Lomo In-Depth : le corps de la femme, entre sujet et objet ?

2017-03-08

Internet pullule de discussions et de débats relatifs au féminisme et à la façon dont l'objectivisation du corps de la femme nuit à l'égalité des genres. Mais les frontières entre sujets et objets sont parfois poreuses si bien que le corps de la femme se retrouve parfois dans un entre-deux.

Le corps de la femme : une histoire vue par les hommes

Si vous voulez découvrir les racines de ce problème tentaculaire, vous pouvez simplement regarder du côté de l'Histoire pour savoir que le fait que les femmes artistes n'existaient pas avant le 20e siècle n'est qu'un mythe.

A côté de ce traitement injuste des femmes artistes, le patriarcat subsiste à ce jour et nous lui devons la notion de "sexual objectification", en français l'objectification sexuelle.

Il est juste de constater, jusqu'à une certaine mesure, que l'art dit classique a longtemps idéalisé le nu, qu'il s'agisse d'homme et de femme. La nudité masculine s'impose comme un symbole de pouvoir, de victoire et de force. Plus tard, Léonard de Vinci, avec son célèbre Homme de Vitruve, a procédé à un glissement du corps de l'homme vers d'autres vertus ; sa représentation de l'homme comme un être géométrique et en bonne santé a contribué à influencer l'histoire des représentations de l'homme pendant toute la Renaissance.

Cette glorification et amélioration du statut de l'homme nu ne peut être appliquée à la femme. La manière dont son corps a été traité d'une manière traditionnelle est en cela bien différente. En dépit du lien entretenu avec la beauté et l'idéal de féminité, la nudité de la femme était liée au thème de la fertilité et de la maternité. Le traitement artistique de la femme dépendait également de son rang social et de la place qui lui était attribuée par les hommes. Rappelons que l'histoire a été également écrite majoritairement par les hommes. Même si quelques peintures classiques ont commencé à présenter la femme sous un autre jour (comme la naissance de Vénus par Botticelli), la beauté du corps de la femme sera à nouveau considéré comme un objet de désir.

Et force est de constater que le futur n'est pas forcément reluisant non plus.

Selon le BrightONLINE Journal, on peut ainsi constater que l'objectivisation du corps de la femme frôle aussi une approche fétichiste et que cette dimension était davantage mise en avant pendant le 19e siècle à l'ère victorienne. Les cheveux et la taille fine des femmes soulignée par le corset étaient célébrés, le but étant de rendre les femmes attirantes aux yeux des hommes.

Le 20e siècle a été une période où les mœurs ont changé. Petit à petit, les femmes se sont imposées dans des environnements auparavant sous le joug masculin. Mais il y a encore du chemin à faire, n'est-ce pas ?

Pour les photographes et artistes : petit précis de la non-objectivisation

La philosophe Martha Nussbaum définit l'objectivisation comme “includes denial of autonomy, denial of subjectivity. Not taking people’s feelings into account, but also treating them as a mere instrument”. Ce qui signifie que vous mettez de côté l'identité de la femme et que vous traitez son corps comme un instrument. Mais comment peut-on clairement déterminer si une image objectivise sexuellement une femme ?

Crédits: _haustor, danielnegreiros & albeelee

The Elephant Journal s'est exprimé sur ce sujet et propose cinq possibilités de réponse. D'abord, il faut faire fi de son visage, élément pourtant primordial dans l'art du portrait. Le visage serait ainsi totalement gommé. L'objectification tiendrait aussi du fait que l'artiste ou le photographe se focalise uniquement sur un aspect du corps. Des exemples classiques ? La poitrine ou les fesses d'une femme qui contribue à une hyper-sexualisation de la femme. Il y a aussi une " visual distance" lorsque l'on objectivise une femme : il y a quelque chose qui tient du voyeurisme. On peut aussi parler de ces images où le corps des femmes devient littéralement un objet, ou certains clichés où la femme est exposée comme un être faible dénué de pouvoir - ou lorsqu'il devient quasiment un mannequin. La femme est alors dénuée de sa propre subjectivité.

Les criminels ? Principalement l'industrie fashion et l'entertainment.

Crédits: hanibale

La nudité et la sexualité dans l'art sont souvent des sujets difficiles à appréhender, surtout quand le féminisme s'y ajoute. Certaines femmes voient la nudité comme quelque chose de libérateur tandis que d'autres y voient clairement un affront au féminisme.

Chers photographes, vous pouvez aider vos modèles à ne plus se sentir comme des objets photographiques. Apprenez à les connaître et surtout : établissez une relation de confiance sincère. Car ce ne sont pas des modèles avant tout, mais des femmes et des hommes. Comme vous.

Si la photographie de nu vous intéresse, ne vous focalisez pas sur ces parties du corps que l'on voit partout. Respectez votre modèle et discutez avec lui/elle. Une séance, c'est un dialogue tacite et visuel entre un photographe et son/sa modèle.

