-Depth : le corps de la femme, entre sujet et objet ?

    Internet pullule de discussions et de débats relatifs au féminisme et à la façon dont l'objectivisation du corps de la femme nuit à l'égalité des genres. Mais les frontières entre sujets et objets sont parfois poreuses si bien que le corps de la femme se retrouve parfois dans un entre-deux.

  • 100% argentique : interview avec Eduardo Acierno

    écrit par Ivana Džamić le 2016-09-02 dans #people
    100% argentique : interview avec Eduardo Acierno

    Ce jeune photographe sait parfaitement comment vivre la vie au maximum. Des plages secrètes du Mexique aux podiums des grands défilés, nous avons été captivés par son travail et son mode de vie. Et ses voyages sont bien plus que la simple occasion de capturer des instants privilégiés : ils constituent son histoire personnelle, définissent qui il est en tant qu'artiste.

  • Shop News

    Lomo'Instant Marrakesh

    Lomo'Instant Marrakesh

    Avec son design qui évoque les épices et les couleurs de la ville de Marrakech, cet appareil créatif est une véritable invitation au voyage et il viendra célébrer instantanément la magie de l’amour !

  • De lignes et de béton : Jules Garnier et le Lomo'Instant Wide

    écrit par Théo Depoix-Tuikalepa le 2016-10-13 dans #équipement #lieux
    De lignes et de béton : Jules Garnier et le Lomo'Instant Wide

    La ville est le terrain de chasse favori de Jules Garnier. Voilà plusieurs années que le jeune photographe basé à Paris braque son objectif sur des tours et des bâtiments aux allures brutalistes. Pour cette série, c'est le Lomo'Instant Wide qu'il a embarqué avec lui. En résulte cette série graphique, de lignes et de béton.

  • Sophie Hemels : jeunesse, journal de Paris et le Lomo'Instant Wide

    écrit par Maria Teresa Neira le 2017-08-06 dans #people
    Sophie Hemels : jeunesse, journal de Paris et le Lomo'Instant Wide

    Sophie Hemels est connue sous le pseudonyme de Francis Morrison. C'est une jeune photographe autodidacte de 23 ans, qui vit entre Paris et Amsterdam, et qui explore avec ses photos la beauté naturelle de la jeunesse, son insouciance, son aisance. Elle shoote des éditos de mode, des campagnes publicitaires, et globalement tout ce qui se déplace en skate ou planche de surf, avec son Nikon Fm2. A cette occasion, elle a aussi shooté avec le Lomo'Instant Wide. Rencontre avec l'artiste.

    2017-08-06
  • Angéline Moizard et le Neptune Convertible Art Lens System

    écrit par florinegarcin le 2017-06-27 dans #people
    Angéline Moizard et le Neptune Convertible Art Lens System

    Angéline est une photographe française passionnée de l'argentique et spécialisée dans le portrait et le photographie urbaine. Nous lui avons confié le Neptune Convertible Art Lens System, pour une série shootée avec l'optique 50 mm Despina 2.8/50. Rencontre avec l'artiste.

  • Shop News

    Appareil instantané Lomo'instant Wide White

    Appareil instantané Lomo'instant Wide White

    Des expérimentations photographiques instantanées au format wide vous attendent. La créativité n'aura plus de limites avec l'édition blanche et lumineuse du Lomo’Instant Wide.

  • Le LC-A 120 à Deauville avec Dominique Conil

    écrit par mpflawer le 2016-10-14 dans
    Le LC-A 120 à Deauville avec Dominique Conil

    Départ pour la côte normande de Deauville pour une série aux couleurs douces en compagnie de la photographe Dominique Conil et du LC-A 120. Dans cette interview, Dominique partage avec nous son amour pour le moyen format et pour la photographie qui, selon elle, "a plusieurs raisons d’être en tant que langage artistique et social."

    2016-10-14 1
  • YAP Magazine : rencontre avec sa créatrice

    écrit par mpflawer le 2016-11-14 dans

    Originaire de Metz, Cécile a 27 ans. Elle est journaliste et photographe et c'est elle qui, aux côtés d'une de ses amies, a fondé le magazine inspirant Yap. Nous l'avions rencontrée à l'occasion de l'exposition 2015 Nixon et nous avions répondu à ses questions avec enthousiasme. Cette fois-ci, c'est Cécile qui répond à nos questions et partage avec nous ses passions et son enthousiasme pour la photographie créative.

    2016-11-14
  • Portraits d'artistes dans leur studio et atelier

    écrit par lomographymagazine le 2016-12-08 dans #culture
    Portraits d'artistes dans leur studio et atelier

    Le photographe Arnold Newman a popularisé et inventé le terme "environmental portraiture" dit du «portrait environnemental», où le sujet est pris en photo au sein d'un décor composé d'éléments de son travail ou en lien avec sa passion.

  • Shop News

    Appareil instantané Lomo'Instant Lake Tahoe

    Appareil instantané Lomo'Instant Lake Tahoe

    Partez vivre de nouvelles aventures avec le nouvel appareil instantané de Lomography dont le design s'inspire des eaux cristallines du lac du même nom : le Lomo'Instant Lake Tahoe !

  • Solène Ballesta : matin brumeux au Daguerreotype Achromat

    écrit par mpflawer le 2017-02-13 dans
    Solène Ballesta : matin brumeux au Daguerreotype Achromat

    Solène Ballesta est une photographe parisienne qui a commencé la photographie à l'âge de 15 ans. Cette jeune photographe talentueuse a obtenu en 2014 la mention spéciale du Prix Picto de la jeune photographie de mode. A chaque photo, Solène nous entraîne dans un univers enchanteur qui appelle à de multiples histoires. Avec cette série qu'elle signe au Daguerreotype Achromat, la photographe nous raconte l'histoire d'une figure féminine plongée dans l'attente, dans son petit théâtre, qui s'aventure dans la brume. "C'est l'incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume..." disait Oscar Wilde.

    2017-02-13 2
  • Sonia Goulvent : black and white vintage magic

    écrit par mpflawer le 2017-04-10 dans
    Sonia Goulvent : black and white vintage magic

    Après avoir maîtrisé avec brio le Petzval 85, retrouvons une amigo que nous aimons beaucoup : la photographe Sonia Goulvent et son Hasselblad, Victor. Prêtresse du noir et blanc, elle signe ici une série au look vintage où l'on aperçoit la silhouette intemporelle de sa modèle Alice Rimsky. Dans cette interview, Sonia nous parle de son travail, du lien qui se tisse avec ses modèles récurrents et nous abordons ensemble la question difficile qu'est le renouvellement en photographie.

    3
  • Rencontre du troisième type avec Brice Krummenacker et son acolyte extraterreste Robert

    écrit par mpflawer le 2017-04-03 dans
    Rencontre du troisième type avec Brice Krummenacker et son acolyte extraterreste Robert

    Rencontre du troisième type avec le photographe Brice Krummenacker et son acolyte que vous avez déjà dû apercevoir, un certain Robert. Rendez-vous sur les terres ensoleillées de la Jamaïque en compagnie de ce duo avec une série réalisée au Leica M6 et au New Jupiter 3+.