Au diable la perfection. Vive la photographie libre !