Magical Desert : Interview avec Jonathan Sosa

2016-12-12

On dit qu'une image vaut mieux qu'un long discours. Et on ne saurait être plus d'accord à la vue des photos de Jonathan Sosa. Entre la photographie et lui, c'est une histoire qui commence il y a des années dans le Queens où il fait ses débuts en tant que photographe de rue. Ses portraits oniriques sont absolument époustouflants et son style photographique n'a cessé d'évoluer, surtout depuis qu'il a déménagé dans l'Arizona où il continue de créer des images aux accents de liberté. Dans cette interview, Jonathan nous laisse entrevoir le monde à travers ses yeux.

© Jonathan Sosa

Salut Jonathan ! Qu'est-ce qui titille ta créativité en ce moment ?

Beaucoup de choses ! Je vis dans le désert d'Arizona, donc une grande partie de mon inspiration provient de là. C'est assez difficile à expliquer, mais il y a quelque chose de magique dans cette atmosphère désertique. Quelque chose qui vient à vous, que vous trouvez tout seul. Ou qui vous trouve.

Ça fait combien de temps que tu fais de la photo ? Selon toi, qu'est-ce qui fait de la photographie un medium si puissant ?

Ça fait environ 2 ans que je fais vraiment de la photo maintenant. Quand je regarde des photos et lis des interviews dans années 70, 80 et 90, je me rends compte de l'importance de la photographie à ces époques. Mais aujourd'hui, la photo est devenue plus puissante que jamais. Je trouve que s'exprimer à travers des images est une manière de communiquer extrêmement puissante. Ça m'a beaucoup aidé sur plein de points différents, et j'espère arriver à transmettre ça également.

© Jonathan Sosa

De quoi à l'air le monde à travers tes yeux ?

Je suis constamment dans l'attente que quelque chose se produise, ou change. Comme le temps, la météo par exemple. Je vois les choses comme un film en continu, et je suis toujours à la recherche d'un élément dramatique pour l'immortaliser. Mais je n'ai aucun contrôle là-dessus, donc je suis juste patient et je pense que c'est la principale qualité requise pour faire des photos.

© Jonathan Sosa

Quand tu regardes tes premières photos, qu'est-ce qui, pour toi, a changé par rapport à aujourd'hui en terme de style photographique ?

Énormément de choses je pense. Je viens du Queens, à New York, c'est là que j'ai commencé la photo. J'ai fait pas mal de street photography avant que mon travail ne prenne progressivement le chemin du portrait. C'est arrivé de manière accidentelle : j'ai commencé à photographier mes amis et ma famille. Puis j'ai déménagé à Portland dans l'Oregon pendant un moment, et c'est vraiment là que j'ai trouvé mon style. Aujourd'hui, je vis dans l'Arizona et j'ai n'ai aucune idée de ce que je fais ni d'où je vais, mais je suis très excité !

© Jonathan Sosa

Vers quoi te tournes-tu quand tu as besoin d'inspiration ?

Mes amis, dans la vraie vie, mais que j'ai rencontré sur Instagram. Je me perds aussi dans Instagram, quelques minutes, pour trouver des images inspirantes. Mais ma source principale provient d'artistes comme Ansel Adams ou Paul Strand.

© Jonathan Sosa

A quoi ressemble ton processus créatif ? D'où viennent tes idées de shoot ?

Le cinéma constitue une grand partie de ce process. Je regarde beaucoup de films étrangers, et beaucoup de films d'animation également. Je joue aussi pas mal aux jeux vidéos.

Quand tu travailles avec d'autres personnes, quel est le plus gros challenge pour toi ? Et le plus excitant ?

Généralement, le plus gros challenge, c'est quand je ne me sens pas totalement ok et que je dois quand même me rendre au rendez-vous. Je n'annule jamais car je veux croire que je suis quelqu'un digne de confiance, mais parfois, la flamme n'est juste pas là, la magie n'opère pas et le rendu final apparaît comme forcé. Personne ne peut travailler, créer de cette manière, ça ne fonctionne pas selon moi. Aussi, travailler avec des modèles qui ont peu d'expérience en la matière peur relever du challenge. Je pense que c'est difficile de travailler avec des personnes qui ne comprennent pas totalement ton univers, ce que tu veux communiquer. Il faut qu'il y ait de la confiance aussi. Mais le plus excitant, c'est quand, malgré tout ce que je viens de dire, tu arrives à créer quelque chose de précieux, d'unique, et de personnel.

© Jonathan Sosa

Doit-on s'attendre à voir encore plus de tes clichés magiques à l'avenir ?

Oui bien sûr ! Je ne suis pas prêt de m'arrêter.

© Jonathan Sosa

Toutes les photos utilisées pour cet article ont été publiées avec la permission de Jonathan Sosa. Pour découvrir son travail, suivez Jonathan sur Instagram.

écrit par Ivana Džamić le 2016-12-12 dans #people

Cliquez ici pour plus d'articles inspirants et festifs sur notre page Happy Holidays. Vous pourrez participer à notre incroyable compétition pour gagner un panier cadeau Lomography, répondre à un test amusant, et découvrir nos offres quotidiennes !

Les articles les plus captivants