Crédits: ug_a & johnathansanalogphotography

Réecrire l'histoire photographique des femmes

Nous vivons à une période où les choses changent rapidement. Plus que jamais, les femmes réécrivent l'histoire et viennent s'opposer à cette objectivisation pérenne.

Crédits: marta1901

A chaque fois que l'on peut apercevoir un portrait de femme mise en lumière comme un objet de désir, nous faisons un pas en arrière.

Crédits: tomkiddo & marta1901

The Huffington Post explique que dans un monde parfait nous existerions en tant qu'individu et que le problème de genre n'existerait pas. Lorsqu'il s'agit de la société, comme la nôtre, les notions de sujet et d'objet sont fortement genrées, avec des hommes occupant le statut de sujet, et des femmes totalement objectivisées.

Selon la Sexual Objectification Theory quand le corps d'une femme ou les parties de son corps sont isolés et séparés d'elle, elle est alors considérée principalement comme l'objet physique du désir sexuel masculin, ce qui peut causer des problèmes tels que les troubles de l'alimentation ainsi que la dépression. Il est de plus en plus difficile alors pour les femmes d'aimer leur propre corps et d'avoir confiance en elles.

Photos par Jessica M.Kirk

Un des nombreux effets secondaires de l'objectivisation, c'est que les médias essaient également de créer le prototype d'une femme parfaite avec une figure et un visage impeccables. Bien que ça serait fort pratique de sortir du lit et d'être parfait(e), il est totalement NORMAL de ne pas être parfait(e). Les vraies femmes ont des vergetures, elles ont des rides, elles sont fortes et belles à l'intérieur et à l'extérieur et elles ne veulent certainement pas être objectivées tout le temps. Heureusement pour nous, il y a eu de grands progrès sur ce dossier.

Beaucoup de femmes inspirantes ont décidé de parler de leur propre expérience et de raconter leurs histoires. Les photographes britanniques Francesca Allen et Maisie Cousins font un travail incroyable célébrant le corps des femmes, le plaisir et la liberté. Hollie Fernando dont le travail a été présentée dans notre magazine ; elle a créé une œuvre personnelle avec un message fort derrière. Elle veut aider les femmes à embrasser "leur vrai moi" et montrer au monde à quoi les corps réels ressemblent.

Photos par Hollie Fernando

"In a society that profits from your self-doubt, liking yourself is a rebellious act" -- Francesca Allen and Maisie Cousins

"I think it’s extremely hard to be a young person growing up these days with all the false advertising on what ‘perfect’ should be everywhere you look. Who even gets to decides that? " -- Hollie Fernando

La nudité peut être source de pouvoir, mais la façon dont elle est utilisée dans les médias reste un gros problème pour la société. Les femmes sont généralement présentées comme un objet à regarder, tandis que les hommes campent la position de spectateurs.

"Yes, society is becoming more comfortable with nudity. Though there is a long way to go. Feminism and body / sex positivity movements are helping to dismantle stigmas." --Jessica M. Kirk

Crédits: daitita, alexyz & marta1901

Nous devrions aider les femmes à se sentir rassurées et à leur laisser elles-mêmes contrôler leur identité sexuelle. Lorsque nous les encourageons à ne pas porter des vêtements dites "osés", parce que certaines personnes pourraient les trouver irrespectueuses ou le prendre malheureusement comme une invitation, nous leur apprenons aussi que ce qui arrive à leur corps est de leur propre faute, car elles ont choisi de porter ce genre de vêtements. Et encore une fois, nous leur envoyons le mauvais message.

Nous devons aider les femmes à reprendre confiance en elles et les laisser libres dans leur choix.

Photos by Kayla Varley

Nous méritons tous, peu importe notre genre, le respect pour ce que nous sommes. Ne pas être parfait(e) dans un monde où les diktats sont monnaie courante, c'est être suffisamment brave pour se montrer sous notre vrai visage. Car c'est VOUS qui êtes importants.


écrit par lomographymagazine le 2017-03-08 dans #news

Nous sommes très enthousiasmés de vous présenter notre dernier projet Kickstarter : le Lomo’Instant Square. Voici le tout premier appareil instantané analogique au monde à produire des photos Instax au format carré. L'appareil a un objectif 95mm en verre pour des photos d'une incroyable netteté, un mode automatique perfectionné qui se charge de l'exposition, les mêmes fonctionnalités créatives que l'ensemble des appareils Lomography et il a un design pliable compact. Contribuez à la campagne Kickstarter et économisez -35% par rapport au prix de vente prévu et profitez de belles récompenses. Assurez-vous de profiter de nos offres avant qu'elles n'expirent. Apportez votre pierre à l'édifice Lomo'Instant Square !

Les articles les plus captivants